+ Le chant du vario +

Forum de parapente

22 Octobre 2021 - 14:06:44 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre mot de passe ?
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
  Site   forum   Aide Groupes Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous        GPS2GE Balises  
CSC
Pages: 1 [2] 3   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Débuter en aile "A" ou "B"  (Lu 22614 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Man's
Médaille en chocolat du 20millionième
tchatcheuse(eur)
**
Hors ligne Hors ligne

Aile: Crozets 4
pratique principale: cross
vols: Des milliers de vols
Messages: 876


Up, up, and away !


WWW
« Répondre #25 le: 25 Juin 2010 - 22:41:50 »

mais les fermetures dont il est question ici sont le résultat d'un pilotage inadapté, avec probablement des freins trop longs.
Un très bon pilote m'a expliqué un jour qu'on ne pouvait pas les éviter les fermetures, d'ailleurs je l'ai vu fermé 1/3 d'aile de son R10 ce midi
Le connaissant, ça m'étonne qu'il ait dit ça comme ça : il aurait pas plutôt dit qu'il y a parfois des fermetures qu'on ne peut éviter ? Nuance !
Parce que clairement, il y a un paquets de fermetures qui s'évitent avec un pilotage adapté, comme dit Paragliding Old Bag, et ça m'étonnerait qu'il ait dit le contraire...
(sinon, il aurait du mal à voler en R10 Clin d'oeil )
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Plus nous nous élevons et plus nous paraissons petits à ceux qui ne savent pas voler - F. Nietzsche
surfair
Invité
« Répondre #26 le: 25 Juin 2010 - 22:48:58 »

A ce moment là de la conversation, il me parait opportun de placer le lien vers ce fil de discussion pour ceux qui ne l'auraient pas suivi :
http://www.parapentiste.info/forum/les-sondages/nervures-avait-raison-t13965.0.html
Ils y trouveront des choses intéressantes.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
dravier
Invité
« Répondre #27 le: 25 Juin 2010 - 22:58:24 »

Le connaissant, ça m'étonne qu'il ait dit ça comme ça : il aurait pas plutôt dit qu'il y a parfois des fermetures qu'on ne peut éviter ? Nuance !
La nuance est suptile mans c'est exactement ce que je voulais dire Sourire
Voici les mots exacts que j'ai repris de son mail, ok ce n'était pas exactement ce que j'ai retranscris mais je suis bien d'accord avec cette phrase en tout cas :
"Un parapente c'est mou, ça va obligatoirement fermer un jour où l'autre, donc il vaut mieux être à l'aise avec la réouverture."

Aujourd'hui j'en ai évité plein des fermetures (dur à compter mais plusieurs dizaines je pense) mais je n'en ai pas évité
2 belles (1 parceque je ne tenais pas assez mes commandes j'étais concentré sur autre chose et l'autre parceque l'aérologie était vraiment pourrie à la confluance des brises, je m'en doutais et tenais très très bien l'aile (j'en avais mal au poignets presque Sourire Sourire ) mais cela n'a pas suffit Clin d'oeil A chaque fois cap gardé et 0 sketchs => bien d'accord : c'est les réouvertures qu'il faut maîtriser au bout des doigts pour éviter le surpilotage
=> après c'est sur que c'est une golden 2 et pas une R10, chacun son niveau et je pense que l'aile est un élément clé de la sécurité et que même avec une petite golden 2 tu peux déjà t'éclater un max tout en gardant une aile en bas de fourchette ENB

Celui qui m'explique qu'il n'a jamais eu de fermeture et ne ferme jamais je ne le crois pas, sauf s'il ne fait que des ploufs à 8h du mat !
« Dernière édition: 25 Juin 2010 - 23:11:02 par dravier » Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
surfair
Invité
« Répondre #28 le: 26 Juin 2010 - 11:31:36 »

Ben, tout le monde n'est pas obligé d'avoir comme cadre de pratique de se mettre dans des conditions vraiment pourries, ce qui semble être ton cas !
Tout le monde n'a pas non plus des visées de performance.
Tout le monde ne vole pas non plus en parapente sur des sites où ça envoie de l'aérologie à planeurs !
Je connais des pilotes qui font des vols de plusieurs heures d'affillée sans même froisser un caisson ou des gentils circuits d'une quarantaine de kilomètres sans la moindre fermeture.

