+ Le chant du vario +

Forum de parapente

22 Janvier 2017 - 21:26:43 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre mot de passe ?
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
  Site   forum   Aide Groupes Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous        GPS2GE Balises  
reversale
prevol
windriders
CSC
airone
cumulus
Soaring
flysierranevada
RockTheOutDoor
Pages: [1] 2 3 ... 10
 1 
 le: Aujourd'hui à 21:18:49 
Démarré par Maudv - Dernier message par wowo
yes, donc faut regarder son cadran, tourner en bord de cylindre, et changer manuellement pour passer à la balise suivante... un peu compliqué

En compet oui, mais en cross non car si tu tourne en bord de cylindre ton parcours sera calculé sur ce point gps et non par sur la balise que tu te serais fixé donc une telle manip, "optimiser la balise" n'a pas trop de sens en Xc. Si tu ne peux pas la faire dans tous les cas il te faudra changer manuellement, alors ?

Les deux modèles ont des programmes différents ou du moins le Nav peut remplir le programme Xc du gps et en plus celui de la compet, l'inverse n'est pas vrai.

Et pour ma part, (message a M@tthieu) je ne suis pas convaincu que le programme pour lequel est conçu un smartphone soit suffisamment universel pour répondre aux besoins de (la plupart) des parapentistes compétiteurs voire même seulement crosseux et cela qu'importe l'application installée. Il saura faire certaine choses à peu près et sera probablement bien moins pertinent sur d'autres (visibilité, autonomie, solidité, fiabilité, ergonomie en vol, etc.)

La bonne solution me semble si on a absolument besoin des possibilités du Nav et que l'on a malheureusement acquit le gps, de revendre ce dernier et acquérir l'outil adapté.

Car n'oublions pas que les débuts en compet parapente peuvent déjà présenter assez de difficultés pour ne pas s'en rajouter avec des complications liés à l'instrumentation.

Bonne soirée,

 2 
 le: Aujourd'hui à 21:12:33 
Démarré par rafifi - Dernier message par Gand
bonjour je recherche un conne de suspentage pour ma freestyle 2 en 24
merci a tous

Tu peux contacter Sky-Dreams, quand j'avais changé le mien, c'est directement chez eux que j'avais eut le meilleur tarif !

 3 
 le: Aujourd'hui à 21:02:03 
Démarré par rafifi - Dernier message par rafifi
bonjour je recherche un conne de suspentage pour ma freestyle 2 en 24
merci a tous

 4 
 le: Aujourd'hui à 20:59:27 
Démarré par Flying Koala - Dernier message par JustinBieber
Première difficulté, comment se définir un parcours de progression cohérent avec les objectifs que l’on se fixe ? Mon rêve, c‘est de décoller de Samoëns (@Patrick  trinquer ) pour atterrir à Doussard en survolant les Aravis enneigés. Que dois-je savoir, comprendre et maitriser par rapport à niveau actuel pour y parvenir en sécurité ?

