+ Le chant du vario +

Forum de parapente

09 Avril 2020 - 22:02:24 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre mot de passe ?
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
  Site   forum   Aide Groupes Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous        GPS2GE Balises  
CSC
Pages: [1]   Bas de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Stabilo de l?hiver 2007, Récit catégorie des poètes disparus  (Lu 2146 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
thibaud
Animateur
Rampant
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: brave petite mojo remisée au placard
pratique principale: autre (?)
Messages: 0


Y a pas que le parapente pour voler...


« le: 05 Mars 2007 - 23:46:52 »

L?idée de cette catégorie est de faire un récit d?une sortie en parapente. Un récit, beau drôle ou émouvant, mais vécu.

Vous avez bien sûr droit à une proposition pour le mois de janvier, une autre proposition pour le mois de février, et enfin une troisième pour le mois de mars.
(trois propositions maximum donc)

Prière de mettre au début du message ou vous faites une proposition le commentaire indiquant le mois pour lequel vous candidatez, par exemple [Février]

Pour tous les autres détails de règles, cf. http://www.parapentiste.info/forum/index.php?topic=2662.0
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
thibaud
Animateur
Rampant
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: brave petite mojo remisée au placard
pratique principale: autre (?)
Messages: 0


Y a pas que le parapente pour voler...


« Répondre #1 le: 19 Mars 2007 - 20:48:27 »

[Janvier] Le 13 janvier, une journée teintée d?amitié et de partage.

J?aimerais dire, que pour cette journée du 13 janvier, le doux chant des oiseaux m?a gentiment réveillé et que dehors, un grand soleil étincelant trônait dans un ciel bleu azur.

Malheureusement, ça ne c?est pas tout à fait passé comme ça.
C?est la sonnerie stridente d?un réveil réglé trop fort qui m?a éveillé en me déchirant les tympans. Tandis que me relevant de mon lit dans la pénombre glauque causée par les volets, je constatais avec douleur que ma cheville que je m?étais tordue la veille au gonflage n?allait pas mieux.

Arrivé dans la salle de bain j?ai enfin pu apercevoir le ciel, pendant la nuit une main céleste avait repeint le plafond d?un bleu profond. Doucement, les volutes de fumée des immeubles alentours montaient, décalées par un léger vent d?est mais rien de très marqué. Ca promettait d?être une très bonne journée finalement et la suite ne m?a pas détrompé.

Pour gagner quelques précieuses minutes de sommeil, je me suis déjà mis en retard. Un bond dans la douche, puis le temps d?avaler un café et de chopper mon sac, me voilà descendu dans la rue froide du petit matin tandis que les gens normaux dorment encore.

A peine quelque minutes plus tard le père Arnaud arrive avec sa voiture presque flambant neuve (il faut dire que le bougre avait insisté pour la prendre, il voulait la tester en montagne et vérifier sa capacité à l?emport de parapentistes, si elle ne passait pas le test elle serait bonne à la revente).

Nous partons donc à l?aventure d?aller chercher Claire. Ca tombe bien la route est facile, elle habite dans la même rue que moi, il suffit de la remonter (la rue bien sûr). Embarqué dans des discussions à propos des boutons bizarres de la voiture, nous en oublions la jeune demoiselle en passant devant son nez sans la remarquer.
Ce n?est qu?à mon interrogation, "on en est à quel numéro là ?" que nous nous sommes aperçu de notre oubli et que nous avons fait demi tour. La belle était encore entrain de nous attendre avec ses quinze sacs à ses pieds (ben voui c?est une fille alors entre le sac pour la voile, le cockpit, le sac à dos et autres, la trousse de maquillage, ça en fait).

Enfin bon nous voilà parti pour la découverte du Vercors et de notre nouveau club. Arrivé à Lans, encore perdu à discuter, j?oublie de montrer la route pour arriver sur le domaine de l?aigle, notre point de ralliement. Finalement, avec tout ca, on a même réussit à arriver à l?heure. Sur place, les plus motivés nous attendent déjà, à savoir Bernard, Guillaume, Fabrice et d?autres membres du club que j?ai honteusement oublié 

A l?ombre dans ce domaine de l?aigle, il fait sacrément frisquet et les autres se font attendre. Ils finissent peu à peu par arriver, mais avec ma mémoire de poisson rouge, je n?essaierais même pas de citer les noms.