Si en un seul vol tu évites des dizaines de fermetures avec une Golden 2 c'est qu'il y a un problème quelque part.
Si pour la tenir, tu en as presque mal aux poignets c'est soit le pilotage qui est inadapté, soit les conditions de vol.

A mon avis, avec quelques années d'expérience derrière toi, tu ne verras plus les choses de la même manière. Là, tu est peut-être dans une phase de "sur-confiance", une période chaude...
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
dravier
Invité
« Répondre #29 le: 26 Juin 2010 - 17:20:15 »

Que le jugement est facile sur ces forums cela m'a toujours impressionnné comme les gens se permettent de juger sans savoir ni qui tu es ni ce que tu as vécu, ni ce que tu es capable ou non de faire en terme de pilotage et ni ce que tu sais faire et a envie de faire.

Ok je pourrais mieux choisir les mots (faut aussi bien regarder les smiley Clin d'oeil ) tu vas me dire mais quand je dis conditions pourries cela veut dire pour moi que je n'aime pas car inadaptées à ce que j'ai envie, après si tu as la chance de toujours aimer les conditions que tu rencontres tant mieux !
=> après tous les midis on est plusieurs à voler ensemble, et les debrief sont très intéressants car certains trouvent cela sympa et d'autres pourris des fois alors qu'on passe aux même endroits quasiment aux même instants....comme quoi !

Enfin bon perso je suis d'accord avec mon pote, celui qui pense qu'il ne fermera jamais alors qu'il ne s'entraine surtout pas à gérer cela et on en reparlera en espérant qu'il ne lui soit rien arrivé d'ici là.
Perso quand je vois des pilotes avec 2000 vols derrière eux et 20ans de parapente qui me disent apprend à gérer cela pour les éviter et savoir les réouvrir alors j'écoute désolé !

Désolé pour le ton du poste mais ça m'énerve ces jugements gratuits et cela ne sert à rien à part énerver l'autre....
« Dernière édition: 26 Juin 2010 - 17:41:06 par dravier » Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
surfair
Invité
« Répondre #30 le: 26 Juin 2010 - 18:12:03 »

Ouais, bon, t'inquiète, laisse tomber et t'énerve pas. Manifestement on n'est pas du tout dans la même perspective.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
akira
Invité
« Répondre #31 le: 26 Juin 2010 - 19:08:46 »

Quel pilote d'exception ce surfair quand meme. L'homme oiseau qui ne ferme jamais. Mazette !!  mort de rire  mort de rire
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
piwaille
l'(quasi)modo
Administrateur
compétiteur(trice) de haut vol
*****
En ligne En ligne

Aile: pure bleu/rouge
pratique principale: cross
vols: bientôt 900 vols
Messages: 439




WWW
« Répondre #32 le: 27 Juin 2010 - 09:11:05 »

salut !

je ne sais pas si je dois poster ici ou dans le "dernier vol avant la nuit" ...
quand j'ai débarqué à Lyon, j'ai eu un gros coup de manque de confiance. j'avais fais mes armes en treuillé et j'ai débarqué dans lézalpes ... je ne comprenais plus rien, ça bougeait dans tous les sens... mais je ne fermais pas.

J'ai pas fermé tant que je n'ai pas accepté que mon parapente puisse m'informer de la masse d'air. Après, j'ai appris à vrac , à gérer, voire à laisser faire

En conclusion, je suis assez d'accord avec surfair, peut être à formuler autrement : tant que ta progression n'est pas suffisante, tu (enfin le pilote) ne devrais jamais fermer.
Après tu (enfin le pilote) devrais apprendre à subir et gérer les fermeture quand tu va chercher une aérologie plus limite
Enfin tu dois apprendre à libérer ton aile dans sa plage acceptable (avec à la clef un truc qui ressemble à provoquer des vrac puisque inévitablement tu laissera aller jusqu'aux limites)

