+ Le chant du vario +

Forum de parapente

23 Septembre 2019 - 20:35:12 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre mot de passe ?
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
  Site   forum   Aide Groupes Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous        GPS2GE Balises  
CSC
Pages: [1]   Bas de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Sortir du cercle vicieux du surpilotage : Comment se reconcentrer en vol ?  (Lu 1402 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Mon_nom_est
passager biplace
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: ε8
pratique principale: apprends à voler
vols: 250 vols
Messages: 7


« le: 20 Août 2019 - 14:18:10 »

Contexte,
 Je vole sous une B relativement gentille (Epsilon Cool avec une selette EVO
 En SIV au printemps j'ai eu deux cascades d'incidents avec twist dont une à fini au lac sous secours, donc sous les conseils de mon moniteurs j'essaye de voler ventrale plus relâchée 
 Même si mon récent SIV a impliqué un secours (Ce qui joue négativement sur le mental) j'en ressort avec de gros progrès en cumul tangage + roulis  (Ce qui joue positivement sur le mental)
 Ce jours est relativement couvert, mais le vent est suffisamment fort pour tenir en soaring, je pars en mode "soaring tranquile"
 Finalement des éclaircie, on est en fin d'après-midi avec des conditions pas si forte (+3/-3) mais ça ressembe à  " une masse d'air du matin" avec rien d'organisé, un coup de soleil et je gagne 100m, un coup de nuage et je le reperd aussi tôt, bref je fais le yoyo au raz des arbres, ce qui est jamais une situation confortable

Mais voilà sur ce vol, plusieurs fois j'ai l'impression de piloter à contre temps, et de me retrouver à faire de belles tempo qui ne devrait pas être nécessaire dans ces conditions, c'est clair je surpilote et parfois c'est flagrant que je suis à contre temps lorsque je constate les conséquences de mes actions.  C'est là où le cercle vicieux s'enclenche. Comme j'amplifie la masse d'air je suis moins sereins donc je surpilote encore plus. Je décide donc d'aller me poser.

Dans beaucoup de sports, lorsque tu as pas des bonnes sensations, tu t’arrêtes deux minutes, respire un grand coup, ferme les yeux et repart sur de bonnes bases. Évidemment en parapente c'est pas si simple. C'est quoi vos techniques pour vous reconcentrer lorsque la concentration n'est plus là en vol ?
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
wowo
papoteuse(eur)
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Sigma/Magnum
pratique principale: cross
vols: Plus que certains, moins que d'autres mais quand même déjà pas mal de vols
Messages: 694



« Répondre #1 le: 20 Août 2019 - 14:59:21 »

Sujet intéressant,

Déjà suivant si tu parles en vario instantané ou intégré et sur quelle période alors, du +3/-3 peut être considéré tout a fait différemment en termes de conditions aérologiques surtout si on y rajoute un vent suffisamment fort pour tenir en soaring sans thermiques. Donc suivant les circonstances, il n'y a déjà rien de vraiment étonnant de voir son esprit saturé par le stress induit par les réactions de l'aile.

Ensuite si tu constate ou du moins que tu le penses, que ton pilotage plutôt que de calmer le jeu l'accélére. Sans doute que la première chose à tenter, comme dans beaucoup d'autres sports tels que tu le dis pertinemment, c'est de trouver à respirer un grand coup (pas forcément en fermant les yeux surtout si pas seul dans le ciel ou proche du relief) et pour ce faire :

- Essayer de dégager de la zone trop active à son goût (sans pour autant filer direct vers l'atterro.

- voler en tentant de rester juste à un peu plus que le contact pour n'intervenir que sur les réactions les plus marquées de ton aile rapport à la masse d'air. Ceci dans l'idée que si de toute façon tes actions de pilotage sont exagérées et à contre-temps, en faire moins ne peut pas être pire. Note que cela a ses limites et dans une grosse resource il faut tout de même penser à bien relever les mains pour... placer la juste tempo dans l'abattée qui imanquablement suivra. Mais éviter déjà tous les autres actions saccadées que l'on peut faire quand la situation semble nous échapper. Pour cela, venir en appui avec les paumes des mains sur les élévateurs par l'extérieur peut être utile/rasurant.