Hop, le temps de charger le tracteur de blue avec les voiles, de se répartir dans les voitures, nous revoilà parti, à près d?une quinzaine direction le déco des Sagnes. On abandonne les voitures juste après le hameau des Egauds(?fin je crois) et là la vue commence à être magnifique  pouce . En enfilade, on contemple Chamechaude, la dent de Crolles et le mont blanc derrière, en face de nous s?étend la crête du Vercors avec ses pucelles, son moucherotte et autre pic St Michel. Et pour couronner le tout, le soleil nous réchauffe délicieusement.

Ca y est la longue marche commence, le début est facile sur les premiers lacets d?une route forestière. Nous ne tarderons pas à la quitter pour un sentier plus étroit qui serpente le long d?un petit torrent. Puis une sacrée pente nous permet de retrouver la route forestière au dessus. On ne reste malheureusement pas sur cette route facile car nous arrivons enfin en vue du déco.

La surprise est de taille, il est au sommet d?un alpage sacrément pentu. Il va falloir le mériter ce vol, d?autant plus que la montée est rendue pénible par la terre détrempée. Enfin bon, nous finissons après quelques litres de sueur à rejoindre la flammèche qui marque le déco.
Sur place, le vent est bien travers cul, relativement fort (10-15km/h en moyenne mais j?enregistre des pointes à 25). C?est tout désappointé que j?envisage alors la redescente à pieds.

Mais les doués du club, décident quand même de tenter le coup, Rodolphe, sans se poser de question part en premier, puis c?est le tour d?Arthur (au passage chapeau, le gamin doit avoir 14-15 ans et maîtrise mieux sa voile que je n?y arriverais jamais), Christian, Robert et cie se lancent à leur tour. Le vent faiblit peu à peu et finalement, dans cette pente, la voile prend tellement vite en charge, qu?elle n?a pas trop le temps de faire sa girouette.

Finalement, une place se libère alors je me dis que pourquoi pas, et je déballe. Alors là, c?était royal, j?avais tout plein de monde à s?occuper de déplier ma voile, me conseiller sur les créneaux, le pied je vous dis.
Donc bien mis en confiance, je me lance et en 3 pas me voilà en l?air. Dans un air doux et laminaire, que du bonheur. En plus le spectacle du paysage est à couper le souffle.

Je fais donc un vol balistique avec l?espoir de rejoindre l?attéro de l?aigle, mais peine perdue, je constate que je ne dépasserais pas le village de Lans. Pas grave, ce qui est fabuleux dans le Vercors, c?est que ça pose partout. J?ai donc tout le temps pour me choisir un champ, bien plat et bien sec, juste à coté d?une route qui monte au village.

En deux temps trois mouvements et une approche que ma modestie m?interdit de qualifier de superbe (même si elle l?était) me voilà posé. Voilà donc ma première vache, je suis tout zému.
Je préviens donc mes petits camarades que je suis posé à coté du musée des automates et voilà que je reprends ma voile en bouchon pour aller plier sur le parking dudit musée.

J?ai du donner des idées à certains car il sont pas mal à être venus poser dans le même coin (sauf qu?ils ont eu l?idée saugrenue de choisir un terrain plus étroit et plus boueux).

Voilà donc Claire et Arnaud qui posent (chapeau à Claire qui a presque ramené sa voile sur le parking, mais pas à Arnaud qui à repeint son pantalon). Ils sont suivit par Bernard et Guillaume qui pour une fois ne cratérise pas (chuis déçu, déçu).
Angélique, restée là haut hésitait à décoller, c?est pourquoi elle avait proposé à Bernard de redescendre sa voiture. Sauf que la clef de ladite voiture était resté dans la poche de Bernard et donc en bas.

Tant pis, la mort dans l?âme la pauvrette se décide à décoller et nous fait un magnifique vol pour finalement venir nous rejoindre à coté du musée des automates (va falloir officialiser cet attéro je crois).

Nous replions donc tous sur le parking et repartons à pieds vers le village pour la suite de nos aventures.

Après de nombreux coups de fil de notre chef scout Bernard, nous nous aperçûmes que personne ne répondait au téléphone, ils étaient tous en train de manger, boire ou bien repartis voler ailleurs.
Où donc était passée la limo et ses charmantes hôtesses ? Zut, flûte, il nous faudrait rentrer à pieds. Pas grave, le village n?est pas bien loin, et puis la rando c?est un peu la spécialité locale.
 