Dravier > le problème du forum c'est que justement on ne t'a pas vu voler ... du coup "on" ne peux que te conseiller par rapport aux "grandes masses" choses qu'on voit souvent sur le forum. Je ne sais pas si je devrais "défendre" surfair, mais c'est quelqu'un que j'apprécie car il évite justement de juger. il se permet parfois d'ouvrir des horizons en reposant les questions autrement. C'est comme ça que je lis son intervention "il y a d'autres pratiques".
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Pas de support par MP. Utilisez http://www.parapentiste.info/forum/le-chant-du-vario-b53.0/
Citation de: Bernard Werber
"L'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir"
dravier
Invité
« Répondre #33 le: 27 Juin 2010 - 22:49:35 »

Encore désolé si je t'ai vexé ou autre surfair ce n'était bien évidemment pas le but.

Je peux donner mon avis sur plein de choses mais n'ai pas la prétention de dire que cet avis soit juste ou non, c'est juste pour permettre aux autres de confronter X avis et de se faire leur propre opinion.

Mon point de vue est que comme dans tout sport dangereux chacun le vit à son rythme et en fonction de ses envies et que c'est très bien d'alerter mais sans juger car le jugement n'est pas forcément écouté car peut être pris comme une agression.
Après je suis comme vous, certain comportement me surprennent (le mien parfois aussi Sourire )
Je prends un autre exemple que le parapente que je connais bcp mieux et qui parle à tous (débutants ou non). Lorsque je vois des petits jeunes qui vont se faire du ski hors piste de folie sans jamais avoir lu un BERA (bulletin d'estimation des risques d'avalanche) cela me surprend et ce n'est pas ce que j'ai envie d'apprendre à mes enfants.
Alors je leur apprendrai à lire les BERA à se servir d'un Arva, à étudier la météo, lire la montagne, etc..... car je ne pourrai malheureusement pas les empêcher de se mettre en danger par moment avec leurs potes ou autre, ce que je souhaite juste c'est leur apprendre à renoncer, à analyser la situation.
Pas forcément besoin de se prendre une avalanche ou un vrac en parapente pour apprendre.....mais bon mon point du vue est que si tu restes sur les pistes damées tu deviendras peut-être un très bon skieur mais ce n'est pas forcément cela qui te sera utile en hors piste ou ski de rando.

Pas simple tout cela.....
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
piwaille
l'(quasi)modo
Administrateur
compétiteur(trice) de haut vol
*****
En ligne En ligne

Aile: pure bleu/rouge
pratique principale: cross
vols: bientôt 900 vols
Messages: 439




WWW
« Répondre #34 le: 28 Juin 2010 - 07:56:59 »

 salut !

chouette le retour de la bonne ambiance trinquer

bonne analogie avec le ski ..
en ski, au tout début, tu apprends à ne pas tomber et à faire quelques mouvements de base ... là si tu tombes ben c'est que tu as tout faux
Ensuite, dans la progression en ski, si tu bouffes pas le neige c'est que tu ne progresse pas :S (enfin pas assez) ... mais pareil qu'en parapente, faut pas non plus confondre "manger un peu de neige" et "dégringoler une barre rocheuse".
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Pas de support par MP. Utilisez http://www.parapentiste.info/forum/le-chant-du-vario-b53.0/
Citation de: Bernard Werber
"L'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir"
akira
Invité
« Répondre #35 le: 28 Juin 2010 - 08:40:48 »

Donc quand un gars se vautre en snowboard lorsqu'il debute, c'est soit qu'il s'est mis dans une piste pas a son niveau ou qu'il a tente un vitelli en backside a 50 km/h ?
Et donc devrait jamais arriver de tomber en apprenant a skier ?? Ben flute alors ... j'ai ete un bien mauvais moniteur de snow ...

