+ Le chant du vario +

Forum de parapente

23 Mars 2019 - 08:16:58 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre mot de passe ?
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
  Site   forum   Aide Groupes Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous        GPS2GE Balises  
CSC
Pages: 1 ... 8 9 [10]
 91 
 le: Hier à 01:01:56 
Démarré par Patrick Samoens - Dernier message par Charognard
Ça prend un canon à vario qui propulse le vario à 7000 pieds.
Dans sa descente sous un mini mini parachute, il va enregistrer toute la masse d’air.

Bon ça coûte un vario à chaque tir mais il faut ce qu’il faut !

Là toute l’intérêt d’utiliser des varios encore sous garantie.  canap

 92 
 le: Hier à 00:57:54 
Démarré par Thomas20221 - Dernier message par e.care
salut. un très bon tuto qui m'a bien servi a mes débuts
[icihttps://vimeo.com/10630017]

 93 
 le: 21 Mars 2019 - 23:54:57 
Démarré par pascalou05 - Dernier message par Sagarmatha
Christophe Waller m'a un jour raconté son sketch avec un très grand nombre de twists (7 ou 8, je ne me rappelle plus) impossibles à défaire, la voile impilotable et la chute comme sous un parachute, avec sous les pieds un terrain hostile.
A cette époque, on ne volait pas toujours avec un secours.
Il m'a raconté s'être démené pour grimper dans sa sellette en se cramponnant aux twists, jusqu'à s'y mettre debout pour défaire le 1er twist, puis deux autres, après quoi il fallait redescendre en position assise pour ne pas passer par-dessus bord et défaire les derniers twists.
Cet incident lui avait fait perdre plus de 400m.
---
La première fois qu'on décolle en marche arrière, avec un demi-twist, cela surprend mais la question se résout toute seule. C'est comme la première fois qu'on part en dérapage sur le mouillé avec une voiture mais c'est moins dangereux.
Quand cet incident arrive, donc qu'on s'est fait arracher au gonflage, c'est le résultat d'une erreur : il aurait mieux valu descendre un peu pour gonfler plus bas et éviter le gradient de vitesse du vent (voir le croquis de Laurent un peu plus haut).
Si le déco est très court, soit on sait gonfler d'un coup de fesses en bridant la voile aux arrières (aux C avec une 4-lignes), exercice athlétique à travailler au sol, soit on attend que cela faiblisse ou on descend à pied.
---
Je me suis cassée deux fois en n'ayant pas voulu descendre à pied, cela me fit descendre en hélico.
Quand on joue au con, il arrive qu'on gagne.
J'ai vu la mort de très, très près le 14 août 1974 à l'Aiguille Verte et il m'a fallu du temps avant de pouvoir à nouveau emmener des cordées en haute montagne et refaire des grandes courses. Le mental en avait pris un coup mais cette pensée de Nietzsche fut vérifiée : "ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts".
---
Mes accidents de parapente au décollage ont eu la même vertu a posteriori, passée la phase de réadaptation qui comporta un passage en école. Il me reste un stress chaque fois que je boucle la sellette, stress qui s'évacue aussitôt que je me concentre pour chiader le décollage.
(@) Pascalou
Il va t'arriver probablement le même genre de marasme mental, et cela s'atténuera en cours de saison au fil des vols. Tu y penseras longtemps, tu analyseras tous tes gestes techniques, tu repéreras toutes les petites imperfections, même minimes, et au sortir de cet examen tu seras plus fort et plus serein.
Quand les conditions seront plus ou moins "difficiles", le souvenir de ton vol twisté te fera hésiter - à juste titre - et te concentrer davantage pour observer toujours plus finement les conditions.
Ce qui ne t'a pas tué t'aura rendu rend plus fort.
 trinquer 

 94 
 le: 21 Mars 2019 - 23:21:26 
Démarré par Gérard Menvussat - Dernier message par Patrick Samoens
Petra première femme à gagner une manche de PWC, respect !