Nous arrivons enfin au domaine de l?aigle ou beaucoup sont effectivement repartis pour St Martin (zut, j?aurais bien aimé découvrir ce site aussi). Un conciliabule se tient alors. Comment qu?on mange ? Ben notre gentil organisateur, prévoyant mais un peu tête en l?air avait tout préparé. Le seul hic c?est que le garde manger se trouve dans sa voiture en haut du parking pour se rendre au Sagnes. Ladite voiture dont la clef est toujours dans la poche de l?ami Bernard.
 
Moi je n?ai pas faim, et puis on ne va pas perdre du temps pour manger alors qu?il fait si beau là haut. Ahh, je ne suis pas seul à penser ça. Une idée de vol se profile, en haut de la Sept, l?une des pistes de la station de ski de Lans. Surtout qu?il faut se dépêcher de partir, étant donné que le temps passe et le soleil en grosse feignasse qu?il est ne va pas se coucher tard.

La perspective d?une nouvelle marche en fatigue déjà certains, Guillaume et Arnaud posent une option pour aller trouver quelque chose à manger puis se faire un petit vol du Belvédère. La miss Claire est motivée mais tenaillée par la faim elle hésite. Heureusement, sa consoeur plus prévoyante Angélique lui propose de partager son casse-croûte.

Et puis de toute façon les voitures ne sont pas encore redescendues, alors pour monter il faudra attendre que les autres descendent. Pendant ce temps là, je piaffe d?impatience.

Enfin les voitures arrivent. Et comme un bonheur n?arrive jamais seul, Fabrice a ramené des fougasses de la boulangerie locale . On a beau ne pas avoir faim, la gourmandise se manifeste vite  Après ce déjeuner sur le pousse, nous voici reparti dans le camion de Fabrice, finalement, nous seront 5 à remonter, Fabrice, Bernard, Claire, Angélique et moi. Serré entre les deux charmantes demoiselles à l?arrière, je trouve finalement le trajet assez confortable.

Nous sommes suivi par un autre parapentiste de la région Mickael, accompagné de sa copine, non volante.

 Nous arrivons à la station, fermée comme tant d?autres malheureusement à cause du manque de neige. Enfin, en ce qui nous concerne, ça nous arrange de ne pas avoir à remonter les pistes ou déplier nos voiles au milieu des skieurs.

La montée commence en pleine pente, une bonne piste bien pentue, mais c?est pas grave nous sommes motivés. Au bout d?un moment, à voir la neige gelée qui nous attends en haut, Bernard se méfie et préfère nous faire emprunter un chemin forestier qui part sur la droite. Le chemin à beau être relativement plat, au début il est à l?ombre et la neige qui le recouvre est gelée. La progression se fait périlleuse, surtout avec 18kg de matériel sur le dos. Mais après quelques positions acrobatiques, nous finissons par retrouver le soleil, et une neige un peu plus facile (note pour plus tard, la sept en hiver c?est avec crampons qu?il faut y monter).

Ce sentier se fait interminable et la motivation baisse à mesure que la fatigue s?installe. Mais après une heure de marche nous arrivons enfin à notre objectif.

Le décollage se tient juste en sortie du téléski, alors que la piste amorce un virage vers la droite et que la pente devient plus raide. Le décollage est constitué de neige, de pierre et de glace, ainsi que d?un désagréable vent du cul. Le vent est encore léger, mais il va falloir se dépêcher de partir, sous peine de redescendre à pieds (ce qui déprime tout le monde).

Bernard s?élance pour tâter les conditions, le décollage est acrobatique mais apparemment, une fois en l?air, on s?éloigne bien vite de la dégueulante pour trouver un air très calme.

Il est suivi par Claire qui fait un décollage impeccable. C?est enfin à mon tour, je me prépare à balancer les watts et c?est partiiii. Enfin ça part beaucoup à gauche, j?ai beau courir pour me rencentrer, il n?y a pas moyen. Tant pis, je lâche donc l?affaire pour me préparer à une nouvelle tentative. En plus je suis bien installé dans l?axe de la plus grande pente ou c?est le plus raide alors je vais repartir de là. Fabrice m?étale ma voile et c?est repartiiii.

La voile monte nickel, très légère tempo et je chaaaarge la ventrale. Doucement la voile me prend en charge et mes pieds quittent le sol?