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
akira
Invité
« Répondre #36 le: 28 Juin 2010 - 09:35:39 »

Bon ... cela dit, j'etais un moniteur de snow assez moyen  canap  canap  mort de rire
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Obruni
Invité
« Répondre #37 le: 28 Juin 2010 - 09:39:27 »

De plus je pense que faire une analogie entre une avalanche et un vrac est un peu exagéré: un vrac est un événement "normal" en parapente alors que l'avalanche est un peu plus extrême.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
piwaille
l'(quasi)modo
Administrateur
compétiteur(trice) de haut vol
*****
En ligne En ligne

Aile: pure bleu/rouge
pratique principale: cross
vols: bientôt 900 vols
Messages: 439




WWW
« Répondre #38 le: 28 Juin 2010 - 09:46:00 »

Donc quand un gars se vautre en snowboard lorsqu'il debute, c'est soit qu'il s'est mis dans une piste pas a son niveau ou qu'il a tente un vitelli en backside a 50 km/h ?
Et donc devrait jamais arriver de tomber en apprenant a skier ?? Ben flute alors ... j'ai ete un bien mauvais moniteur de snow ...
1/ je parle de ski et pas de snow (quoi que)
2/ (si tu veux bien lire ce que j'écris) si le gus il tombe lors de son init, c'est soit
a/ qu'il n'a pas encore son équilibre
b/ qu'il a pris une piste noire sans avoir encore le niveau
c/ qu'il fait la figure que tu dis à la vitesse que tu dis sur la psite que tu dis ... mais à ce moment là s'il se gamelle il a droit d'avouer qu'il le cherche (non ?)

a/ Fleche peut être pas la peine de parler de piste noire
b/ Fleche s'il se plaint de tomber soit il revient à des pistes plus facile ... soit il se plaint pas
c/ Fleche je pense qu'il doit tomber Exclamation (enfin s'il veut progresser ... mais à ce niveau là, le gus il sait qu'il cherche la gamelle, les risques qu'il prend etc...)
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Pas de support par MP. Utilisez http://www.parapentiste.info/forum/le-chant-du-vario-b53.0/
Citation de: Bernard Werber
"L'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir"
akira
Invité
« Répondre #39 le: 28 Juin 2010 - 10:01:07 »

Je prolongeais simplement ton analogie pour voir ce que donnait le point de vue de Surfair dans cette comparaison. Ca me parait etre des domaines trop differents pour que la comparaison soit reellement interessante ...
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
kaiser38
Invité
« Répondre #40 le: 28 Juin 2010 - 10:16:50 »

les domaines ne sont pas si différent que ca.

On peut tout à fait faire une analogie, entre la pratique du parapente en conditions turbulentes, où le risque de fermeture peut entrainer des conséquences graves (proche du sol ou du relief par exemple), et entre skier dans Belledonne l'hiver quand il vient de tomber 50cm de poudreuse et ou le risque d'avalanche est largement plus grand que lorsque la dernière chute remonte à 15 jours.

J'ai envie de dire que le randonneur à ski débutant qui connait pas bien la montagne, et n'a pas un niveau de ski très élevé aura tout intérêt à skier dans des pentes débonnaires avec des conditions nivologiques qui ne vont pas le piéger. Un peu comme un débutant en parapente fait des ploufs du matin en air calme.
Plus tard, quand son niveau augmente, il peut commencer à aller tater de la pente un peu plus engagés, dans des conditions plus dures. Le parapentiste ira chercher les ascendances et volera dans un air plus turbulent !

Il est de toutes évidences que le débutant à envie d'imiter le "bon", aller chercher du thermique, de la poudreuse, car c'est ce qui fait le plaisir du pratiquant aguerri ! Surtout avec la médiatisation à outrance de "l'extrême" dans chaque activité ou on est constamment bombardé d'image et de compte rendu (avec internet cela joue beaucoup) de gars qui sont très fort dans leur domaine, en oubliant systématiquement le cheminement qu'ils ont fait pour en arriver la !

Il faut simplement se méfier à pas bruler les étapes et à apprendre à connaitre la montagne et la neige, comme on apprend à lire l'air en parapente.

a+
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
akira
Invité
« Répondre #41 le: 28 Juin 2010 - 10:25:32 »

Bon, manifestement je suis incapable de m'exprimer clairement ...  la prise de t?te
Je lache l'affaire.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Benoit 2R
passager biplace
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: RG emilie, supair wild
pratique principale: acro
vols: quelques vols
Messages: 0


bip bip biiip


« Répondre #42 le: 28 Juin 2010 - 11:25:38 »

Pour en revenir à la question initiale, à mon avis il faut accorder autant d'importance à choisir une aile qui collera pile poil à son PTV (idéalement aux 2/3 de la plage de poids) plutôt que de se focaliser sur la catégorie. On n'aura pas la même vision de l'aérologie en bas ou en haut de fourchette, du coup on ne va pas acquérir les mêmes réflexes de pilotage.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
surfair
Invité
« Répondre #43 le: 28 Juin 2010 - 14:22:48 »

Encore désolé si je t'ai vexé ou autre surfair ce n'était bien évidemment pas le but.
Ah ben non, moi je croyais que c'était toi qui était vexé...

