+ Le chant du vario +

Forum de parapente

17 Octobre 2019 - 03:21:14 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre mot de passe ?
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
  Site   forum   Aide Groupes Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous        GPS2GE Balises  
CSC
Pages: 1 [2] 3 4 ... 16   Bas de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Le Mont Blanc demain mercredi 26 juin à partir de Planpraz ?  (Lu 18169 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Patrick Samoens
professionnels
papoteuse(eur)
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Tout ce qui me passe entre les mains !
pratique principale: apprends à voler
vols: 25 000 + vols
Messages: 530



WWW
« Répondre #25 le: 25 Juin 2019 - 19:28:45 »

Si ton profil est à jour, il est clair qu’avec une petite expérience de 200 vols tu n’as absolument rien à faire sur les faces sud du Mont Blanc. Des faces de plus de 2000 mètres en rochers ensoleillés bordés de glaciers. Du vent de haute altitude, des thermiques puissants, vachage quasi impossible, placements de sécurité impeccable impératif.

Les conditions de 2012 montrées par exemple dans la vidéo de Stéphane Boulenger relèvent du miracle. Il faut s’attendre à des conditions largement plus ´rugueuses’
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Patrick    BE parapente et delta
www.parapente-samoens.com
JustinBieber
compétiteur(trice) de haut vol
*******
Hors ligne Hors ligne

Aile: Lynx / StayUp
pratique principale: apprends à voler
vols: 624 vols
Messages: 482



« Répondre #26 le: 25 Juin 2019 - 19:44:22 »

5 morts en 15 jours sur la face sud du mont blanc c’est clairement un coin engagé que ces vols en haute altitude. Même sans poser cela reste des vols extrêmes.

Tu peux expliquer pourquoi, on es quelqu’un du sud des Alpes à vouloir tenter l'aventure. On est habitué aux pré-alpes (comme beaucoup) quelles sont les différences ?
merci d'avance

regarde des photos du côté Italien du Mont Blanc, val Ferret italien, etc... ensuite tu rajoutes du +8 intégré, tout en longeant les faces droites et en survolant des séracs. C'est hyper impressionnant. l'aérologie est violente très violente dans ces coins
c'est des vols dans lesquels faut pas du tout être en mode tourisme
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Imbat
passager biplace
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: sup'air Leaf Light
pratique principale: vol / site
vols: 160 vols
Messages: 7



« Répondre #27 le: 25 Juin 2019 - 20:06:40 »

merci pour les conseils
Bon mon profil a un peu progressé : quelques cross au printemps dans les alpes du sud où du +5 ténieu arrive assez fréquemment, mais bon c'est loin du +8.
et je comprend qu'un énorme contraste Rocher/glacier génère du puissant.
mais je parle aussi au nom de quelques copains qui ont plus (plutôt) ou moins d'expérience que moi pour qu'ils se fassent une idée.
Après le Mont Blanc façon 2012 ne se fait pas au dessus des ces grandes faces de 2000 m mais c'est certainement exceptionnel de le faire de ce côté là.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
thierry_c
compétiteur(trice) de haut vol
*******
Hors ligne Hors ligne

Aile: bgd dual lite, nervure diamir, ozone geo!
pratique principale: vol rando
vols: un certain nombre vols
Messages: 324



WWW
« Répondre #28 le: 25 Juin 2019 - 20:11:08 »

5 morts en 15 jours sur la face sud du mont blanc c’est clairement un coin engagé que ces vols en haute altitude. Même sans poser cela reste des vols extrêmes.

Tu peux expliquer pourquoi, on es quelqu’un du sud des Alpes à vouloir tenter l'aventure. On est habitué aux pré-alpes (comme beaucoup) quelles sont les différences ?
merci d'avance
car en haute montagne les variation de vent peuvent etre tres soudaine et violente, et ensuite car pour avoir des thermique qui monte a cette altitude faut déjà avoir une bonne instabilité en haut ce qui est rarement sinonime de calme en l'air ...
après tu peux très vite te retrouver dans des situations bizarre entre autre a cause des variation de température du au glacier qui peuvent accélérer le thermique et avoir localement des brises incompréhensible.
la dernière fois que je suis monté la haut en septembre, au sommet très legeé sud (j'ai pas voulu decolé, pas fan du coté italien en bi) rien au dôme du gouté, au col sous la point bayeux et dans la descente au refuge un bon 10 de cul, au refuge et plus bas rien, a st gervais, 500m au dessus 20 de nord et a l'atero 20 de sud !!!
et pour finir tu rajoute le fait que ce vacher dans le coin, c'est tendu ...

edit, grillé par les autres !
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

j'aime pas les signatures, on ne sait jamais quoi y écrire Sourire
Patrick Samoens
professionnels
papoteuse(eur)
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Tout ce qui me passe entre les mains !
pratique principale: apprends à voler
vols: 25 000 + vols
Messages: 530