- Faire des oreilles assez importante avec un tiers d'accélérateur peut suivant les ailes aussi aider à quitter une zone désagréable en se faisant moins maltraiter. Il faut essayer rapport à son aile mais pour l'expérience que j'ai des Epsilon depuis la 5 à la 9, cela devrait marcher plutôt pas trop mal. Bien sûr qu'il est souhaitable d'être rodé à la manoeuvre avant d'en avoir impérativement besoin.

- Perso, il m'arrive de me parler ou de parler à mon aile dans les moments les plus "tendus". Dans l'idée que si je suis dans la mouise, ce n'est pas en paniquant (même encore loin de l'être que) cela ira mieux. Que je dispose de solutions, à moi de trouver et mettre en oeuvre celle/s qui est/sont les plus adaptées.

- Partir en SIV, pas forcément tant pour espérer mieux tirer sur les ficelles (là il en faut plusieurs de SIV et sans garanties de jamais devenir aussi bon qu'on le souhaiterait) Mais plus pour espérer mieux se connaître et connaître ses limites psychiques en termes de stress dû aux réactions de l'aile sur des sorties du domaine de vol.

Très certainement il existe encore beaucoup d'autres "méthodes" et aller se poser n'est sans doute pas la plus mauvaise, le vol doit être plaisir et si celui-ci n'est plus au rendez-vous, pourquoi s'entêter à voler ?

On a tous nos limites et la seule façon fiable de les repousser et de les explorer très progressivement. Sinon le risque existe qu'un traumatisme nous bloque définitivement bien avant d'avoir trouver nos vraies limites.

Bonnes expérimentations et bons vols,

 trinquer
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Le plus beau vol ? Sûr, celui à venir !
Gilles Silberzahn
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Zeno IP6 K2.3 Bidule
pratique principale: autre (?)
vols: >1000 vols
Messages: 68




WWW
« Répondre #2 le: 20 Août 2019 - 15:09:49 »

Des pistes sont compilées ici :

http://rocherbleu.com/parapente/stress-et-parapente/

Si tu ne veux pas tout lire, tu peux commencer ici, ce qui ressemble à ta problématique :

http://rocherbleu.com/parapente/stress-et-parapente/#quantifier

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Gilles
wowo
papoteuse(eur)
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Sigma/Magnum
pratique principale: cross
vols: Plus que certains, moins que d'autres mais quand même déjà pas mal de vols
Messages: 694



« Répondre #3 le: 20 Août 2019 - 15:22:06 »

Ah... un truc que j'ai zappé et qui marche pas trop mal pour moi quand je trouve les thermiques un peu trop tonique en les enroulant "normalement", c'est de serrer un peu plus le virage, quitte à se mettre un peu sur la tranche et être globalement moins efficace question taux de montée mais de privilégier avant tout de rester dans le noyau du thermique et eviter ainsi les variations trop brusques entre Vz positives et négatives.

Ça c'est pour l'aspect pilotage, forcément pour l'aspect psychique ça aide moins, quoique...

 trinquer
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Le plus beau vol ? Sûr, celui à venir !
william_baptiste
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile: BGD WASP - AirDesign Vivo - Skywalk Masala 3
pratique principale: vol / site
vols: 300 vols
Messages: 74



« Répondre #4 le: 20 Août 2019 - 15:35:55 »

Merci ! Très bien fait !

Si le stress monte, je me parle à voix haute, je regarde ma voile et je me pose quelques questions : je maîtrise ou je subis? Je prends du plaisir ou pas? Je comprends le vol ou pas.
Et je vais voir un peu plus loin. Si le stress ne diminue pas pour quelques raisons ; je vais poser (j’envoie des gros 360).

Exemple : je décolle à Montaud, site que je ne connais pas. Stress niveau 1. En l'air, ça monte normalement mais je prends des grosses rafales, violentes.
Abatée, première parachutale (oups), Abatée, deuxième parachutale (oups). Stress niveau 2. En fait je suis fatigué, je suis monté à pied et j'ai faim.
Et je ne comprends pas le comportement de ma voile. En plus c'est l'heure de la sieste. Voler à ce moment là me demande trop de concentration. Stress Niveau 3.

Donc je suis pas dans mon vol. Je plante mes 360 pour éviter de traîner trop longtemps dans le bouillon et je pose.

Je redécollerai le soir même pour un vol beaucoup plus sympa.


Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Patrick Samoens
professionnels
compétiteur(trice) de haut vol
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Tout ce qui me passe entre les mains !
pratique principale: apprends à voler
vols: 25 000 + vols
Messages: 475



WWW
« Répondre #5 le: 20 Août 2019 - 17:53:38 »

Je ne vois pas vraiment de problème dans ton attitude qui me semble juste normale. Si en vol l'équilibre trouille plaisir penché du mauvais côté on abrège le vol et basta.

Il est juste dommage que tu ne puisses mieux anticiper les conditions ce qui t’éviterais ces moments pas très agréables. 
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Patrick    BE parapente et delta
www.parapente-samoens.com
Guy67
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Avec des plumes
pratique principale: apprends à voler
vols: Quelques vols
Messages: 131


« Répondre #6 le: 20 Août 2019 - 22:13:05 »

Ouaip... déjà faire ses preuves en conditions calmes.
+3/-3 ne me semble pas correspondre à des conditions “soaring” pertinentes.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Dominique B
plouffeur(se)
***
En ligne En ligne

Aile: ASPEN2 , MENTOR 3
pratique principale: cross
vols: +1000 vols
Messages: 39


« Répondre #7 le: 20 Août 2019 - 23:13:56 »

Bien d'accord avec Patrick ! première chose éviter les conditions qui te dépassent ! Donc observer les voiles en l'air s' il y en a , avant de décider de décoller,  regarder si elles cabrent en entrée de thermique ,si elle plongent en sortie, si il y a une forte dérive quand elles enroulent si elles sont fortement contrées face au vent,observer les rafales dans les arbres ,l'intensité des cycles au déco. Bref tous les indices qui peuvent déjà te  donner une bonne idée du niveau d'engagement et de compétence nécessaires pour te jeter à  "l'air" qui contrairement à l'eau est invisible

Maintenant , depuis combien de temps voles tu et combien de vols et d'heures as tu au compteur ?  A combien de vol as tu fais ce fameux ou plutôt "fumeux" SIV.Ca peut nous éclairer pour te conseiller;

D'après ce que tu dis,ton SIV ta montré que même avec une B cool on pouvait faire de bons sketchs quand on sort du domaine de vol surtout si on sur-pilote.
J'ai tendance à penser que tes deux sketchs avec un secours sur le même SIV ne t'ont pas donné confiance au contraire et que tu veux tellement bien piloter ,que tu veux peut être TOUT piloter.
Avec une B cool comme l'epsilon il faut peut être laisser un "vivre " un peu ta voile (dans des conditions aérologiques raisonnables bien sûr)apprendre suivre et à accompagner les mouvements de ta voile, à ne piloter ou contrer que les mouvements amples ou violents .Le parapente est un aéronef pendulaire qui à tendance à atténuer naturellement les mouvements de tangage et de roulis.Tu pourras observer en regardant des vidéos de SIV très chaudes que bien souvent quand le pilote est à contre-temps ou définitivement dépassé, la dernière consigne avant le secours c'est BRAS HAUT pour au moins éviter justement de sur piloter.

Effectivement, tu dis toi même avoir fait des belles tempos inutiles vu les conditions(peut être plus grosses et à contre-temps que belles).Je vole régulièrement en cross 150 h par an dans des conditions parfois soutenues et j'ai du faire  deux ou trois "belles" tempos comme tu dis depuis un an. Absorber les mouvements de la voile nécessitent rarement des mouvement profonds et rapide comme une vrai tempo.
Calme le jeu et accoutume toi aux mouvements de la masse d'air, pour apprendre les atténuer et les absorber sans violence et sans excès.
Le SIV est un exercice engagé où on se fait un peu violence ,on va vers des angles d'incidence limites et les gestes de pilotages sont proportionnés à ces grandes incidences. Le vol en conditions raisonnables demande rarement ce type de pilotage.
Mon conseil,  oublie ton SIV ,retravaille ta gestuelle au sol par vent soutenu pour contrôler ta voile avec le plus de fluidité possible sans accous,violence ou précipitation.Tu seras surpris de voir que ton pilotage deviendra en vol plus intuitif ,plus mesuré qu'après un SIV "grosse frayeur "!

