+ Le chant du vario +

Forum de parapente

28 Mai 2020 - 02:30:24 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre mot de passe ?
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
  Site   forum   Aide Groupes Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous        GPS2GE Balises  
CSC
Pages: 1 ... 3 4 [5] 6 7 ... 10
 41 
 le: Hier à 19:18:09 
Démarré par Le Plantigrade - Dernier message par You 7
Question tempo après le retournement, je n'en suis pas un fanatique.
Parce que je vois en problème majeur le "retournement" trop hâtif qui a souvent comme conséquence un "déchargement" sur un élévateur associé à un changement de cap de la voile. Suit généralement un déséquilibre du pilote qui ... dans le cas d'un décollage étroit finit dans la végétation.
Aussi, lorsque la voile n'est que partiellement montée, le retournement peut-être réalisé dans le mauvais sens sous la pression de la précipitation même avec des amplitudes de commandes en rapport au stress du moment.
L'avantage que je vois d'une temporisation face voile (voile au dessus du pilote et pas à 60°) c'est que tu n'as pas plus de chance de te faire arracher que de dos, que tu es symétrique et que le retournement se fait naturellement avec contrôle de la voile facilité. Certes cela demande de la concentration et un minimum de technique (acquise).
Je suis peut-être dans l'erreur  hein ?

Étant un "bébé" de l'aviation (depuis l'âge de 15 ans et j'en ai 62), il m'a toujours été dit et répété de faire les check lists TOUJOURS dans le même ordre. J'applique ces adages à la pratique du parapente et notamment dans toute la gestuelle du déco et de sa prépa. C'est pourquoi je me retourne toujours dans le même sens.
Et malgré ça, il arrive des gags ailleurs quand certains éléments me font sortir de la bulle dans laquelle je me suis mis. Donc concentration doit être priorité.

 trinquer

 



 42 
 le: Hier à 19:03:33 
Démarré par Le Plantigrade - Dernier message par Guy67
Question tempo après le retournement, je n'en suis pas un fanatique.
Parce que je vois en problème majeur le "retournement" trop hâtif qui a souvent comme conséquence un "déchargement" sur un élévateur associé à un changement de cap de la voile. Suit généralement un déséquilibre du pilote qui ... dans le cas d'un décollage étroit finit dans la végétation.
Aussi, lorsque la voile n'est que partiellement montée, le retournement peut-être réalisé dans le mauvais sens sous la pression de la précipitation même avec des amplitudes de commandes en rapport au stress du moment.
L'avantage que je vois d'une temporisation face voile (voile au dessus du pilote et pas à 60°) c'est que tu n'as pas plus de chance de te faire arracher que de dos, que tu es symétrique et que le retournement se fait naturellement avec contrôle de la voile facilité. Certes cela demande de la concentration et un minimum de technique (acquise).
Je suis peut-être dans l'erreur  hein ?
 


 43 
 le: Hier à 18:39:28 
Démarré par MichM - Dernier message par You 7
En espérant que l'un d'entre eux ne s'envoie pas en l'air avec la vérole 19. Il ne manquerait plus qu'ils nous polluent le cosmos et les martiens. Les pôôôvres.

 44 
 le: Hier à 18:31:48 
Démarré par niavlys - Dernier message par niavlys
Bonjour !

Je vends ma Mentor 4 Light S PTV 80-100

révisée
200 heures de vol
EN B+
3.6kg
Prix : 950 €

informations sur https://www.nova.eu/fr/parapente/previous-gliders/mentor-4-light/

Bon vols et à bientôt !

Sylvain
0673251333

 45 
 le: Hier à 18:31:28 
Démarré par Le Plantigrade - Dernier message par choucas
Laurent, sans vouloir te fâcher, juste pour comprendre et avancer sur le geste technique du retournement, je suis les conseils de Jerome Canaud qui lui propose de se retourner en fin de montée, avant que la voile arrive en haut.
Pour moi cela a certains avantages qui dans cette situation aurait pu jouer.
Une fois retourné, on accueille la voile avec une tempo si nécessaire, on peut soit continuer à avancer si pas de vent pour garder la voile prendre sa vitesse, soit on prend le temps de décider si tout est clair pour le décollage, si  on est sur le bonne trajectoire, et si accélération du vent on est en bonne position pour le gérer.
Qu'en penses-tu ?