Je ne sais pas si on peut se donner une méthode de progression type pour faire ce parcours dont tu rêves. Une fois que tu l'auras fait, tu te diras, ah bon, ce n'était que ça ?  Mr. Green
Pour décoller de Samoëns et aller sur les Aravis (enneigées ou pas), il faut regarder la météo pour qu'elle soit favorable (voir très favorable), y croire, s'y reprendre à plusieurs fois, ne pas se décourager, reconnaître les endroits clés par photos (merci internet), demander aux pilotes qui l'ont déjà fait (avec les conditions météo), payer des canons à Laurent (Choucas) et à Patrick (Samoëns) pour leur soutirer des infos, avoir un téléphone chargé, un GPS, des vêtements chauds, une boussole, un peu de chance (pour que les plafonds soient assez hauts pour crosser sans trop gratter), avoir des sous pour la récup (ou un bon pote), avoir envie de tout défoncer s'il le faut (mental à 100%), être prêt à passer du temps si tout ne se passe pas comme prévu (surtout au départ de Samoëns  Mr. Green bonjour la couche d'inversion), croire en soi, en sa voile, en un brin de chance, avoir un objectif scindé en plusieurs parties (décoller, faire le premier plaf, regarder l'altitude au plaf réel (pas le plaf des sites météo) et décider de partir ou pas, à quelle heure tu pars, jusqu'à quelle heure les faces est seront encore ensoleillées, avoir une idée précise des transitions à faire selon les plafs, selon le mental du moment, voir ce que les autres voiles (s'il y en a) font, prendre la bonne décision, avoir des plans B et C, ne pas s'entêter si ça ne marche pas, profiter de la journée quel que soit le résultat et le plan de marche, ne passe faire trop d'illusions mais toujours y croire, avoir des vaches possibles, ne pas poser dans la brise de Sallanches  Tire la langue ou savoir que ce sera à reculons, savoir quel parcours (il y a des options différentes une fois sur les Aravis et s'en tenir au plan A ou B, être patient si on a vaché avant Doussard, prévoir l'évolution de la météo, surveiller les humeurs du vent, ne pas s'affoler, penser "étape par étape", faire des laisses de chien aux endroits nécessaires, prendre du gaz dès que possible, ne pas courtcircuiter et garder des marges par rapport au relief, être patient, revenir en arrière si ça va coincer, là où il y avait le bon thermique qu'on avait pu laisser par excès de précipitation, profiter de la beauté de la région, surveiller les nuages  éclaircie , préférer le soleil à l'ombre, les zones au vent plutôt que sous le vent, imaginer ce que fait l'air, ressentir sa voile, être concentré, ne pas céder à l'euphorie, manger et boire pendant les transitions et puis poster sur le forum ses aventures Clin d'oeil
Je ne sais pas combien de temps cela prend tout ça, quelle progression il faut. je suis parti sur les Aravis seul dans ma deuxième année de vols, avec ma bonne volonté, des rêves plein la tête, seul. J'ai fait 65 kms la première fois et ai du mettre plus de 3h pour rentrer en stop, et fait un bel aller-retour sur les Aravis  de 94 kms le lendemain. Des plafs immenses, un rêve. Cette année rien de tout ça. Alors je ne pense pas qu'il y ait une solution unique, un e progression type, un modèle. Savoir décoller, savoir vacher, savoir anticiper, se connaître, étudier la CFD et le parcours, et s'adapter constamment. Mais tout cela c'est l'expérience qui te le donne, pas les conseils, pas les forums, pas les bouquins qui te donneront des pistes à essayer, à tester et à conserver dans un coin de ta tête. Tu auras beau avoir plein de connaissances, sans expérience tu n'es rien et tu as beau avoir une volonté de fer sans un minimum de connaissances, ça ne marchera pas. Je marche par l'expérience (et parfois par l'échec). Tu sais comment tu marches, quelles sont tes forces et faiblesses. A toit de savoir comment faire fructifier ce potentiel qui est en toi, à rassembler ce dont tu as besoin et ne pas se focaliser sur tel parcours. Il se fera quand il se fera.
Bons rêves et bons vols.  parapente

très beau post!

on peut résumer le questionnement initial de Flying Koala assez simplement: s'investir dans l'activité

@Flying Koala, à te lire, tu sembles bien entouré. trop? peut-être que pour te lancer complètement, il faudrait un jour décider d'aller voler dans une région dont les conditions semblent grossièrement bonnes, faire une analyse fine, choisir un déco en fonction, y monter à pied (pour n'être influencé par personne sur place), bien-sûr c'est plus facile en montagne.
Une fois en l'air, fie toi à tes analyses, tes observations. trouve un thermique, redescends recommence. cherche plus loin, plus efficace. Observe encore.

voler est une décision que l'on prend, c'est clair du décollage à l'atterrissage, et en vol on est encore tout seul, c'est pour ça que c'est je pense primordial de ne pas trop voler en groupe. c'est nécessaire pour des vols performants, mais il faut absolument voler seul.

Les erreurs ça arrive, il faut s'en souvenir. Ma plus grosse à ce jour, avoir un jour un rendez-vous en vallée bien ventilée, en fin de journée de vol. Je décolle pour rejoindre la vallée et je prends une ligne directe, qui passait sous le vent d'une crête. C'était ventilé, je le savais, je sais lire les balises, et j'y suis allé quand même. Posé à reculons sous le vent à mi parcours au milieu d'un village, en pilotant avec la ferme intention de ne pas me prendre l'aile sur la tronche. ça à marché, aucun dégat, aucune blessure, mais ça sert de leçon ce genre de gag. Rester optimiste aussi c'est important, tu fais une connerie mais il faut rire et garder le contrôle, sinon dans mon cas c'était le carton...

bien-sûr, aller chercher l'erreur pour comprendre n'est pas nécessaire. des conditions atroces, quand on est dedans on comprend assez vite que c'est de la merde et il faut en sortir au plus vite ou minimiser la casse.