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Cyrille74
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile:
pratique principale: vol / site
vols: vols
Messages: 150


« Répondre #8 le: 21 Août 2019 - 00:08:53 »

Personnellement quand je suis pas à l'aise sans trop de raison, j’envoie un peu de voltige gentille, ça a tendance a recalibrer mes sensations, la masse d'air a l'air plus calme après Mr. Green
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Sagarmatha
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: Nervures Diamir (n°8 et n°211), U-Turn Everest 21, Niviuk Artik2, Air Design UFO 18 et Ozone Ultralite 19
pratique principale: vol / site
vols: 2170 vols
Messages: 272



« Répondre #9 le: 21 Août 2019 - 01:42:25 »

Personnellement j'en suis au même point après plus de 2000 vols dont environ 1000 sous la Diamir, qui n'a pas grand chose à voir avec une Epsilon question transmision de la masse d'air, ressenti et pilotage.
Après ma gamelle dans le lac en SIV, en mai 2012, il m'a fallu du temps pour retrouver un mental solide en l'air, c'est venu en 2015 avec la sellette Delight 2, parfaitement adaptée à la Diamir... mais des ennuis familiaux en 2018 m'ont éloignée des Alpes, la mort de Pierre Naville m'a rudement secouée (il avait 3 ans de moins que moi et il volait sacrément mieux), la canicule de juillet n'a pas été très favorable à une reprise sereine après 14 mois au sol, bref j'ai provisoirement rangé la Diamir pour passer sous une Swift 4 que m'a prêtée un copine.
C'est un monde un peu différent, je me fais secouer un poil moins fort et la voile me laisse le temps d'observer mes comportements.
Pas de doute : la recommandation de Pierre-Paul Ménégoz de "voler à 400g" est toujours aussi pertinente et la Swift 4 me remet peu à peu d'équerre question mental. Elle est plus sensible que la Diamir en roulis et je gigote toujours autant dans la sellette, et quand je passe dans du bien moisi c'est très différent de la Diamir, le tangage est nettement plus amorti et le débattement aux commandes est moins court.
---
En vol rando, avec la UFO, c'est encore différent : les mouvements de tangage sont si amortis qu'on les oublie, on laisse la voile voler, bras hauts et on gère le roulis à la sellette, le débattement aux commandes est très court et si on "surpilote" il va se passer des choses désagréables, surtout en phase d'approche du terrain.
La voile est facile mais toutes les phases du vol sont différentes par rapport à une voile standard, ce qui oblige à rester toujours très concentré, et la très faible ressource à l'atterrissage impose d'être très précis pour ne pas faire de cratère et poser en douceur.
---
Voler sous d'autres voiles peut apporter de nouvelles sensations et obliger à bien s'auto-observer, ce qui n'est jamais mauvais quand le mental a fait des plis. Socrate recommandait de bien se connaître soi-même, sa maxime me semble tout aussi pertinente quand on vole en parapente.
---
Et puis il reste que voler est un plaisir et que quand les conditions sont telles qu'on ne se fait pas plaisir il n'y a aucune vergogne à aller se mettre au calme en s'écartant des zones agitées, voire même à aller se poser.
Il y aura d'autres vols-plaisir.
Consulter le menu d'un restaurant n'impose pas d'y entrer ni encore moins d'y contracter une indigestion (Livanos).
 trinquer
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
edae
papoteuse(eur)
*
En ligne En ligne

Aile: Element X-Fire xxs, Carrera+ xs, Axis Vega 5 xs, Diamir s
pratique principale: vol / site
Messages: 631



« Répondre #10 le: 21 Août 2019 - 07:34:02 »

Mon_nom_est tu voles avec une sellette EVO et j'en ai également une de… 2002
Je pense que la tienne est plus récente mais la sellette (modèle, taille et les réglages) influe beaucoup non seulement sur le confort mais aussi la qualité du pilotage
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Mon_nom_est
passager biplace
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: ε8
pratique principale: apprends à voler
vols: 250 vols
Messages: 7


« Répondre #11 le: 21 Août 2019 - 12:04:25 »

Je répond un peu en vrac,

- Autour de 250 vols, avec entre 20 et 40 h par an (pas évidemment de voler beaucoup lorsqu'on travaille en semaine et habite pas au pied des montagnes), pas assez de gonflage comme tout le monde mais des sessions occasionnelles de gonflage en bord de mer me donne le minimal vital pour décoller dans conditions supérieure à mon niveau en l'air (Ça c'est quelque chose dont j'ai conscience). 2-3 tentatives de cross dans l'année les fois où tout les voyants sont au verts (NOTAM, itinéraire avec vaches, altitude avec assez de marge pour entamer la transition, et récup facile)  avec des distances entre 10 et 30km donc pas de quoi faire rêver, mais justement la phase dangereuse où l'on est moins humble qu'un débutant et moins aguerris qu'un champion du monde 