Salut

Ca ne me fâche pas du tout Clin d'oeil. Au contraire, quand on discute c'est qu'il y a matière à avancer.

Dans le cas précis du gradient au décollage, le retournement en fin de montée va faire que tu risque de finir ce retournement en l'air ou avec une très forte traction.
A part ça, je trouve tout à fait judicieux dans de très nombreux cas de faire son demi-tour à ce moment là.
C'est comme ça que nous apprenons ça à nos élèves. La tempo avant retournement est très rare. Même chez des pilotes chevronnés...

Tu vois ça ne me fâche pas du tout.
Et j'ajouterais que c'est une question que j'ai posée afin de pouvoir justifier (ou non) la perte de repère qui pourrait-être à l'origine des questions de Plantigrade.

 trinquer

A+
L

 46 
 le: Hier à 18:19:52 
Démarré par Le Plantigrade - Dernier message par Cowa
Merci de prendre le temps, alors :

1- Difficile à dire, mais je dirais un peu plus de 10km/h pas plus de 15 en tout cas...
2- Avant cette satanée route, non, c'est une pente relativement douce, après, oui!
3- Je relève les mains jusqu'à ce que ça avance en fait... Je ne sais pas trop si le me reste un volet de frein mais je ressens une tension dans les mains, je vais rarement pas jusqu'au poulie. Dans le cas qui nous intéresse, je crois me souvenir avoir eu les mains un peu en dessous de la garde.
4- J'ai pas eu la sensation de devoir cavaler comme un malade en retouchant (ce qui m'aurait indiqué une fermeture et arrêté net) mais je me sentais moins freiné qu'a la première course d'envol en tout cas...

Salut

Sans certitude absolue (il aurait fallu être là), je dirais qu'il s'agit d'une "mauvaise" gestion du tangage, sans fermeture, mais avec de grosses variations d'incidences tout de même.
Lors de la montée de voile, tu subis le gradient :

Source PP Menegoz : http://ppmenegoz.com/spip.php?article136

Donc avec une traction constante, la voile accélère. Et de ce fait, le "timing" classique de la tempo doit-être revu. Et un freinage plus tôt et souvent plus amples est nécessaire.
Ce phénomène peut typiquement faire décoller un parapentiste de manière dynamique ou au moins lui faire ressentir une sustentation importante par rapport au vent relatif ressenti dans la figure (vent relatif qui est différent du Vrelatif de la voile qui subit le gradient et qui a une vitesse importante due à la rotation de l'aile autour du pilote).

Après... Tout ce qui est dynamique a en général une suite qui est à gérer. Si tu t'es fait surprendre sur la tempo, il y a de fortes chances que ton aile "shoot" un peu et donc que ta finesse sol soit affectée. Tout ce qui suit est du domaine de la gestion de tangage.

Donc (mais là je ne fais que des suppositions) tu as certainement du faire ton demi-tour (face-voiles --> dos-voile) en fin de montée et non après une tempo marquée face-voie. Si c'est le cas, tu perds quelques secondes tes repères ce qui peut-être suffisent pour ne pas sentir distinctement les mouvements de tangages parasites.
Toujours si c'est le cas, tu devrais essayer de marquer ta tempo après la montée de la voile et de faire ton demi-tour une fois la voile BIEN stabilisée sur ta tête.

Mais c'est peut-être tout faux ! Clin d'oeil
Je n'étais pas là.