Perso je trouve dommage de dévaloriser les manches dures, ceux qui ont bouclé aujourd’hui méritent leurs points. Appuyer comme un sourd sur l’accélérateur en suivant la grappe quand ça monte partout n’est pas ce que je considère comme le summum de notre activité !

 95 
 le: 21 Mars 2019 - 22:43:08 
Démarré par Patrick Samoens - Dernier message par fabrice
On peut rencontrer une couche d'inversion  quand un quart d'heure plus tard un autre la percera grâce à un thermique + puissant.
Les seules comparaisons valables, c'est dans 90% des cas celles avec d'autres pilotes...  surtout s'ils sont meilleurs. D'où l'intérêt des compets pour apprendre et affiner sa lecture.

 96 
 le: 21 Mars 2019 - 22:37:39 
Démarré par pascalou05 - Dernier message par thierry_c
je suis d'accord avec choucas, mais avec une nuance !
a mon savis le probleme n'est pas l'entrainement au sol mais bien les conditions d'entrainement !!!
le pb, c'est que beaucoup font du gonflage car les condition en sont pas bonne pour voler !
ceux que je connais qui ont cartonnés au gonflage c'etait toujours dans des condition forte et rafaleuse !!!

je me bas régulièrement pour que certain viennent avec moi faire du gonflage dans des petites conditions !

 97 
 le: 21 Mars 2019 - 22:25:35 
Démarré par Patrick Samoens - Dernier message par Patrick Samoens
Par contre bonne remarque en effet, il faudrait plutot réaliser les mesures quand on descend, plutot que quand on thermique. Enfin a étudier !
Ce n'est pas parce que tu descends que tu ne traverses pas de l'air qui monte, établir un émagramme de l'air immobile avec des mesures prises dans un air convectif est , me semble t'il , une hérésie scientifique.


Oui c'est une vraie question, comment obtenir une courbe réaliste en volant dans un air convectif ?

Moyenner sur un certain temps ?  Ne pas utiliser les données de la sonde quand on traverse une zone ascendante ?

L'émagramme nous sert à prévoir la qualité des ascendances, or une fois que nous sommes en l'air, nous avons une mesure directe, le taux de montée selon l'altitude, les plafs de ce que nous recherchions. Je ne vois pas la pertinence de faire le chemin inverse, si ce n'est pour une contribution à améliorer les outils de prévisions.   

Si l'exploitation en vol me parait effectivement difficile car le temps de cerveau disponible n'est peut être pas suffisant pour l'analyse (au moins chez moi !  Clin d'oeil ). Une visualisation de la qualité de la masse d'air me serait utile pour analyser le vol à posteriori. Je me demande souvent si j'ai loupé le thermique pour aller plus haut ou si je suis arrivé sur une inversion. Les données disponibles actuellement sont des extrapolations calculées pour un lieu donné, j'imagine que même imparfaites les mesures collectées pendant un vol donneraient des renseignements pertinents.

Edit pour fabrice : Je te rassure même avec une VNH on pourrait se servir de ce genre de système. Clin d'oeil

 98 
 le: 21 Mars 2019 - 22:16:06 
Démarré par Thomas20221 - Dernier message par thierry_c
et http://www.parapentiste.info/forum/techniques-de-base-du-pilotage/bord-de-fenetre-comment-t22660.0.html !

 99 
 le: 21 Mars 2019 - 22:14:49 
Démarré par Thomas20221 - Dernier message par thierry_c
en anglais !
https://www.youtube.com/watch?v=FQnMhLwPNKA

 100 
 le: 21 Mars 2019 - 22:07:52 
Démarré par prunkdump - Dernier message par prunkdump
Salut !

Je n’ai pas encore debuggé le magnétomètre. Il est possible que j’ai laissé passer un problème. Et le qualibrage avec « qualibration_recorder » demande un magnétomètre fonctionnel.

Je regarde ça demain.

Autrement si tu les as toujours tu peux utiliser tes anciens paramètres.

a+

Pages: 1 ... 8 9 [10]
parapente gratuit
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.075 secondes avec 16 requêtes.
anything