- Il est clair que ce jours là l'erreur a été de décollé en mode "Soaring tranquile par temps couvert" alors que ça commençait à s'éclaircir et donc à chauffer un peu.
Probablement décoller une heure plus tôt aurait été un soaring de plaine par vent fort, et une heure plus tard la convection serait installée proprement sans faire le bouchon

- Le réglage de l'Evo change énormément de chose, et tenter de voler ventrale moins serrée change pas mal de donne explorer tout ça joue aussi.

- En général j'arrive assez bien à me tenir au fameux 400g (même si c'est peut être 500 ou 600 et ça marche bien y compris dans des conditions plus forte) sauf les fois où j'allume le cerveaux et intellectualise ce que je fais

- Dominique : C'est un sketch avec secours (L'autre j'avais la hauteur pour gérer le twist et une fois twisté c'est pas parti en couille) mais effectivement, autant le précédent SIV m'avait donné confiance en laisser voler la voile celui-là me rend plus prudent, surtout dans des conditions où je gagne pas d'altitude

- Gille : J'aime beaucoup ta méthode de quantification du niveau de stress (J'avais déjà réfléchit à une technique pour quantifier les drapeaux jaunes sur un site : Genre site inconnu par vent fort je décolle pas malgré des voiles en l'air, Site connu par vent fort j'accepte de partir en premier pour faire "fusible"). Ici on est un peu dans la situation hybride celle où c'est volable à mon niveau mais où ce jours là je suis pas dans le vol

-  Tout à fait en cas de doute poser (ou ne pas décoller) est la meilleure solution (Même si parfois ça rajoute de la frustration). Mais je note aussi le coup d'utiliser les oreilles + accélérateur comme un moyen de faire un break  (Je les utilise surtout comme un moyen d'aller poser rapidement lorsque ça descend pas et renforce, oui je sais c'est pas bien il aurait fallu anticiper)

-  Les figures de voltige pour recalibrer les sensations c'est un peu (beaucoup) au dessus de mon niveau.  Déjà envoyer du 360 dans une masse d'air qui bouge un peu je tente pas(Je suis confiant que je saurais faire si besoin, mais je me suis jamais foutu dans des conditions merdique où il faut absolument les envoyer pour dégager et j'éspère garder la sagesse de pas m'y foutre)


En tout cas merci pour vos divers feedback, ça donne des pistes de reflexions


Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
william_baptiste
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile: BGD WASP - AirDesign Vivo - Skywalk Masala 3
pratique principale: vol / site
vols: 300 vols
Messages: 74



« Répondre #12 le: 21 Août 2019 - 16:54:01 »

Salut,

Je me permets trois remarques pour alimenter ta réflexion :

1. J'ai fait deux stages SIV ; lors du premier sur une vrille mal gérée j'ai tutoyé mon bord d'attaque ; lors du second sur un décrochage maintenu trop longtemps j'ai terminé la tête coincée dans les twists des élévateurs et fini en autorotation jusqu'au lac (secours lancé trop tard). Même si cela peut refroidir sur le coup ; cela m'a permis de comprendre dans mon vol où se situe la limite entre le  "je pourrais gérer l'incident" et le "c'est mort, secours" et de débuter une réflexion plus approfondie sur la mécavol, le pilotage et mes limites. J'ai toujours plaisir à voler. Par contre je me sens déniaisé sur l'utilisation du secours et surtout sur la capacité de la machine (et le pilote) à générer du sketch.
Quand je décolle je sais où je mets les pieds et c'est pas plus mal.

2. Je pense que sans entraînement régulier envoyer du 360 face planète sur 25 tours à 3G et -10m/s (pour être gentil) pour se sortir d'une situation de stress est une vue de l'esprit ; pour t'en convaincre essaie en conditions calmes.