?Enfin ils ont quitté le sol de bien dix centimètres, mais pas plus. Je continue désespérément à tangeanter la planète et plus bas, un gros replat sur la piste s?approche rapidement.
De longues secondes s?écoulent comme ça à effleurer la piste sans monter, et je me prépare la mort dans l?âme à arrondir pour me poser sur le replat. Je ne sais pas si j?aurais la motivation pour remonter à pieds au décollage.
Mais enfin ma voile se décide à voler, et je commence à m?éloigner du sol pour survoler avec délice le replat qui m?effrayait tant quelques secondes auparavant.

Effectivement, une fois confortablement installé dans ma sellette à survoler la station de Lans, l?air est très calme, la vue est magnifique à cette heure où le soleil rasant donne aux paysages une atmosphère irréelle.

Ce deuxième vol est tout bonnement merveilleux. Je passe au dessus du décollage des 300 de l?aigle. Malgré l?heure tardive et l?ombre qui s?est installée, on voit bien un pilote qui a étalé son aile jaune et qui se prépare à décoller.

L?atterrissage se passe sans soucis, tel une star, je me vois photographié et filmé par nos deux reporters intrépides que sont Bernard et Arnaud. Pauvre Arnaud, lui et Guillaume n'auront finalement pas fait leur vol du Belvédère, revenu du casse croûte, ils se sont retrouvé abandonnés.

C?est au tour d?Angélique puis enfin de Fabrice de se poser. Nous repliions tous le sourire aux lèvre, quelle magnifique journée.

Et le mieux dans tout ça c?est qu?elle n?est pas finie, d?ici une demie heure nous attendent le pôt d?accueil du club de Lans, avec ce qu?il faut pour manger et boire. Mais en attendant, les conducteurs sont partis rechercher leurs voitures, et l?ombre recouvre petit à petit le plateau de Lans. Il fait de plus en plus froid.

N?en pouvant plus, Claire, Arnaud et moi nous partons en direction de la salle de fêtes, fermée. C?est le moment de la pause Kosovar, on s?installe tout les 3 dans l?entrée du bâtiment ou il fait un peu plus chaud. Les passants nous regardent d?un ?il médusé, mais personne ne nous jette de pièces.

Enfin voici venues les victuailles et les porteurs de la clé . Là haut dans la salle des fête, il fait plus chaud. C?est bien sûr en partie dû aux radiateurs qui fonctionnent à plein régime, mais aussi et surtout à cause de la formidable chaleur humaine qui monte.

Nous ne resterons pas très tard finalement, ma douce m?attend dans la vallée et mes camarades épuisés mais ravis par la journée aspirent à une douche et un repos bien mérité. Mais qu?à cela ne tienne, je gage que les rencontres dans cette bonne humeur du club ne seront pas rares cette année.

Encore merci a tous les organisateurs de cette journée qui fût merveilleuse, et vive le club de Lans en l?air.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Blue coua
Invité
« Répondre #2 le: 30 Mars 2007 - 14:59:31 »

[Mars]

Un week end en compagnie du le chant du vario


Vendredi 09 mars au matin :

Une petite analyse malgrès mon faible niveau en étude des émagrammes et autres supports météorologiques faite entre deux coup de fil au boulot, il est certain que le week end s?annonce favorable au vol libre à une seule exception près : la force du vent... la prise de t?te

J?apprends avec étonnement que l?apéro que j?ai programmé pour le vendredi 16 mars a été compris par certains comme étant une semaine auparavant, donc ce soir hein ? c?est pas bon, y?a rien d?acheté, rien de près et surtout un levé aux aurores pour aller voler demain?

Piwaille, qui à bien vu un coup fumant à faire sur le vol de samedi, hésite encore malgrès le faire-part de  trinquer  que je lui ai envoyé? finalement ma détermination aura raison de lui !! Il viendra passer la soirée avec moi et on ira voler ensemble samedi mais où hein ? ben? plusieurs solutions s?offre à nous, mais je préfère laisser voir les pros de la prévision de vol Clin d'oeil

En attendant je contacte Lylou pour lui expliquer qu?on s?invite chez elle, elle accepte (bon elle a pas eu trop l?choix aussi  Tire la langue  ) et me signale que Fertito sera de la soirée du coup, je me met en relation avec lui pour arranger un covoiturage et j?en profite pour lui dire de venir partager notre soirée de vendredi chez moi? Lylou nous fera un ti salut ! grace à la webcam dent et on partagera deux trois chansons poétiques mort de rire tout en se penchant sur un serieux problème : Courtet ou Montlambert ??? Fertito penche plus sur Montlambert, on ils s?interrogent hein ? se sera Courtet finalement et si le vent est trop fort (ou si l?envie nous prend, je m?envolerai en bi avec Fertito  canap  )