A+
L



Laurent, sans vouloir te fâcher, juste pour comprendre et avancer sur le geste technique du retournement, je suis les conseils de Jerome Canaud qui lui propose de se retourner en fin de montée, avant que la voile arrive en haut.
Pour moi cela a certains avantages qui dans cette situation aurait pu jouer.
Une fois retourné, on accueille la voile avec une tempo si nécessaire, on peut soit continuer à avancer si pas de vent pour garder la voile prendre sa vitesse, soit on prend le temps de décider si tout est clair pour le décollage, si  on est sur le bonne trajectoire, et si accélération du vent on est en bonne position pour le gérer.
Qu'en penses-tu ?

 47 
 le: Hier à 18:18:52 
Démarré par Poisson Kangourou - Dernier message par choucas
Je ne vois pas le rapport avec le fait que les cuissardes soient réglables ou non. Si la sellette est à ta taille...  Clin d'oeil

Salut

Je crois que le rapport c'est le niveau de la planchette dans le dos. Plus tes cuissardes sont lâches, plus tu es bas sur la planchette et donc plus il peut-être difficile de la faire basculer.

Mais comme dit Nico, je crois que c'est plus un problème d'habitude ou de technique pour passer en position "assise"

Après j'ajouterais que l'exemple ne me paraît pas tip top.
Si tu prends une F1, tu ne vas pas te plaindre de la dureté de ses suspensions et du fait d'être mouillé quand il pleut... Ou alors tu prends un autre modèle plus adapté.
La strike c'est déjà très typé comme sellette. On ne peut pas obtenir un tel poids sans compromis.

A+
L

 48 
 le: Hier à 17:57:58 
Démarré par MichM - Dernier message par MichM

T-5 hours. Bob and Doug had steak and eggs for breakfast and they're ready to go!
.
The weather is another story. Right now I'm 4 miles from the pad. It's cloudy and windy with light rain. There are a few pockets of blue sky in the distance along with the sound of thunder.
.
There's a big turnout today with license plates from many different states all around town.
.
The official weather report has a 50% chance for launch with a 60% chance on Saturday.
.


 49 
 le: Hier à 17:39:01 
Démarré par Poisson Kangourou - Dernier message par Nicolas - AirDesign France
Ben, ça doit faire ma quatrième (ou cinquième? hein ? ) saison en Strike, je n'ai jamais touché la planchette de pieds avec mes mains pour m'installer. Heureusement, je n'aime pas du tout ça (surtout dans des sorties de déco toniques), et j'aime être installé en position de vol au plus vite.
Je ne suis pas intervenu sur l'autre fil spécifique, mais il y a beaucoup de facteurs pour s'installer vite et bien dans un cocon, le principal à mon sens étant d'accepter d'aller chercher le fond du cocon avec le pied AVANT de s'asseoir (en appui sur la ventrale donc, comme on doit l'être en sortie de déco). Après le poids lui-même de la planchette de nez de cocon peut jouer (par exemple s'il vole trop).
Je ne vois pas le rapport avec le fait que les cuissardes soient réglables ou non. Si la sellette est à ta taille...  Clin d'oeil

 50 
 le: Hier à 17:22:14 
Démarré par Alex973 - Dernier message par Le Plantigrade
A mon sens, les deux pilotes auraient pu éviter la collision si ils avaient été ouvert à leur environnement et méfiant vis-à-vis des autres en l'air. Du coup, pour moi c'est du 50/50 au niveau de la responsabilité.

On se rend difficilement compte à quel point on évolue vite en l'air en fait... Je veux dire que quitter des yeux une voile quelques secondes à peine suffit à la perdre de vue complètement.
J'ai déjà volé en soaring en bord de relief à beaucoup et c'est épuisant en terme de concentration. Et quand ça commence à monter en thermique, les sources d'attentions se multiplient et s'additionnent, entre les mouvements de son aile, le placement dans l'espace de toutes les voiles et leurs évolutions... Moi je sais qu'au delà de 2h pour le moment, je suis trop mort pour continuer et je retourne me poser. Sans doute que quand le pilotage pur sera devenu plus naturel, il me prendra moins d’énergie et me laissera plus de temps pour le reste!

Pages: 1 ... 3 4 [5] 6 7 ... 10
parapente gratuit
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.036 secondes avec 16 requêtes.
anything