Je ne sais pas ce que tu appelles "jugement", il y a juste une analyse par rapport aux éléments que tu donnes.
Dans un autre fil, Parapente Samoëns mettait l'accent sur ces phases de "sur-confiance" qui sont d'autant plus difficile à gérer que celui qui est dedans ne s'aperçoit pas des risques qu'il prend puisque justement il ne les ressent pas à cause de sa confiance. A te lire, on peut se dire que tu en es là...

J'essaie aussi de manifester qu'il y a une manière de vivre le vol libre qui n'est pas orientée vers la performance furieuse et les grosses conditions. Je considère même qu'un parapente est un engin qui exprime le meilleur de lui-même en petites conditions. Et à mon avis les pilotes aussi.
Pour moi, le vol en parapente ce n'est pas de la survie.

Autre point qui me semblait important : les fermetures. En effet la manière de les envisager conditionne beaucoup de choses dans la progression du pilote.
Ou bien la fermeture fait partie inhérente de l'activité et il faut développer des compétences de Rambo équilibriste pour s'en tirer... Ou bien la fermeture est un phénomène anormal qui signale un problème potentiel auquel il convient de réfléchir et remédier...
C'est pour ça que j'ai mis dans la discussion le lien avec l'autre fil qui en parle. Là non plus il n'y a pas de jugement car il y a 20 ans, j'étais comme toi dans la totale incapacité de saisir ce que racontait ce gars qui volait déjà depuis un moment et qui s'appelle Demoury. Ses propos me révoltaient presque...
Pourtant comme l'a bien résumé Piwaille dans cet autre fil, une fermeture est un signal qui s'allume et qui doit amener à interroger sa pratique et à se poser les bonnes questions.

Enfin, je pose juste un regard  amusé sur certains propos, c'est pas pour juger là non plus ; mais une différence c'est qu'il y a 20 ans, on n'avait pas avec nous des gens qui volaient en parapente depuis vingt ans.
Échanger sur un forum c'est profiter de l'expérience des autres. Avec plus de 2000 heures de vol dans ma besace sans accident grave, avec peu de fermetures, sans aucun exploit ni résultat sportif, après avoir vu de nombreux copains arrêter l'activité pour diverses raisons, après avoir perdu des amis, après avoir vu débuter et évoluer des dizaines de pilotes dans ce sport, après avoir été fortement investi dans un club et dans la gestion d'un site, après avoir vu défiler des paquets d'élèves de tous niveaux, en voyant au quotidien des pilotes enthousiastes aller à l'accident pour cause de trop loin-trop vite, je peux témoigner d'une certaine manière de vivre notre passion du vol.

Que faudrait-il dire ou ne pas dire pour ne pas être taxé de juge ou de castrateur (voir discussion d'Obruni à ce sujet) ? Rien et laisser faire la sélection naturelle ?
Tous ceux qui sont comme moi préfèrent assumer leur rôle de moralistes à la con. En toute amitié, même pour des gens qu'ils ne connaissent pas.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
akira
Invité
« Répondre #44 le: 28 Juin 2010 - 14:34:16 »

Que faudrait-il dire ou ne pas dire pour ne pas être taxé de juge ou de castrateur (voir discussion d'Obruni à ce sujet) ?