Dans mon village, y?a un camion pizza qui élabore de bonne pizzas faim mais qui ne veut pas nous en vendre quoi « plus d?pâte, désolé » qu?elles disent les blondes ( Clin d'oeil piwi ) du coup, je me retrouve à faire avec les moyens du bord. Ce soir ce sera patates sautées, haricots verts (qu?on à équeutés Confus mais  ils sont meilleurs) et accompagné de veau, c?est vite fait et ça câle un coin faim surtout quand tout le monde y met du sien bravo

Bonne soirée tranquille au coin du feu le lendemain on sera près pouce

Samedi 10 mars :


Le réveil est plutôt tranquille, mon Piwi est partis me chercher des croissants pour le petit déjeuné pendant que je lui faisais un café? Une gentille petite vie de couple, un ménage qui s?entends bien Tire la languemort de rire mais bon le reste fait partie intégrale de notre intimité ? Tire la langue ?. mort de rire

Le RDV ? à 12h faut décoller mais en passant par le forum, un peu dans l?esprit de ceux qui passe systématiquement par l?atterro pour charger les navettes, on s?aperçoit que Thierry est sur le bord du chemin et qu?il nous reste une place dans sa voiture mort de rire du coup, il nous prendra au passage mais ne sera plus dispo en fin d?aprem puisqu?il était invité par les potes de sa femme (?fin j?sais pu trop? des histoires de gonzesses encore très heureux ).

Thierry passe donc par chez moi (à l?occase il saura comment venir aux prochains apéros du coup trinquer pis il à intérêt à venir rouleau ? patisserie ), on charge moitié-moitié dans les caisses de Fertito et Thierry et zouuuuu rapido on va parapente ?. dent

Courtet c?était froid, m'humide et pas ensoleillé du tout...Pas content

je ne connaissais pas, c?est la première fois que j?y met les pieds et j?étais loin de me douter que c?était si près de chez moi? Il faut prendre la route de Monestier de Clermont et, à vrai dire, n?étant pas concentré dessus, je ne sais même pas si j?arriverai à y retourner? Arff j?crois bien que oui quand même Clin d'oeil quand y faut, y faut  Tire la langue

Arrivé à Mens, charmante petite bourguade avec un bureau de poste, une église et un bistrot nous décidons d?aller prier le plus sérieusement possible devant ? ? une bonne tite ripaille au bistro mort de rire

La paroissienne nous a pris pour des frappés du ciboulot quand on lui a dit que nous allions essayer de voler, mais c?est surtout la faute à la tignasse de Piwi et le trou dans mon futal de ski entre les jambes Embarassé ce sera deux cheeseburgers et deux croques monsieurs pour nous avec un supplément gauffres de gourmandise pour deux d?entres nous mais je dénoncerai pas prof (hein piwi et Thierry  Mr. Green )

Une fois bien rassasiés nous finissons notre route? puis chemin, vers le site?

A l?atterro, une légère bise tenouille la biroute en suspension modérée, et le terrain est encore bien humide (j?vais encore m?en foutre partout moi dent )? il doit être à peut près 14h (les autres confirmerons s?ils s?en souviennent) et nous devons nous préparer a affronter le froid conservé par les nuages qui nous dominent.

Pour la rot, on se serre un peu mais s?est franchement rigolo mort de rire pis ça tient chaud.

en direction du déco, je me demande bien pourcoua un panneau nous signale (pour le peu que je vois) que le chemin est interdit aux véhicules à moteur sous peine d?amende de 13 ? surtout quand, quelques virages plus loin, on tombe nez à nez sur un autre panneau qui, lui, précise que l?amande est un peu plus élevé 135 ? canap mais le pire dans tout ça, c?est le cône de travaux en plein milieu du chemin qui était placé là juste pour nous dire : « non ! c?est pas bien prof » mais les explications m?apparurent logiques en fait pour y accèder il serait obligatoire d?avoir un titre de justification de praticant du parapente ?. M?en fiche c?est pô ma vouature de toutes manières Mr. Green