WWW
« Répondre #29 le: 25 Juin 2019 - 20:30:22 »

merci pour les conseils
Bon mon profil a un peu progressé : quelques cross au printemps dans les alpes du sud où du +5 ténieu arrive assez fréquemment, mais bon c'est loin du +8.
et je comprend qu'un énorme contraste Rocher/glacier génère du puissant.
mais je parle aussi au nom de quelques copains qui ont plus (plutôt) ou moins d'expérience que moi pour qu'ils se fassent une idée.
Après le Mont Blanc façon 2012 ne se fait pas au dessus des ces grandes faces de 2000 m mais c'est certainement exceptionnel de le faire de ce côté là.

Le vol devient très engagé dès que l’on bascule côté italien. L'arête du brouillard pour accéder au sommet n’est pas le coin le plus accueillant.

C’est le cheminement ´classique´ utilisé en 2012 par les pilotes partis du côté Français.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Patrick    BE parapente et delta
www.parapente-samoens.com
Imbat
passager biplace
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: sup'air Leaf Light
pratique principale: vol / site
vols: 160 vols
Messages: 7



« Répondre #30 le: 25 Juin 2019 - 20:47:59 »

Bon je sens que le Mont Blanc sera par les 3 Monts à Pieds dés que les conditions seront bonnes comme prévu au départ.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Arnica
Rampant
*
Hors ligne Hors ligne

pratique principale: apprends à voler
vols: 200 vols
Messages: 4


« Répondre #31 le: 25 Juin 2019 - 21:02:55 »

merci pour les conseils
Bon mon profil a un peu progressé : quelques cross au printemps dans les alpes du sud où du +5 ténieu arrive assez fréquemment, mais bon c'est loin du +8.
et je comprend qu'un énorme contraste Rocher/glacier génère du puissant.
mais je parle aussi au nom de quelques copains qui ont plus (plutôt) ou moins d'expérience que moi pour qu'ils se fassent une idée.
Après le Mont Blanc façon 2012 ne se fait pas au dessus des ces grandes faces de 2000 m mais c'est certainement exceptionnel de le faire de ce côté là.

Le vol devient très engagé dès que l’on bascule côté italien. L'arête du brouillard pour accéder au sommet n’est pas le coin le plus accueillant.

C’est le cheminement ´classique´ utilisé en 2012 par les pilotes partis du côté Français.

Mais n'est-ce pas parce que le vol était interdit côté français? N'y a-t-il pas un cheminement moins engagé? Simple curiosité, car je n'ai aucune intention de le tester!
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Patrick Samoens
professionnels
papoteuse(eur)
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Tout ce qui me passe entre les mains !
pratique principale: apprends à voler
vols: 25 000 + vols
Messages: 530



WWW
« Répondre #32 le: 25 Juin 2019 - 21:25:10 »

Il est sûr que faire un plein à 5000 au dessus du Brévent, traverser la vallée et refaire un plein à 6000 au dessus de l’aiguille serait un cheminement plus confortable. Mais pour atteindre des altitudes aussi exceptionnelles les faces rocheuses sud du mont blanc sont les plus efficaces que les faces nord enneigées.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Patrick    BE parapente et delta
www.parapente-samoens.com
Arnica
Rampant
*
Hors ligne Hors ligne

pratique principale: apprends à voler
vols: 200 vols
Messages: 4


« Répondre #33 le: 25 Juin 2019 - 21:30:36 »

Il est sûr que faire un plein à 5000 au dessus du Brévent, traverser la vallée et refaire un plein à 6000 au dessus de l’aiguille serait un cheminement plus confortable. Mais pour atteindre des altitudes aussi exceptionnelles les faces rocheuses sud du mont blanc sont les plus efficaces que les faces nord enneigées.

D'accord, je comprends mieux le pourquoi du comment. Merci.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Willow
tchatcheuse(eur)
**
Hors ligne Hors ligne

Aile: Flow Cosmos / Nervures Lol
pratique principale: vol / site
vols: a peu pres... vols
Messages: 979


« Répondre #34 le: 25 Juin 2019 - 21:43:41 »

je ne lis personne parler du mal de l'altitude, qui me semble aussi un problème à prendre en compte. Se retrouver à 5000m en partant de 1500 ou 2000, snas acclimatation, ça peut faire tout bizarre si on n'est pas habitué ou sensible à ce phénomène.

Ca peut aller du simple mal de tête aux vomissements, voire à la perte de connaissance...dans les cas les plus grave, c'est la mort (je ne pense pas à 5000m mais au delà de 6000m le risque est bien présent).

