+ Le chant du vario +

Forum de parapente

25 Février 2021 - 14:57:53 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre mot de passe ?
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
  Site   forum   Aide Groupes Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous        GPS2GE Balises  
CSC
Pages: 1 [2] 3 4 ... 7   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Faut il durcir la réglementation bi. était: Accident en biplace : un de plus à Rustrel...  (Lu 8296 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
MichM
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: en attente
pratique principale: autre (?)
vols: ... vols
Messages: 242



« Répondre #25 le: 03 Août 2020 - 16:12:56 »



p.s. les primes sont révisables chaque année.

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
plumocum
les_modos
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Zeolite gt
pratique principale: cross
vols: nombreux vols
Messages: 136



« Répondre #26 le: 03 Août 2020 - 16:29:45 »

Si ça n'est pas une menace de l'assureur, s'en est une de la fédé  Twisted
Pour but *exclusif* ?
Ca ne semble pas être le cas, puisque justement on y rappelle aussi des bonnes pratiques relevant plus de la courtoisie et du respect (voire de dispositions légales) que de la sécurité.

Citation
Bonjour,

Vous êtes détenteurs d’une qualification fédérale (*) et nous tenons à vous remercier pour votre engagement bénévole qui fait découvrir nos activités et contribue au développement de nos sports.

Comme vous le savez, l’un des objets de la fédération est la formation des pratiquants. À ce titre elle délivre, avec l’appui de ses ligues régionales, des qualifications donnant à ses licenciés des compétences et leur confiant des responsabilités d’encadrement bénévole. Sont concernées les qualifications fédérales de pilote biplace, treuilleur/remorqueur, accompagnateur, animateur, entraîneur, moniteur.

Nous considérons ces formations comme donnant des responsabilités d’encadrant pour une double raison :

    elles ont toutes pour finalité de faire découvrir l’activité et donc un rôle pédagogique spécifique selon chaque qualification. Ce rôle va de la simple découverte du plaisir de voler ou de gonfler une voile à l’enseignement dans le cas du moniteur ;
    elles engagent toutes une responsabilité à l’égard d’un tiers.

Comme vous le savez aussi, progresser dans le domaine de la gestion des risques fait partie des priorités de notre projet fédéral. Dans cette optique de qualité, le bureau directeur fédéral, en accord avec les Commissions Formation et Sécurité et Technique, a souhaité que tous les détenteurs de ces qualifications fédérales s’engagent à respecter une charte déontologique. Cette initiative s’inscrit dans la même logique que celle qui nous a amenés à faire signer depuis l’an dernier une charte spécifique aux professionnels.

Une prise de conscience collective et le respect permanent d’un ensemble d’éléments de base ne peut que contribuer à une diminution de notre accidentalité dans la pratique encadrée. L’expérience nous prouve que tel est bien le cas : les pratiques encadrées sont moins accidentogènes que les autres ; pour autant, des progrès sont toujours possibles !

Les assurances en responsabilité civile encadrants sont gratuites pour tous nos qualifiés - à l’exception des biplaceurs - et représentent un bien commun qu’un nombre trop conséquent d’accidents en pratique encadrée pourrait facilement mettre en péril car la responsabilité civile lorsqu’un tiers est concerné est toujours engagée.

L’année 2017 a pesé lourd sur nos contrats d’assurance de ces deux dernières années, la pratique encadrée se retrouvant en première ligne, jusqu’à entrevoir l’impossibilité à court terme pour notre fédération de négocier un contrat couvrant le risque aérien !

Pour mémoire, au cours de cette année noire sur le plan des décès en vol libre (21), 3 accidents très graves en pratique encadrée associative (biplace et enseignement) ont contribué à un rapport sinistres/primes très défavorable.

Nous vous avions d’ailleurs alertés sur cette situation l’an dernier et avons mis en œuvre un plan d’action cohérent qui privilégie la prévention. Ce plan intègre notamment une analyse plus fine et plus complète des accidents en pratique encadrée étendue à tous les accidents graves, un meilleur partage des connaissances en matière d’accidentologie, la nomination dans chaque club d’un animateur sécurité et leur mise en réseau, la création des Icares de la sécurité, des outils dans l’intranet et un tuto sur la stratégie individuelle de gestion des risques, des actions de recyclage, etc

La charte déontologique et sa signature ne sont pour l’immense majorité d’entre vous que des rappels de principes que vous appliquez déjà et qui font partie des contenus de formation : vous êtes tous des passionnés dévoués à nos sports. Mais nous pensons utile ce rappel à tous que la sécurité des personnes que vous encadrez est un point essentiel et que toute qualification s’accompagne d’un devoir d’exemplarité.

Dès cette année, au moment de la reprise de licence, les détenteurs de qualifications en activité bénévole devront donc s’engager au respect de cette charte pour activer la couverture en assurance correspondant à leur(s) qualification(s).

À défaut, le détenteur renoncera à cette couverture et ne pourra donc plus encadrer ni utiliser sa(ses) qualification(s) fédérale(s).