Le déco est partiellement enneigé, d?autres pilotes (dont Arthur de Lans salut ! + 3 autres) nous y retrouvent et assisteront aux décos mais le praticable noir plastique est effray !! Pinaize comment ça glisse la dessus quoi et la flamme du haut indique un vent léger cul boudin mais qui finira par tourner en notre faveur et comme je ne sens pas le déco sans alimentation, je préfère assister filmer Fertito qui prépare son bi sous lequel nous embarquerons si je me casse pas la binette entre le haut et le bas? Bon faut dire que depuis hier soir, ils me tannent en me disant que c?est super difficile et en m?évoquant les pires trucs, histoire de me mettre bien les chocottes? mais moi pas mal, moi pas peur, moi motivé et casse cou aussi? Je me place dans ma sellette d?où j?ai viré le secour pour l?occase.

La procédure est certainement la même pour tous les bi mais comme c?est mon premier (+1 au karma au pilote) j?écoute attentivement. Alors les consignes? « beeeen tu vois la montagne là-bas ? Tu cours jusqu'à ce que tu y sois !! » Shocked !! La vache !! c?est ultra-balaize help , c?est qu?elle est loin la montagne !!!  effray

Notre bi ouvre le vol? dent

Fertito lève la voile, me dis top ! Je cours de tout ce que je peux (16s tunningué le Blue mort de rire ) et nous voilà en l?air, je lance un fort et fier « Géronimoooo » à la radio mais comme on avait pas de stylos, on a pas pu pousser plus loin l?expérience. tomate
On cherche ?. on cherche ?. on cherche ?. Ben non, on trouvera pas grand chose et pourtant mon vario était là pour nous aider tomate (j?ai compris que le vario, sans les conditions qui vont bien, ben y sert à rien !!) Mais Fertito, avec son expérience, s?est accroché à tout ce qu?il y avait, ça fait froid en l?air, et le pilote n?a pas eut le courage de vouloir me ploter les seins pendant que je pilotais (mais j?lui rend très vite les commandes, je n?était pas à l?aise dans la gestion de la voile vrac )?

Nous finirons notre vol par balancer quelques wings et taquiner le 3-6  dent moi j?aime bien le 3-6 pouce (mon vario à enregistré du ?8 mais j?en doute? Fertito tu dirai coua toi à l'aide )

On posera tout doux tellement que j?ai même pas eut besoin de courir ni de plier les jambes bravo ? Je réalise que je n?ai pas cratérisé, je ne suis pas plein de boue, avec un vent qui me gêle les n'oreilles et que je suis dans un endroit délimité par de biroutes ! J?connaissais pas bien mais c?est agréable? J?essaierai à l?occase très heureux

Quelques minutes plus tard (environ 30 car la situation à changer là haut visiblement la flamme indique un cul de travers, bref un début de gastro en perspective prof ) Nous apercevons Piwaille décoller, puis Thierry et au final, après avoir filmé tout le vol de piwi, je m?aperçois que ce n?est pas lui tomate , je braque vite la caméra sur Thierry mais il est trop loin, du coup j?attends en floodant à la radio, que ces messieurs veuillent bien nous offrir le privilège de bien vouloir redescendre Tire la langue. Ils posent après un vol de courte duré quand même, et on décide de refaire un vol? Fertito ayant croisé un onglet (j?sais pas ce que c?est c?te bête là) décrète qu?il ne volera pas, donc on repart à trois en direction du déco, mon secour est dans le coffre et y restera jusqu'à la fin de la journée. Je ne me rappel plus trop du second vol. J?ai pas dû me tromper au déco ni à l?atterro, j?me souviens que le soleil à fait son apparition sur une paroie et que Piwaille n?a pas jugé utile de prendre des risques pour y aller.