Peut etre mollir un peu sur le genre de commentaires totalement exageres (et j'imagine que tu en es parfaitement conscient), qui ne servent a rien a part a denigrer le point de vue contraire.
Citation
il faut développer des compétences de Rambo équilibriste pour s'en tirer


Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
surfair
Invité
« Répondre #45 le: 28 Juin 2010 - 14:54:13 »

Ah ben tu te méprends.
Je ne considère pas que ce point de vue sur l'activité est un point de vue "contraire". C'est une manière de voir et de pratiquer l'activité. Bien sûr ce n'est pas la manière que j'ai choisie mais le terme "Rambo équilibriste" est là pour résumer, pas pour dénigrer.

C'est une image dont je vois souvent la traduction dans la réalité. Avec des gens qui partent quasiment à la guerre (comme en Alpinisme on peut partir en montagne pour "vaincre" un sommet...) et qui développent des capacités d'une haute technicité (un entrainement) que je n'ai pas. C'est leur truc.
Un inconvénient que j'y vois c'est que ça s'adresse en fait à peu de personnes, à un faible pourcentage des volants capables d'y consacrer le temps et l'énergie nécessaires. C'est alors un vrai sport et ses adeptes sont des sportifs. Dans le même temps, cette image de la pratique est la plus facile et la plus glamour à faire passer dans les médias. Et elle génère à juste titre les gourous auxquels nous avons tendance à nous référer.
Mais nous sommes dans notre forte majorité des plaisanciers, pas des sportifs.

J'pourrais être plus sec et dire aux gens quand certains signaux m'alertent, des choses comme "Fais gaffe, des mecs comme toi j'en vois depuis le début deux ou trois par an s'écraser !". Parceque c'est la simple vérité et qu'il faut quand même en témoigner.
Mais normalement, il y en a d'autres sur ce forum qui causent de cette manière... Rigole
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Champlo
Rampant
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Oryx, Spiruline 18 et Dual BGD
pratique principale: vol rando
vols: > 400 vols
Messages: 3



« Répondre #46 le: 28 Juin 2010 - 17:25:01 »

En adéquation avec les "les sur-confiants" et les "va t'en guerre", je vous invite à relire le texte ci-dessous. A la lecture des messages ci-dessus, j'ai retrouvé pas mal des comportements à risques listés dessous...
Et si l'on prend un conseil, un jugement comme une agression, il y a de fortes chances que l'on soit déjà bien engagé dans ces comportement typiques à risques.

Alors certes, je suis un piou-piou en parapente, je n'ai pas le jugement d'un pro avec 20 ans d'expériences mais avec 15ans de pratiques de sports engagés et d'activité de formateur pour certains d'entre eux, je suis bien en accord avec les écrits de Surfair et Parapente Samoens. Ce que je vois dans des posts et des récits de vols fait hurler mon radar "comportements à risques".

Quand je lis que l'on néglige de faire le plein sur une traversée critique car les autres (meilleurs pilotes et meilleur matériel) sont loin devant. Je n'y voit pas qqu'un qui vole bien mais qqu'un qui n'est pas capable de voler et d'assumer son vol seul (items 2 et 3 dessous: syndrome du Lyon et positionnement social).

Il faut réfléchir sur les motivations réelles lors de nos prises de décision.
C'est là que se trouve la sécurité à mon sens. Car ces motivations liées à des comportements-types nous concernent tous, à tous niveau de pratique et dans tous les sports. Quand on se rend compte que l'on est entré dans un certain schéma de comportement, l'identifier puis se forcer à ré-analyser la situation nous évite bien des problèmes.

Alors oui, cela demande une discipline, ce n'est pas drôle de voir filer les copain au-dessus alors que l'on fait un méga point bas. Mais plutôt que de laisser se tendre un élastique mental avec le groupe qui file au loin, il faut s'occuper sereinement de son vol pour sortir de cette falaise dans du +0.2...

Amusez-vous à revenir sur un beau vol, un long cross que vous avez fait avec la grille de lecture ci-dessous. Il faut une certaine honnêteté intellectuelle car ce que l'on y découvre est pas forcément glorieux mais cela permet de progresser.


----------------------------------------------------------------------------------

Facteurs humains

   Quand on analyse les causes des accidents, on arrive dans la plupart des cas à identifier une prise de décision erronée. (erreur humaine).
   Analyse de 14 comportements venant perturber les étapes du processus de prise de décision.