Pour m'être un peu baladé à 4000/5000 m en Amérique Latine, et ce malgré une montée en plusieurs jours, ça chatouille un peu au début
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

ex Airtoysdealer
Masterpitrou
plouffeur(se)
***
Hors ligne Hors ligne

Aile: Diamir 2, Whizz 20, Nano 12.5, Stromboli 42, Lhotse 28, Marboré
pratique principale: cross
vols: ne compte plus depuis l'année 1994 vols
Messages: 30



WWW
« Répondre #35 le: 25 Juin 2019 - 21:45:04 »

[email][Heureusement qu'ils ont pu redécoller !
email]
Septembre 2000 on arrive au sommet par les cosmiques tardivement à cause de gros bouchons sur un passage de crevasse (le couloir du Maudit était trop avalancheux et il fallait passer par la face nord du maudit puis l'arrête est effilée). Plus un coulage de bielle d'un des notres Bref on y est vers 13h30. 50 m avant le sommet on voit un gars rater décollage sur decollage. Il fait parti d'un groupe qui l'a laissé  seul . Il est épuisé  et le vent tourne SW. Dominique Guenard de Megeve qui est avec nous nous dit on descend pour tenter le deco au col major . Sur les 2 bi un seul réussi. Le vent devient nul et peu de pente, on remonte au sommet, mais le gars qu' on a pris sous notre aile pour le faire redescendre en vol craque physiquement et moralement. Il chiale toute les larmes de son corps. Poignant.  Il n'est plus apte a rien. On appelle l'helico : la seule solution. Évacuation du naufragé.  On remonte au sommet et tout le monde décolle sans souci dans un petit vent devenu pile face. Moi, puis le 2em bi , un autre solo puis Dominique le meilleur parapentiste mais pas alpiniste (certainement une bêtise mais à 15h15 on commençait à tous être tres tendus). En 2017 avec mes 39 ans d'alpinisme (j'ai commencé à 12 ans) j'y suis remonté seul en ski pour descendre en Nano en 12mn. J'ai pris pas mal de sécurité mais certains autour de moi me juge fou. Pour certains c'est de la rigolade une petite sortie tranquille.  Tout dépend de son mental de sa forme physique de son expérience de la meteo...et de la chance.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
wolfd
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Nova Mentor 4
pratique principale: cross
Messages: 89



« Répondre #36 le: 25 Juin 2019 - 21:51:14 »

Un gars que je connais volait dans le coin il y a quelque années. Un jour il écrit que les conditions sont hyper fortes au dessus de ces fasses rocheuses et que c'était bien flippant et qu'il venait de voir un crash. Le lendemain il est mort au meme endroit.
Faites gaffe...
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Masterpitrou
plouffeur(se)
***
Hors ligne Hors ligne

Aile: Diamir 2, Whizz 20, Nano 12.5, Stromboli 42, Lhotse 28, Marboré
pratique principale: cross
vols: ne compte plus depuis l'année 1994 vols
Messages: 30



WWW
« Répondre #37 le: 25 Juin 2019 - 21:57:54 »

... en 2007 j'y ai fait un début d'oedeme pulmonaire trop de vent pour descendre en Kailash. Rejoindre les cosmiques a été un calvaire. Je pense que j'étais  à 30% de mes capacités respiratoires j'ai raté la dernière benne de l'aiguille du midi. Retour à cham le lendemain avec mon compagnon dont j'avais théoriquement  la responsabilité vu qu'avant ces deux journées il n'avait jamais chaussé des crampons
Je précise que je suis montée plusieurs fois a plus de 5000 (Mt Kenya à 19 ans,  cerro toco cerro Licancabur,cerro miscanti...) et même une fois à 6880 m sans encombre (ojos del Salado) . Donc on ne maitrise jamais tout.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
paraseb74
plouffeur(se)
***
Hors ligne Hors ligne

Aile: M6-ML / Magnum 2/ ultralite 19 / freestyle 3-22
pratique principale: cross
vols: ... vols
Messages: 39



« Répondre #38 le: 25 Juin 2019 - 22:04:58 »

Très peu de vent à très haute altitude ?

Qui va tenter ce vol ? à quelle heure ? qui l'a déjà fait ? des conseils (2012) ?

En 2012  j y était le samedi ,  arrêt brutal a 4500 sous le vent de l’arrête du brouillard , des conditions très puissantes ,  j ' ai encore le souvenir d'un pilote en décro suite a une très grosse fermeture

2015  je survol le mont blanc  avec une dizaine de pilotes , pour info  5 morts dans le semaine ,  le samedi jour du survol en pilote en IP6  disparu , il sera retrouvé mort  ....

Le tuto  de Stéphane en 2012  ne reflète pas la réalité ,  c 'est loin d’être idyllique comme endroit , pas de vache possible , pas d'arbre , des falaises , des crevasses ....