Sur mon dernier vol, étant le seul à partir, le convois m?observait de trop près et, du coup, ils ont eu certaines facilités à mieux relever mes erreurs de jeune débutant? je prépare l?aile à la perpendiculaire au déco hein ?... ben oui le vent est bien de travers désormais, et pis il souffle plus aussi? je me prépare pour partir en dos voile, malgrès les conseils de piwi, mais je le sentais plus comme ça donc? et après un premier raté, et redisposition plus haut sur le déco (cette fois carrément sur la route), je reprend mon élan et fini par contrôler ma voile au dessus de ma tête, en analysant ce que me traduit ma sellette (je suis ravi d?en avoir changé, les infos passent de mieux en mieux) je fais quelques pas et me retrouve debout en sortie de déco mais là, impossible de m?assoire convenablement dans mon siège (saleté de sellette qui m?en veut et que je ne sais pas pourcoua rouleau ? patisserie ) bref pas à l?aise, les commandes en dragonne, je descend gentillement mes mains sous mes fesses pour me repositionner quand j?entends derrière deux haut parleurs qui, en c?ur, me crient : « relèves tes mains !! » Mince ah ben oui ... elles ont clairement rien à faire là tomate (je le sais en plus) du coup mes fesses posées dedans, les mains sont remontées, je sens un truc bizarre qui tire sur les suspentes, le crochet de mon accélérateur était prisonnier d?une branche (la D pour les puristes) de mon élévateur droit, je l?enlève quand " re haut parleur " mort de rire : « enroule ? enrouuuuuuuuuule » ! ah bon ?? hein ? bon d?accord ! et le son du vario me fait un gros boaoaoaoao !! ah ben bravo, je me retrouve quelques tout petits mètres précieux au dessus des sapins mais bien en dessous du déco la prise de t?te !! s?en est trop je retourne en direction de l?atterro, arrivé au dessus de celui-ci je me renseigne d'un coup d'oeil sur l?état du vent quasi nul et je me lance dans la pénible réalisation de wingounets tout petits, pour enchainer sur un 3-6 quand même prononcé pour mon niveau (j'ai sentis du vent dans mes n'oreilles très heureux ) et je vais posé à l?atterro sans faire de hors terrain, j?voulais pas payer l?amende de 5 ? du paysan du coin !

Je ne suis pas satisfait de moi évidement et j?explique à Fertito pourcoua, avant de me faire virtuellement -1 au karma par les deux qui m?ont vu la haut canap ! Encore une leçon de plus (bien que connue celle-ci), ce qui est inquiétant parce que ça révèle une, peut être, mauvaise habitude. Qui sera certainement annulé gràce à Thierry qui m?a prêté son repose pieds pour faire des tests +1 au karma Thierry en attendant )

On reprend la route, après le pliage de mon aile, en direction de chez moi pour un changement express puis de chez Fertito pour la même raison? Sur le chemin du retour on admire le paysage, des crête de montagne dont les noms m'ont été donnés par Piwi mais que j'ai oublié  Embarassé  subjugué par leurs beautées

On continuera la route pour rejoindre Lylou comme convenue la veille, après le passage aux pizzas de survie ! faim

Lylou nous offre son c?ur :

Dans l?appart à Lylou règne une ambiance tamisée par des bougies qui rendent son chez elle très chaleureux et reposant, tout comme elle l'est aussi? cette ambiance, j?en avais bien besoin après toutes mes émotions parapentesques.

Elle à l?air d?aller de mieux en mieux  bisous , elle marchouille et souri à nouveau bravo !! on dévore les pizzas avec une bouteille de poiret que Piwi à rapporté pour me faire gouter et partager avec les copains, je connaissais pas non plus ça mais je trouve que c?est vraiment proche du cidre qu?en même Embarassé puis viennent les canons de blanc ( très bon aussi ça ivrogne ) et les bières ( me demande si j?deviendrais pas alcolo moua hein ? ? mort de rire )

Le coeur de Lylou : un excellent gateau au chocolat moulé en forme de coeur et qui sera dévorré avec tout l'amour qu'on a pu lui porter  Yeux qui roulent

La soirée bas sont plein !! Les parties de Jungle puis de Uno allant, on s?aperçoit de l?heure relativement tard et on ira se coucher parce que « demain faut s?lever !! prof ». Je retrouve mon hibou qui était alongé sur son canapé, les yeux grands n?ouvert, j?ai pas bien eu le temps de discuter avec lui, je suis tombé sévère dans mes plus beaux rèves? dodo (bon ça j?raconte pas j?veux pas vous faire peur :p )

Dimanche 11 mars 2007

Le réveille est difficle, deux part de gâteau au chocolat (+1 au karma Lylou pour l?ospitalité bisous ) avalé et l?est tout remis d?applomb l?Blue dent

Les experts se consultent, un plaf à 2000 maxi? une possibilité de vol annoncée par Jean à Marlens c?est pas trop loin hein ? pis au final, un coup de fil nous décidera, Steph et toute une bande de copains sont à Planfait, donc on y va aussi puisque les conditions ont l?air bonnes !!