Un truc qui m'a personnellement beaucoup aidé à progresser c'est vraiment de voler seul. L'école dans laquelle je me formais est une grosse structure ce qui implique que dès que les conditions sont douteuses dans la région d'origine, la journée est annulée. à partir de 30 vols (mais aussi énormément de travail au sol) j'ai commencé à marcher/voler avec l'aide de Earth, mapcoordinates.net pour les altitudes et pouvoir calculer un peu la finesse, windyty, meteo-parapente, soaringmeteo (GFS), un peu xcontest mais pas au début. Tu te définis un déco venté dans le bon sens et exposé au soleil, tu y montes, en haut tu observes (large, regarde la tronche des nuages) et tu décides d'y aller.
Pour ce qui est de la traversée des aravis, je pense qu'il faut d'abord te familiariser avec les systèmes de vent de vallée et y aller molo en montagne. vacher sous le vent sur des cailloux ça fait moins rêver que dans un champ de mais même si ça peut faire mal aussi.
Je voulais pas écrire un pavé au début, promis  effray

Bons vols



 5 
 le: Aujourd'hui à 20:58:35 
Démarré par Maudv - Dernier message par YanUbik
yes, donc faut regarder son cadran, tourner en bord de cylindre, et changer manuellement pour passer la la balise suivante... un peu compliqué
je ne comprends pas bien ce que tu veux dire, mais j'ai l'impression que toi même tu n'as pas bien compris ce qu'il y a écrit précédemment.

voila comment je procède :
je crée mon itinéraire tranquillement dans mon salon. je définis ma route, mes balises et leurs rayons (de 1m à plusieurs km, comme je souhaite selon chaque balise).
au déco, je m'envole. rien a faire, j'ai déjà validé mon itinéraire dans mon salon.
en vol, j'arrive à ma balise (dans le rayon que j'ai tranquillement défini dans mon salon), et le GPS passe à la balise suivante.
si, en vol, je pense que je ne vais pas pouvoir faire ma balise et que je préfère passer à celle d'après, j'ai juste à appuyer sur un bouton pour avoir comme objectif la balise suivante définie dans mon parcours.

en espérant avoir été plus clair.

 6 
 le: Aujourd'hui à 20:44:51 
Démarré par Maudv - Dernier message par YanUbik
Ok, alors j'ai pas compris la difference entre le NAV et le GPS.
On peut donc faire de la compet avec le GPS??? il me semblait pas mais bon...
https://www.flymaster-avionics.com/products/compare
ça semble similaire sur pas mal de point, et quelques points en plus pour la compet avec le NAV :
- Route Optimization  
- Speed to Start  
- Arriving altitude at next waypoint and goal (considering wind)
- Several Glides Ratios  
- Easy task definition
- Task Navigation
- Task Map  
- Conical End of Speed Section

(google traduction :
- Optimisation des itinéraires
- Vitesse de démarrage
- Arrivée d'altitude au prochain waypoint et but (compte tenu du vent)
- Plusieurs rapports de glissements
- Définition facile des tâches
- Navigation des tâches
- Carte des tâches
- Section de fin de course conique)
(je vous laisse remettre les mots dans le bon ordre pour comprendre a peu près.)

des données qui parlent sans doute aux compétiteurs qui ont une bonne expérience de l'utilisation et optimisation du matériel et des données fournies. moi, ça me dépasse.

 7 
 le: Aujourd'hui à 20:44:22 
Démarré par enron - Dernier message par mvalerien JY
Salut,

Après 4 manche de cette super finale, je ne peux que confirmer les impressions de Laurie, la voile est bluffante de stabilité, poulie poulie ça file les mains dans les poches du cocon, je n'ai fait qu'une micro asym en bord de thermique. Manque juste le petit feeling dans la prospection et le thermique ou une enzo2 passe devant et vous tire en vous disant c'est là vas y !

a quel poids pour quelle taille, les ozone supportent bien la charge je crois d'expérience, et celle la ?

 8 
 le: Aujourd'hui à 20:41:32 
Démarré par kkdecanard - Dernier message par Chris224

Déjà le constat sur les lignes qui se suivent me parait délicat à faire, car on ne sait pas si la ligne de brume monte en altitude ou vient simplement plus à l'avant-plan.
Ensuite l'analyste voit ça comme un signe de léger vent (ou brise), je ne comprends pas pourquoi, par quel mécanisme...

Si qq'un peut expliquer. Merci d'avance.

si les brumes avaient pas été "mirror" au dessus des aspérités du relief, elles auraient été moins définies et décalées un peu à droite.

Ok merci.  Sourire

 9 
 le: Aujourd'hui à 20:41:00 
Démarré par Maudv - Dernier message par blabair
yes, donc faut regarder son cadran, tourner en bord de cylindre, et changer manuellement pour passer à la balise suivante... un peu compliqué

 10 
 le: Aujourd'hui à 20:34:30 
Démarré par Maudv - Dernier message par fraclo
Sur le nav, tu as l'optimisation de la route. Sur le GPS, la route est axée au centre de la balise.....sur le nav, tu as l'optimisation.

Ya peut etre d'autres nuances, mais j'ai pas encore trouvé.....

Pages: [1] 2 3 ... 10
parapente gratuit
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.02 secondes avec 15 requêtes.