C 'est pas sur le chant du vario que tu vas trouver les réponses ,  il faut voler régulièrement   , avoir de l'expérience sur des vols dans les hauts massifs  ( Cham  , belledonne , lauziere , bourg )  en octobre partir voler coté italien depuis de le déco de l'Helbronner .


 
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
wowo
tchatcheuse(eur)
**
Hors ligne Hors ligne

Aile: Sigma/Magnum
pratique principale: cross
vols: Plus que certains, moins que d'autres mais quand même déjà pas mal de vols
Messages: 820



« Répondre #39 le: 25 Juin 2019 - 22:29:07 »

[...]
Merde, Wowo, sors de ce corps!
[...]

 mort de rire

T'inquiète Nicolas, visiblement à lire le reste du fil tu n'as pas à demander un exorcisme, il y en a d'autres qui sont habité par mon esorit porté sur le vol en sécurité/pas (trop) engagé.

 +1 au karma  à vous tous pour vos bonnes paroles pleines de bon sens même si on peut constater un beau "gradient" dans la pédagogie utilisée.

 je sors
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Le plus beau vol ? Sûr, celui à venir !
Lassalle
qui pourra la(le) baillonner ???
***
Hors ligne Hors ligne

Aile: Ultralite-1 (Ozone)
pratique principale: vol rando
vols: 1146 vols
Messages: 1 119



« Répondre #40 le: 25 Juin 2019 - 22:46:15 »

Quelques remarques :

1/J'ai déjà décollé du sommet du Mont-Blanc (comme beaucoup d'autres pilotes !), mais je n'ai jamais cherché à monter là-haut en volant (je n'ai ni le niveau, ni l'expérience, ni le mental pour cela !).

2/ Personne n'a jamais réussi (ni essayé d'ailleurs) à monter vers le sommet en volant par le versant nord (côté Chamonix).
Ce ne sont que d'immenses glaciers qui empêchent toute ascendance significative et exploitable.

3/ Toutes les montées vers le sommet en volant (sans aucune exception à ma connaissance) se sont faites par le versant italien en remontant justement les grands éperons et falaises immenses qui constituent la face sud du Mont-Blanc (même en ayant décollé de Planpraz).

4/ Les conditions des deux jours consécutifs en 2012 ont été particulièrement exceptionnelles.
Même si elles ont été turbulentes par endroits (voire très turbulentes, cf. message au-dessus), elles ont quand même permis à des dizaines et des dizaines de pilotes de se poser là-haut et ce n'étaient pas tous des cadors.
Et il y a eu pas mal de voiles "intermédiaires" (type Faial par exemple) qui se sont posées là-haut.
Mais il ne faut pas banaliser cela et croire que cela se passera à chaque fois ainsi.  hein ?

5/ En 2015 il y a eu cinq décès en deux semaines ; tous ont eu lieu justement sur ce versant italien du Mont-Blanc.
Et les pilotes décédés étaient tous de super pilotes qui tentaient le tour du Mont-Blanc en volant (ce parcours est exceptionnel, mais il est difficile et très rarement réalisé).
Les conditions aérologiques sur ce versant italien ont été particulièrement fortes et dangereuses pendant cette période.

6/ Tout ceci donne donc à réfléchir ; vouloir monter là-haut en volant est un beau projet, mais :
- il faut des conditions aérologiques très rarement réunies ;
- il faut avoir beaucoup d'expérience et un gros mental ;
- et il faut être prêt à quitter le relief et faire demi-tour si les conditions (qui peuvent changer rapidement en haute altitude) ne permettent plus de continuer le vol en sécurité.

Enfin tout ceci n'est que mon avis personnel...  pouce

 trinquer

Marc
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Sagarmatha
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: Nervures Diamir (n°8 et n°211), U-Turn Everest 21, Niviuk Artik2, Air Design UFO 18 et Ozone Ultralite 19
pratique principale: vol / site
vols: 2180 vols
Messages: 277



« Répondre #41 le: 25 Juin 2019 - 23:54:52 »