Y?aura deux wagons, je monte avec Piwaille et on arrive à Planfait 5 minutes avant Fertito qui connaissait la route en étant partis plus tard, bon ben on a dû se tromper un peu ! canap

On trouve sur l?atterro un Steph dent qui nous montre un Jeumeu dent il test une boom sport dont les couleurs sont vraiment ? hein ? abominables Embarassé mais l?oiseau s?en moque alors ? puis pose un Marco dent , bizarrement autour du Jeumeu on voit un Nystao dent aussi? Bref ça fait pas mal de monde du forum bravo bon y?en a qui viennent pas assez souvent nous voir mais bon Pas content on rencontrera aussi un Cébien recruté par Lylou Clin d'oeil mais qui s'est pas encore inscrit  rouleau ? patisserie (devrait pus avoir le droit de voler n'empèche  je sors )

On se concerte, on se re-change, et on fini par tous embarquer pour le déco, en arrivant là haut on voit comme une colonie de plagistes dont les serviettes sont bien trop grandes Embarassé je sais pas trop si j?vais décoller dans ses conditions moi? vrac


dent Et en plus il fait beau  dent


Je ne vois pas Piwi décoller mais Lylou, elle n?a rien loupé bravo


 Bon j?attends mon heure un peu, la plupart se mettent en l?air ce qui libère la moquette, mais ils évoluent pas mal devant le déco (dans une pompe que je prendrais par la suite parapente ). Y?a même un pilote qui lance des wiiiiiiingover aux pieds du déco tomate ? bon si j?attends encore plus, je me mettrais pas en l?air et c?est carrement pas ce que j?avais prévu !!

Je me prépare, remet mon secour enlevé la veille, branche la radio et le vario, Lylou à récupéré ma cam (+1 au karma pour la vidéo de mon déco Lylou, bravo bien jonglé avec les appareils Clin d'oeil ) bref tout y est, ma voile est en bouchon, devant moi, un bi, puis un autre pilote qui s?apprètent à décoller, heureusement qu?ils n?ont pas été trop long parce que sinon j?aurai du décollé en même temps que piwi qui aurait été remonté par Lylou pour se refaire une réputation :p (fallait bien qu?j?en parle piwi bisous quand même)

Bon mon déco, je le trouve ordinaire, pis il est dans la vidéo du coup je vais pas trop m?attarder dessus, les conditions étaient bonnes, et j?ai pas fait la bêtise de Courtet alors tout va bien. Lylou me fais rigoler au déco et on entâme un wouhou wouhouhou du tonnerre dent repris par la suite à la radio ! n?est pas floodeur qui veut très heureux

Je suis étonné de trouver des bubullettes de +3.2 sur mon chemin et j?en profite pour faire connaissance avec le thermique sans avoir de conseil donné par mon moniteur, c?est donc mon 1er vol en thermique en autonomie

Je n?ose pas trop me mettre dans la grappe mais au fur et à mesure elle fini par se dissoudre puisque certains sont en transition vers la gencive des dents en arrière du déco et d?autres se sont trouvé d?autres pompes (faut dire que ça montait bien et partout) du coup je me suis progressivement mis dans des conditions plus fortes jusqu'à ce que j?enroule une pompe qui me passe de 820m (j?ai fait gaffe au vario à ce moment là ) à un 1057m (le point le plus haut de mon vol soit entre 200 et 300m au dessus du déco je pense ? ).

C?est la deuxième fois en 56 vol que j?enroule du thermique (ben en hivers c?est vachement moins évident là où j?étais) en plus j?ai pas arrêté de le faire pendant ce vol.

C?est aussi mon deuxième survol de déco. Je progresse dent !! (j?en profite Clin d'oeil ) Et finalement, au bout de 44 minutes j?irai me poser de manière Bluesque sur l?atterro près du troquet ? Un posé qui me vaudra une tournée puisque de cul, en hors terrain et le pied en plein dans la mer? marteau la totale !!

Les guerriers étant quasi tous posé, quasi tous avec une binouze dans la main, on entends un message du Marco qui s?est posé au col des Frettes bravo , je me joins à eux autour d?une :trink: et j?apprécie le sourire sur leur visage?

Pour le retour c?est Steph qui supportera ma présence jusqu'à chez moua ( +1 au karma et toua aussi maintenant tu sais où se passe quelques apéros Clin d'oeil )





forum de parapente et le chant du vario
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Pages: [1]   Haut de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
 
Aller à:  

parapente gratuit
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.197 secondes avec 22 requêtes.