Au même titre que les moniteurs professionnels, signataires de leur propre charte depuis 2019, le non-respect de ses engagements pourra éventuellement entraîner des sanctions pour l’encadrant bénévole, comme pour la structure dont il est membre, conformément aux règlements intérieur et disciplinaire de la FFVL. Ces règlements prévoient déjà un tel dispositif - qui n’a rien de nouveau - s’il apparaissait que des négligences graves ont été commises et que les marges de sécurité n’ont pas été respectées. Nous espérons bien sûr ne pas avoir à examiner de tels cas !

En matière de gestion des risques, aucune mesure n’est une mesure miracle, nous le savons tous. L’engagement un peu formel à travers une charte déontologique, outre qu’il donne des garanties à ceux que vous allez encadrer, est une occasion parmi d’autres de marquer votre engagement dans une démarche collective pour garder à nos sports l’image qui nous anime tous : celle de l’incroyable liberté qui nous permet de voler !

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Nager dans le sens du courant fait rire les crocodiles (Afrique)
Comme de toute façon je finirai ma vie dans un trou, autant qu'il y ait du poil autour. (Frédéric Dard)
MichM
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: en attente
pratique principale: autre (?)
vols: ... vols
Messages: 242



« Répondre #27 le: 03 Août 2020 - 16:40:02 »

Si ça n'est pas une menace de l'assureur, s'en est une de la fédé  Twisted

C'est simplement une réalité, ou alors dis nous comment trouver un assureur qui accepterait de laisser des plumes dans cette affaire ?

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
plumocum
les_modos
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Zeolite gt
pratique principale: cross
vols: nombreux vols
Messages: 136



« Répondre #28 le: 03 Août 2020 - 16:42:46 »

Si c'est une réalité maintenant, c'était un phantasme il y a 30 mn  mort de rire
Ca ce n'est pas une "menace de l'assureur".

Le fait que ça soit une réalité met de l'eau dans mon moulin.  bisous
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Nager dans le sens du courant fait rire les crocodiles (Afrique)
Comme de toute façon je finirai ma vie dans un trou, autant qu'il y ait du poil autour. (Frédéric Dard)
choucas
professionnels
enrouleur(se) de thermique
*
Hors ligne Hors ligne

pratique principale: vol / site
Messages: 112



« Répondre #29 le: 03 Août 2020 - 16:50:07 »

Si c'est une réalité maintenant, c'était un phantasme il y a 30 mn  mort de rire
Ca ce n'est pas une "menace de l'assureur".

Le fait que ça soit une réalité met de l'eau dans mon moulin.  bisous


Ah mais moi je suis convaincu que si on ne s'autodiscipline pas vite et sérieusement, d'autres légiféreront ou onterdiront (ce qui est un peu pareil)

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Participant interimaire.
Willitou
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile: air design vivo
pratique principale: vol / site
vols: 1 vols
Messages: 66


« Répondre #30 le: 03 Août 2020 - 17:03:19 »

Si le ratio S/P augmente l'assureur pourrait augmenter le tarif sauf qu'à un certain moment le coût moyen devient rédhibitoire pour l'assuré.

Ce type de marché n'intéresse personne (en particulier s'agissant d'une activité de loisir)et l'activité devient économiquement non assurable.

Pour rester accessible au plus grand nombre économiquement parlant ; une possibilité est le renforcement de législation pour tenter de limiter les comportements les plus à risque.

En assurance ; certains marchés non rentable (la plaisance par exemple) peuvent être conservés un temps ; mais le parapente je n'y crois pas trop.
Donc sans auto-discipline ; même avec obligation d'assurance ; cette niche devient non rentable sinon la contrepartie est un ensemble de règles visant à limiter les risques (ou prétendument).

Si ce n'est pas la législation qui impose des règles ; cela pourrait être l'assureur (à travers les conditions particulières).



Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
MichM
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: en attente
pratique principale: autre (?)
vols: ... vols
Messages: 242



« Répondre #31 le: 03 Août 2020 - 17:04:59 »

Si c'est une réalité maintenant, c'était un phantasme il y a 30 mn  mort de rire
Ca ce n'est pas une "menace de l'assureur".

Le fait que ça soit une réalité met de l'eau dans mon moulin.  bisous


 hein ?

Voir les autres réalités déjà évoquées : pas de baisse de la sinistralité = augmentation des primes jusqu'à... ?

Olympiade suivante : qui veut bien assurer les gentils parapentistes ?  Silence assourdissant ....

Pas besoin de menacer (et personne ne l'a fait), ni de légiférer.


Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
plumocum
les_modos
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Zeolite gt
pratique principale: cross
vols: nombreux vols
Messages: 136



« Répondre #32 le: 03 Août 2020 - 17:09:05 »

Si c'est une réalité maintenant, c'était un phantasme il y a 30 mn  mort de rire
Ca ce n'est pas une "menace de l'assureur".

Le fait que ça soit une réalité met de l'eau dans mon moulin.  bisous


 hein ?

Voir les autres réalités déjà évoquées : pas de baisse de la sinistralité = augmentation des primes jusqu'à... ?