Comportements-type

1.   L’habitude – la routine
   Le fait d’être dans une situation familière fait que l’on se raccroche à une analyse passée et détourne l’analyse correcte de la situation présente.
   L’habitude semble annuler les bénéfices de l’apprentissage
   Le processus échappe totalement ou partiellement au contrôle de l’attention (machinal)
   Sentiment d’invulnérabilité : « 30 ans de métier (de pratique) nous mettent à l’abri du danger »

2. L’obstination
   Le fait de prendre des décisions cohérentes avec une décision initiale (qui peut être correcte) sans tenir compte des nouvelles informations pertinentes qui apparaissent.
   Syndrome du Lion : l’objectif à tout prix
   Syndrome de la Vache : le retour à tout prix, même si le risque augmente

3. Le désir de séduction – le positionnement social
   S’engager dans une activité dont on pense qu’elle nous fera remarquer ou accepter par des personnes que l’on aime ou que l’on respecte, ou par des personnes dont on aimerait bien être aimé ou respecté.
   Conduite « à risques » des ados
   Les hommes en présence de femmes
   Les groupes ayant une sensation d’avoir un bon niveau prennent plus de risques après avoir rencontré un autre groupe.
 

4. L’aura de l’expert (comportement autocratique)
   Quand il y a un leader identifié (formel ou informel), ses décisions seront peu remises en cause par le reste du groupe, même si leur intuition leur dit le contraire.
   Un groupe où les décisions sont prises de manière consensuelle s ‘exposera moins.
   Avantage d’être à 2 encadrants (et rester « à l’écoute » du groupe)
   Pb inverse : Si une décision de prudence est prise, mais non justifiable techniquement (mais par l’expérience ou l’intuition), comment faire face aux frustrations/déceptions engendrées dans le groupe ?

5. La sensation de rareté
   « La fièvre de la poudre » : tracer plus loin au mépris du danger (Ex : Chamonix ou Les Arcs après une chute de neige)
   Attribuer une valeur à une opportunité, d’autant plus grande qu’on risque de la perdre.
   Variante : obstination due à la rareté des sorties possibles :
   Eclaircie pendant une période globalement perturbée
   Faible disponibilité des participants
   Volonté de « rentabiliser » la sortie

6. Sur-confiance
   La confiance en soi augmente avec l’impression de maîtriser le sujet.
   D’autant plus que le retour associé à une prise de risque est extrêmement positif lorsque le risque ne se réalise pas.
   Mauvaise capacité à tirer des enseignements des expériences passées.
   Impression d’avoir un haut niveau de contrôle de la situation.
   Savoir erroné (idées reçues).
   Le risque est sous-évalué et sous-estimé.

7. Erreur de représentation
   Le risque géré n’est pas le risque prépondérant : mauvaise hiérarchisation des risques.
   On n’est pas dans « le bon film ».
   Erreur résistante à la détection : on est persuadé de faire correctement son travail.

8. Laisser-faire
   Le souci de plaire de l’encadrant entraîne une augmentation de l’acceptation du risque, ainsi qu’un relâchement dans la prescription et le suivi de l’application des consignes.
   Encadrant avec faible leadership, ou faiblement reconnu. (faible crédibilité).
   Groupe sans leader formellement identifié, surtout si les participants sont de bon niveau.
   Décontraction excessive à l’issue d’une phase intense.
   Minimisation des erreurs commises.
   Attention aux mises en situation d’encadrement de chefs de course en cours de formation : la plus grande vigilance s’impose.
 

9. Indécision
   Tendance à repousser les prises de décision importantes.
   Mauvaise identification ou ignorance des endroits clefs de prise de décision.
   Tendance à privilégier les décisions qui entraîne un faible engagement ou qui semblent réversibles.
   Incapacité à s’adapter ou à renoncer.
   La cause est souvent une analyse incomplète et/ou floue.

10. Oubli du court terme (Sur-anticipation)
   La stratégie prend le pas sur la tactique.
   Obnubilé par un point clef de l’itinéraire ou par un risque probable, on en oublie la gestion de l’instant présent.
   Oubli ou négligence des actions en cours.
   Si ce qui a été anticipé ne se produit pas, on se retrouve avec un projet d’action inadapté et sans aucune bonne réponse prête.
   Attention aux situations hautement routinières.