C'était aussi très stable début juillet 2015, avec des plafonds à 5000m, j'ai tenté le coup avec deux copains et il y avait un monde fou à Planpraz.
Je ne suis pas allée très loin, encaissant un vrac énorme près des parois du Brévent : la très légère brisette de SW venait de tourner ouest, j'ai annoncé ça en radio aux copains en ajoutant qu'ils devraient bien lever les pieds pour passer le col de Miage et que je ne tentais pas l'aventure.
Ils ont ratassé plus d'une heure devant le col, sans pouvoir monter assez haut pour le passer au-dessus des rouleaux, ils ont vu un pilote faire un gros vrac sous le vent et se casser la gueule, aucune chance de s'en tirer en vie. L'un réussit à passer le col au culot, l'autre rentra à Chamonix.
Passer le col de Miage est à peu près impossible s'il y a un peu d'ouest et quand on est passé ce n'est pas pour autant gagné, il faut encore que cela monte sur l'arête du Brouillard, sinon on va poser.
---
Il ne faut pas rigoler avec le Mont Blanc.
---
J'y suis allée plusieurs fois, une fois seule, une fois en emmenant 4 stagiaires de mon club, une fois par le Maudit en emmenant Corinne et nous avions décollé au sommet, elle d'abord parce que moi je pouvais éventuellement redescendre seule, et ce fut très limite pour décoller, j'y ai buté aussi et une autre fois limité le but en décollant vers 4000m à l'abri du vent puissant qui nous interdisait le sommet, un vol grandiose et glacial à 7h du matin.
Je passe sur un autre but, le jour de mes 25ans : j'étais avec un copain très fort et nous partions pour la Sentinelle Rouge (moi je voulais faire la Major mais il l'avait déjà faite), et à 1h du matin, au refuge du Trident, il y avait déjà 60cm de neige fraîche, le couloir Güssfeldt allait être impraticable. Le retour vers le refuge Torino, aux instruments en brassant 1m de neige fraîche, fut une rude épreuve, surtout quand on sait qu'il y a des crevasses partout... mais je connaissais très bien les lieux et nous ne descendîmes pas visiter le sous-sol. La visibilité ne fut jamais supérieure à 5m, avec la neige qui arrivait quasiment à l'horizontale.
---
Lors de mon but en 2014, il fallait descendre dare-dare le temps qu'on y voyait encore tant le Dôme du Goûter devient impossible quand on est dans le nuage parce que le vent efface les traces et qu'on ne peut pas s'orienter, pas même avec les instruments et une carte préparée.
La sécurité, c'est le refuge Vallot. Dessous, on est en danger si on n'y voit rien.
---
Quand j'avais emmené mes stagiaires en 75, tous étaient encore assez novices crampons aux pieds, je leur avais fait faire de l'école de glace deux fois et une petite course d'application, sauf une fille qui arrivait de Paris et que je surveillais de très près, et qui se révéla d'emblée à l'aise.
---
Je ne souhaite à personne de se retrouver au sommet du Mont Blanc avec un vent puissant et le lenticulaire (l'âne) en formation. Avec le vent et les frottements, il peut y avoir n'importe quand des décharges de foudre, même avec du ciel bleu.
Au Mont Blanc, la température peut descendre au-dessous de -30°C en plein été et si on n'a pas d'abri on est foutu.
---
Marc a donné un conseil : le Mont Blanc est un milieu de haute montagne, qui EXIGE d'avoir une très bonne connaissance de la haute montagne, une grande endurance physique et un mental fort. Avec l'altitude, si on n'est pas bien acclimaté, on s'épuise vite et la fatigue fait commettre des erreurs, or il est interdit de se tromper.
On peut décoller un peu partout sur le Mont Blanc (versant français) si les conditions de vent le permettent et si on est capable de rejoindre le décollage sans se mettre dans un pot, bref si on est déjà un alpiniste expérimenté.
C'est toujours le moins expérimenté qui décollera en premier, le plus expérimenté en dernier parce qu'il y a le risque de devoir descendre à pied.
---
Les parapentistes qui tentent le Mont Blanc en vol réussissent parfois et mettent souvent un but. Le problème spécifique à ce vol extraordinaire est lié au milieu dans lequel on vole, avec la haute altitude, le froid et le vent. Les conditions du 19 août 2012 ne se présentent pas souvent.
C'est peut-être possible cette semaine si l'atmosphère se dilate bien et offre des plafonds très hauts, mais cette condition indispensable ne suffit pas : il faut un vent nul avec juste une petite brise de vallée, qui sera de secteur sud sur le Val d'Aoste, sud-est sur le Val Veni, permettant à l'arête du Brouillard de déclencher LE thermique qui permettra de monter au sommet... ou pas, à condition d'avoir déjà pu passer le col de Miage.
---
Je ne suis pas certaine que ce vol soit autorisé versant italien, suite aux morts de 2015 qu'il fallut aller récupérer dans des endroits épouvantables. Il est prudent de se renseigner AVANT de tenter l'aventure.
 trinquer
(près de l'atterro de Chamonix, au bois du Bouchet, il y a une brasserie artisanale qui fait une ambrée très sympathique)
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
wolfd
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Nova Mentor 4
pratique principale: cross
Messages: 89



« Répondre #42 le: 26 Juin 2019 - 04:19:22 »

Très peu de vent à très haute altitude ?

Qui va tenter ce vol ? à quelle heure ? qui l'a déjà fait ? des conseils (2012) ?