3. J'ai a peu près le même profil de vol que toi mais excepté des thermiques un chahuteur je n'ai jamais rencontré de situation me demandant de contrer une grosse abatée

Sinon j'ai un camarade qui adore ce mettre dans des conditions fortes à violentes ; il a truc : le papier OCB ! (véridique) ! Ça le détend semble-t-il Clin d'oeil
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Jérôme C
professionnels
zéroteur (se)
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: toutes
pratique principale: autre (?)
vols: une tripotée mais ce n'est pas fini vols
Messages: 69



WWW
« Répondre #13 le: 25 Août 2019 - 20:00:09 »





Dans beaucoup de sports, lorsque tu as pas des bonnes sensations, tu t’arrêtes deux minutes, respire un grand coup, ferme les yeux et repart sur de bonnes bases. Évidemment en parapente c'est pas si simple. C'est quoi vos techniques pour vous reconcentrer lorsque la concentration n'est plus là en vol ?


hello ,
avec cette question chacun va donner les techniques, les outils qu'il utilise et qui marche pour lui...est ce que ça marche pour toi ?

Commence peut être par te poser cette question, dans ce contexte que tu évoques, DE QUOI AS TU BESOIN ?
-de te relacher, de t'activer, de garder confiance, de rester concentrer sur quoi , de changer ton dialogue interne, de te fixer un objectif,....

A partir de ça tu vas pouvoir mettre en place des outils qui te seront propres et répondront à tes besoins dans une situation précise:
-respirations, relachement musculaire, dialogue interne positif, refixer un objectif,ancrage pour activer une ressource dont tu as besoin, porter son attention sur des choses précises, se recentrer sur soi...

Comment faire tout ça:
suivre une formation parapente qui intégre la préparation mentale (ou qques séances en Prépa mentale hors parapoente mais dans un objectif de parapente)    Sourire car pour que ce soit efficace et personnalisé il est préférable d'être accompagné .

Bonne démarche,  tu as déjà commencé en te questionnant Sourire

Bons vols  pouce

jérôme



Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Vier
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: BGD Epic - la printanière
pratique principale: vol / site
Messages: 131



« Répondre #14 le: 27 Août 2019 - 12:57:35 »


Dans beaucoup de sports, lorsque tu as pas des bonnes sensations, tu t’arrêtes deux minutes, respire un grand coup, ferme les yeux et repart sur de bonnes bases. Évidemment en parapente c'est pas si simple. C'est quoi vos techniques pour vous reconcentrer lorsque la concentration n'est plus là en vol ?


Ben tu sors le génép'. Le génépi c'est le kéroZen du parapentiste ; quand il en a plus il tombe. 
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Dajam
débutant(e)
**
Hors ligne Hors ligne

Aile: Mentor 4
pratique principale: vol / site
Messages: 12


« Répondre #15 le: 29 Août 2019 - 14:14:42 »

Moi je chante.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
airsinge
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: volante
pratique principale: apprends à voler
vols: depuis longtemps déjà des vols
Messages: 242



« Répondre #16 le: 30 Août 2019 - 13:32:09 »

Moi aussi. Et en plus je me demande si ça ne vaudrait pas le coup que je m'enregistre, parce-qu'après coup j'ai l'impression d'avoir trouvé de nouvelles intonations sympas à placer sur des chansons éculées qui sortent d'un tréfonds de mémoire vraiment enfoui.

Mais faut pas craindre de s'entendre chanter "T'es OK, t'es bath, ni "C'est la ouate"..

Voire peut-être même https://www.youtube.com/watch?v=Qn6U0g7TMy8
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
wowo
papoteuse(eur)
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Sigma/Magnum
pratique principale: cross
vols: Plus que certains, moins que d'autres mais quand même déjà pas mal de vols
Messages: 694



« Répondre #17 le: 30 Août 2019 - 18:15:34 »

Ou peut-être :

<a href="http://www.youtube.com/v/6z8y6gQ6HOY&rel=1" target="_blank">http://www.youtube.com/v/6z8y6gQ6HOY&rel=1</a>
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Le plus beau vol ? Sûr, celui à venir !
Flying Koala
compétiteur(trice) de haut vol
*******
Hors ligne Hors ligne

Aile: Anakis 3
pratique principale: apprends à voler
vols: Trop trop peu de vols
Messages: 306



« Répondre #18 le: 30 Août 2019 - 19:07:04 »

 mort de rire
Je ne sais pas où tu es allé pêcher ce groupe suisse qui va déchirer la scène mondiale mais bravo Wowo !  1
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Les Eucalyptus sont mes amis
Pages: [1]   Haut de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
 
Aller à:  

parapente gratuit
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.233 secondes avec 24 requêtes.
anything