11. Oubli du long terme (Sous-anticipation)
   La tactique fait oublier la stratégie, ou absence de stratégie.
   La gestion du risque à l’instant fait oublier la gestion globale de la sortie, risque de grosse surprise.
   Leader plongé dans ses instruments.
   Préparation sommaire ou absence de préparation de la course

12. Recherche de risques
   Il n’y a pas de plaisir de réussite sans risque d’échec. Certaines personnalités ont un tel besoin de consolider leur image interne qu’ils recherchent les situations de risque interne élevé (en limite de savoir-faire).
   Tendance à privilégier les solutions à engagement fort, à privilégier les hypothèses ou analyses optimistes.
   Veut toujours « aller voir »
   A beaucoup d’anecdotes de situations limites.

13. Recherche des marges
   Quand tout se passe bien, on n’a pas connaissance du niveau de marges que l’on avait.
   Tendance à rechercher des situations de plus en plus « limites » pour vérifier que l’on a toujours une analyse pertinente, associée à une sensation de haut niveau de contrôle.

14. Surcharge cognitive
   Leader débordé par la complexité d’une situation.
   Insuffisance de l’anticipation.
   Non prise en compte d’éléments importants.
   Prises de décisions impulsives, sans analyse raisonnée.
   Oublis nombreux.
   Comportement favorisé par un état de fatigue.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

"La survie dépend de la capacité à supprimer l'anxiété en la remplaçant par un raisonnement calme, clair, rapide et correct." Sheck Exley, 1949-1994
dravier
Invité
« Répondre #47 le: 28 Juin 2010 - 21:36:08 »

Je suis tout à fait d'accord avec l'histoire de la surconfiance, j'en suis pleinement conscient et ce pb n'est pas qu'en parapente.

Mon objectif numéro 1 la sécurité malgré ce pb de prise de risque que certains qualifieraient comme extrême. Pb qui ne guérira sans doute pas avec l'âge....enfin on ne sait jamais qui sait Clin d'oeil
=> je suis sur qu'en disant cela ceux qui me connaissent se disent quel rigolo....mais non c'est vrai !
=> Après le seul truc est où mets-tu la barre de la sécurité....perso mourir me fait peur, me prendre une avalanche non si
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
dravier
Invité
« Répondre #48 le: 28 Juin 2010 - 22:12:41 »

mon message est partit seul à moitié rempli alors que finalement je ne voulais pas l'envoyer car voulait le tourner autrement tant pis Pas content

Enfin bref il disait qu'effectivement chacun avait ses propres objectifs, ses propres envies, son propre niveau de pilotage et d'engagement.
Je suis d'accord avec Champlo, ce qui est important surtout en parapente (et tous ces sports à risque) c'est d'avoir des moments de prise de recul pour savoir où on en est dans tout cela et là où on veut aller.

Sinon, oui bien sur que tous les gens ici sont bien contents de profiter de votre expérience de vieux pilotes, pilotes accro, pilotes prudents ou moins, pilotes débutants, etc....
Sinon tu ne lis rien, ne post jamais et tu progresses dans ton coin sans rien dire à personne. Donc si tous ceux qui lisent sont là c'est qu'ils ont envie de lire vos propos car personne ne les force.
Le seul détail est peut-être le moyen de faire passer les messages, pas certain qu'il en existe 1 seul d'ailleurs car comme toute pédagogie elle doit s'adapter à l'élève (ou au lecteur) et pas très simple avec des mots pour toucher tout le monde.....alors si tu touches 80% des personnes c'est déjà très bien....continuez avec vos précieux conseils.....même si parfois ils énervent certains vilains petits canards comme moi Sourire

Dav
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
kaiser38
Invité
« Répondre #49 le: 28 Juin 2010 - 23:35:06 »

en tout cas le problème de la prise de risque dans tout ces sports (parapente, ski, VTT, ...) est exactement la même, fait appel aux mêmes mécanismes et on retrouve les mêmes travers !
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Pages: 1 [2] 3   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

parapente gratuit
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.041 secondes avec 23 requêtes.
anything