En 2012  j y était le samedi ,  arrêt brutal a 4500 sous le vent de l’arrête du brouillard , des conditions très puissantes ,  j ' ai encore le souvenir d'un pilote en décro suite a une très grosse fermeture

2015  je survol le mont blanc  avec une dizaine de pilotes , pour info  5 morts dans le semaine ,  le samedi jour du survol en pilote en IP6  disparu , il sera retrouvé mort  ....

Le tuto  de Stéphane en 2012  ne reflète pas la réalité ,  c 'est loin d’être idyllique comme endroit , pas de vache possible , pas d'arbre , des falaises , des crevasses ....

C 'est pas sur le chant du vario que tu vas trouver les réponses ,  il faut voler régulièrement   , avoir de l'expérience sur des vols dans les hauts massifs  ( Cham  , belledonne , lauziere , bourg )  en octobre partir voler coté italien depuis de le déco de l'Helbronner .
 


Le pilote en IP6 dont tu parles c'est le père d'un ami, dont je parlais ci-dessus. Il volait régulièrement, il avait de l’expérience sur des vols dans les hauts massifs. Des compètes, plusieurs SIV, etc.  

Un membre du club disparaissait la veille dans le même coin. Le lendemain le pilote en IP6 écrivait :

J ai fait ce cross jeudi. C est magnifique mais chaud bouillant avec vent . Thermique enregistre à 10,5 m intégré !, très engagé dans paroi granitique a couper le souffle.. Plaf a 4600 sous le mont blanc. Ce même jour un parapentiste en m4 a trouvé la mort. Deux décès en deux jours sur ce même parcours ça fait peur rétrospectivement.
Aujourd'hui des copains ont survolé le mont blanc et un a posé ! Moi j avais choisi de crosser.

Deux jours plus tard sa femme nous écrivait au même endroit :

"Je suis l'épouse de (...). Malheureusement, hier, (...) a aussi trouvé la mort sur le versant italien du Mont Blanc."

La famille ne savait rien sur le déroulement de l'accident, en demandant sur le Chant du vario un témoin volant m'a fait le récit complet que j'ai du envoyer a la famille. Glacial.

Faut pas rigoler avec le Mont Blanc, mais surtout pas avec le parapente. Ca me trou le cul de voir autant de gens se foutre en l'air alors pensez bien a votre pratique.
Survoler le mont blanc tout ça c'est bien. Etre en vie c'est mieux.

Tous mes proches me prennent a moitie pour un suicidaire vu mes pratiques sportives, quand je vois certains ici .....
« Dernière édition: 26 Juin 2019 - 04:31:33 par wolfd » Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Lassalle
qui pourra la(le) baillonner ???
***
Hors ligne Hors ligne

Aile: Ultralite-1 (Ozone)
pratique principale: vol rando
vols: 1146 vols
Messages: 1 119



« Répondre #43 le: 26 Juin 2019 - 09:36:50 »

Voici deux vidéos rappelant les vols exceptionnels d'août 2012 avec posé au sommet :

vimeo.com/47975978
vimeo.com/48351310


Et deux autres avec du soaring au sommet :

vimeo.com/48235402
vimeo.com/48510315


Que ce soit bien clair : ce n'est pas moi qui filme !  Rigole  Rigole

Marc
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
piwaille
l'(quasi)modo
Administrateur
papoteuse(eur)
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: pure bleu/rouge
pratique principale: cross
vols: bientôt 900 vols
Messages: 527




WWW
« Répondre #44 le: 26 Juin 2019 - 11:10:49 »

 salut !

Moi je me permets d'intervenir sur un point qui me chatouille ou qui me gratouille hein ? je ne sais pas bien
bref faire de la pub pour ce vol alors qu'il est engagé, qu'il se fait dans un contexte politique compliqué etc ... je comprends que c'est mal

d'un autre coté, je sature un peu du milieu du parapente qui ressemble trop à l'omerta. il y a ceux qui ont les bruits de couloir et qui savent... et puis il y a les autres qui n'ont pas le droit à l'information (que ce soit les bons plans ou bien les informations relatives à la sécurité quoi parce qu'on aurait trop peur que ça fasse ragot ou que des gens mal intentionné puissent faire des amalgames).

Mais de toute façon les gens mal intentionnés ils vont les faire ces amalgames ... et d'autant plus que l'information ne circule que par le téléphone arabe qui est connu pour ses déformations.

Bref ... en cette période de canicule, tout le monde y pense à ce vol (enfin non pas tout le monde, il existe un petit troupeau de parapentiste qui ont déjà loupé les épisodes précédents et qui ont une bonne excuse pour celui-là aussi) et personne n'en parle ?
c'est qui les égoïstes d'un autre fil ? Fou
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Pas de support par MP. Utilisez http://www.parapentiste.info/forum/le-chant-du-vario-b53.0/
Citation de: Bernard Werber
"L'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir"
akira
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: M4
pratique principale: je suis un bot qui ne sera pas validé
vols: 1 vols
Messages: 264


« Répondre #45 le: 26 Juin 2019 - 11:21:53 »

Alors Piwi, tu le tentes de Planpraz cette annee ?
Moi je suis content de ne plus avoir a y aller ...  canap

Bon j aimerais bien voler quand meme ... mais pas la bas.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Sagarmatha
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: Nervures Diamir (n°8 et n°211), U-Turn Everest 21, Niviuk Artik2, Air Design UFO 18 et Ozone Ultralite 19
pratique principale: vol / site
vols: 2180 vols
Messages: 277



« Répondre #46 le: 26 Juin 2019 - 11:42:28 »

Il y a eu aussi ici un lien pointant vers la vidéo d'Alain Finet et Antoine Desvallées, en 2012, qui étaient partis de Champex, avaient passé le col Ferret puis le col de Peuterey et le col Eccles avant de retrouver l'itinéraire "classique" sur l'arête du Brouillard. Posés au sommet, ils avaient redécollé pour prendre l'itinéraire autorisé, suivi toute la chaîne des Aiguilles Rouges, passé le col de Balme puis le col des Ecandies pour rentrer à Champex.
Cette combinaison du tour du Mont Blanc avec posé au sommet n'est plus possible du fait de l'interdiction de vol sur le versant italien de la chaîne.
Stéphane Boulenger l'avait faite en novembre au départ de Pavillon mais sans poser au sommet, évidemment. Un vol extrêmement engagé quand l'activité thermique varie de très faible à nulle.
Alain Finet, alpiniste très expérimenté, était des 7 qui avaient réussi le vol en août 2003, c'est un pilote exceptionnel. Antoine est moniteur aux Passagers du Vent et il a fait pas mal de compètes de marche & vol, il n'est nul besoin de présenter Stéphane Boulenger qui nous enchante depuis longtemps avec des vidéos magnifiques.

Le vol du Mont Blanc a l'air presque facile quand on visionne les vidéos mais il ne faut pas s'y fier : le vol se situe en milieu extrêmement hostile, en grattant des reliefs très hostiles, en étant exposé en permanence à des pièges aérologiques vicieux. C'est sans doute le plus beau vol d'Europe mais c'est aussi probablement le plus dangereux.
Même quand on est très fort, c'est toujours l'imprévu qui arrive et être très fort ne suffit pas, il faut aussi avoir de la chance et des conditions parfaites. Dans un cadre aussi splendide, quand tout va bien, il faut sans cesse être prêt à enrayer un vrac énorme et c'est pour ça que je pense qu'il faut une voile pas trop exigeante, donc de classe C.
En 2012, il y a eu pas mal de Diamir au sommet et actuellement la voile la plus adaptée me semble être l'extraordinaire Diamir 2.

Quand j'ai pris l'air à Planpraz, le 4 juillet 2015, c'était pour faire une reconnaissance, pour voir, selon l'adage qui dit que consulter la carte d'un restaurant n'oblige pas à y contracter une indigestion. Je n'avais pas le fantasme de tenter le sommet parce que je me savais d'un niveau insuffisant pour maîtriser tous les paramètres de ce vol.  
Le vrac dans un +7,4 sur une demi-aile, qui engendra une furieuse amorce de vrille aussitôt enrayée, aurait pu être un +10 fatal 2000m plus haut ou avec une voile moins parfaite que la Diamir ou plus pointue, par exemple une M6 ou une IP6 (que je ne serais pas capable de piloter sans me chier dessus).

Il ne faut pas rigoler avec le Mont Blanc.

Lors de son tour du monde en solitaire, Alain Colas avait eu du mal à passer le cap Horn, tout encalminé ! Cela n'arrive jamais, il y a en général une houle puissante et un vent furieux, mais ce jour-là c'était calme plat.
Le vol du Mont Blanc s'apparente au passage du cap Horn pour les navigateurs, après "l'océan de misère" qu'est l'Océan Indien : Alain Colas évoquait des surfs hallucinants sur des vagues énormes avec des creux de 20m, avec un vent à écailler les poissons. Seuls se risquent sur ces mers-là les meilleurs entre les meilleurs, avec des bateaux méticuleusement construits et préparés, et ce n'est jamais une partie de plaisir, il n'y a aucun droit à l'erreur.

A 25 ans, je voulais vraiment faire la voie Major au Mont Blanc, j'avais tout ce qu'il fallait pour ça (technique, expérience, endurance, vitesse et sang-froid) mais il me manquait un compagnon de cordée au niveau. J'en avais parlé à Claude Deck et ce fut le but à la Sentinelle Rouge. Ce jour-là, Deck me donna une leçon que son expérience lui avait apprise : on ne part pas au Mont Blanc sans emporter une tente de paroi pour pouvoir s'abriter en cas de mauvais temps, et la carte au 1/25 000e préparée avec route tracée et angles de marche relevés, la boussole et l'altimètre, pour trouver le sommet et redescendre à Vallot.
Il m'avait raconté qu'il avait sorti la Major dans le gros mauvais temps après deux bivouacs dans une rimaye, trouvé le sommet grâce aux "trous jaunes" laissés par les mecs qui pissent, et trouvé deux Anglais morts gelés, abrités du vent... par le refuge Vallot qu'ils n'avaient pas vu dans la tempête.

Le Mont Blanc par grand beau temps c'est merveilleux, dès que le temps se gâte cela devient un enfer et par mauvais temps le pronostic vital est fortement engagé, même les meilleurs alpinistes peuvent y laisser la vie.
Avec le parapente, on peut s'imaginer avoir un moyen de fuite rapide et ce serait une erreur de le croire, le vent ne permettant plus de décoller ni d'ailleurs de voler.
L'éthique actuelle consiste à survoler le sommet, sortir les pieds du cocon pour toucher mais ne pas se poser et continuer le vol. On est alors en altitude depuis un bout de temps et il est temps de redescendre pour éviter des troubles physiologiques, ceux qui se posèrent en 2012 s'en souviennent.
Le plouf du Mont Blanc, c'est 45 minutes avec une mini-voile de 18-19m². Avec une grande voile de cross, c'est une bonne heure de vol et il faut aussi y penser, les conditions ayant le temps de changer... et le vent de vallée à Chamonix peut devenir redoutable l'après-midi.
On ne rigole pas avec le Mont Blanc.
 trinquer
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
piwaille
l'(quasi)modo
Administrateur
papoteuse(eur)
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: pure bleu/rouge
pratique principale: cross
vols: bientôt 900 vols
Messages: 527




WWW
« Répondre #47 le: 26 Juin 2019 - 11:45:03 »

Alors Piwi, tu le tentes de Planpraz cette annee ?
comme je disais, je peux toujours pas Pas content
je pourrais envisager ne tourner qu'à droite ... mais je suis incapable de gérer la moindre tempo (donc même pas gonfler)
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Pas de support par MP. Utilisez http://www.parapentiste.info/forum/le-chant-du-vario-b53.0/
Citation de: Bernard Werber
"L'important n'est pas de convaincre, mais de donner à réfléchir"
Kalluk
Rampant
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Volt3 M
pratique principale: cross
vols: que des beaux...ou presque vols
Messages: 4


Team AirDesign France


« Répondre #48 le: 26 Juin 2019 - 12:26:07 »

En 2012  j y était le samedi ,  arrêt brutal a 4500 sous le vent de l’arrête du brouillard , des conditions très puissantes ,  j ' ai encore le souvenir d'un pilote en décro suite a une très grosse fermeture

On a du se croiser (j'avais une AD Pure). Le décro dont tu parles c'était pas une M4 au col de Miage ? J'étais juste au-dessus quand ça s'est passé et je venais de me faire bien brassé (un espèce de dust venant du versant italien). Quand la voile est sortie du décro, il était dos à la paroi mais avec seulement 10-20m sous le cul   Shocked
J'ai aussi abandonné à 4500 sur l'éperon du brouillard pourtant bien calé dans le thermique, mais la vue des barbules qui venaient du versant français m'ont fait renoncé (sous le vent). En transitant vers le col de Miage pour re-basculer versant français, j'ai vu une Enzo collée au Mont Blanc se prendre un vrac total (bien géré...), ça m'a conforté dans ma décision...
Le lendemain, c'était juste magique, exceptionnel, mais peut-être (malheureusement!?) unique!!! Je vous souhaite que non  Clin d'oeil
Comme cela a déjà été dit, ces conditions ce jour-là ne sont pas la norme...ayez bien çà en tête !
Entre les deux jours, c'était un peu Docteur Jeckyl et Mister Hide...impressionnant !!!
Pour terminer, je dirai que ça peut être le vol de votre vie, mais faites en sorte que ce ne soit pas le dernier... Neutre  Clin d'oeil

Fly safe  Clin d'oeil
Renaud

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
MontBlanc
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: Diamir, Skin2p
pratique principale: vol rando
vols: quelques vols
Messages: 292



WWW
« Répondre #49 le: 26 Juin 2019 - 13:05:00 »

Il y a une grosse grappe qui enroulé devant l'arrête de Bionnassay
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Brindazur⁷, Tornado⁷, Harley NewWave²²⁰, Trekking Corniche, LdeK Cruisair, EDEL Energy, EDEL Sector [...] Gradient Delite, Niviuk Artik², Nervures Lol, Nervures Diamir, Niviuk Skin²P
Pages: 1 [2] 3 4 ... 16   Haut de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
 
Aller à:  

parapente gratuit
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.038 secondes avec 25 requêtes.