Olympiade suivante : qui veut bien assurer les gentils parapentistes ?  Silence assourdissant ....

Pas besoin de menacer (et personne ne l'a fait), ni de légiférer.



Et bien moi je lis au travers de toutes ces histoires que le problème du bi est épineux.
Et comme chacun défend sa paroisse, la mienne se fiche complètement de la pratique du bi. Par contre, ça m'embêterait de devoir continuer à voler sans assurance  canap
Mais rassure toi, je suis largement minoritaire...
quoique  rapido
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Nager dans le sens du courant fait rire les crocodiles (Afrique)
Comme de toute façon je finirai ma vie dans un trou, autant qu'il y ait du poil autour. (Frédéric Dard)
Lassalle
crossman (woman)
******
En ligne En ligne

Aile: Ultralite-1 (Ozone)
pratique principale: vol rando
vols: 1151 vols
Messages: 265



« Répondre #33 le: 03 Août 2020 - 17:42:42 »

Dans les messages plus haut (j'ai la flemme de remonter dans ce fil pour les citer) je trouve que l'on mélange parfois deux problématiques très différentes :

1/ D’une part il est clair qu'il existe certains biplaceurs professionnels qui sont agressifs et intolérants sur certains sites très fréquentés.
Cela ne concerne bien sûr qu'une petite minorité des biplaceurs professionnels.
Mais il est tout à fait normal de critiquer de telles attitudes qui n'ont aucune justification !  rouleau ? patisserie

2/ D'autre part, dans les mêmes messages, on parle de la "mutualisation" des primes d'assurance entre professionnels et associatifs ou entre biplaceurs et pilotes solo.
Ceci est un tout autre problème et il ne faut pas mélanger les deux.
Je rappelle que cette mutualisation est vraiment très faible...

Je vais répondre dans un autre message au problème du choix de l'assureur par la fédération vis-à-vis de la couverture du risque biplace.

Marc
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
wowo
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Sigma/Magnum
pratique principale: cross
vols: Plus que certains, moins que d'autres mais quand même déjà pas mal de vols
Messages: 77



« Répondre #34 le: 03 Août 2020 - 17:58:24 »

[...]
[...]
Et bien moi je lis au travers de toutes ces histoires que le problème du bi est épineux.
Et comme chacun défend sa paroisse, la mienne se fiche complètement de la pratique du bi. Par contre, ça m'embêterait de devoir continuer à voler sans assurance.
[...]

Note que perso je suis pour le sanctionnement de ceux qui consciemment ne veulent pas se plier à de bonnes pratiques sécuritaires.

Maintenant penser que le souci ne serait que celui du biplace c'est être dans le déni d'une réalité de terrain qui est qu'il y à des accidents en enseignement mais aussi et surtout en pratique solo mais aussi refuser d'admettre le fonctionnement de toute Société.

Les accidents solo même s'ils coutent peu à nos assureurs coûtent cher voire très cher à la Société.

Tout pilote qui s'accidente initie des frais de secours (voire de recherches) et de soins. Mais derrière cela amène tres probablement aussi des frais de prise en charge par la Société de son arrêt maladie, voire de son statut de chomeur et/ou d'handicapé si ce n'est du neccessaire assistanat à sa famille qu'il soit mort ou non, etc.

Mais aussi avant déjà la Société à investit tout au long de sa vie jusqu'à cet accident sur citoyen et cet accident et ses conséquences ruine possiblement tout espoir que ce citoyen amène un retour sur cet investissement par son action citoyenne, familiale, proffessionelles, sociétale.

Donc penser que si la Société estime neccessaire de se mêler de notre éducation, qu'elle ne le fera qu'en s'intéressant à une ou quelques catégories des pratiquants que nous sommes relève d'une utopie.

Sois nous saurons collectivement et solidairement nous éduquer à une pratique sécuritaire dans tous les domaines de notre activité vol libre. Soit à un moment nous serons tous collectivement et solidairement par la force des choses concernés par des changements qui rendront le vol libre moins libre qu'actuellement.

Dans tous les domaines ou un coût est créé du fait du comportement, cela s'est passé et se passe ainsi. La "prévention" routière en est un bel exemple.

Alors oui dénonçons ceux qui se conduisent mal mais sans faire d'amalgame lié au fait de leurs pratiques ou statut (biplaceur, enseignant, Pro, etc.)
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Le plus beau vol ? Sûr, celui à venir !
You 7
Invité
« Répondre #35 le: 03 Août 2020 - 18:08:09 »

L'activité aérienne a un coût lié à la prévention, pour la bonne et simple raison, qu'en cas de pépin (panne, incident ou autre), on ne peut pas s'arrêter sur le bord et remédier ou réparer. Quand ça merde, en général ça fait boum, crash ou autre. Et des fois sur la tronche de personnes qui n'ont rien demandé.
D'où des révisions et visites à outrance, et coûteuses.
Voir le prix d'une visite simple ou révision sur un aéronef.
Alors sur un parapente, le prix d'une paire d'écarteurs ou de ce que vous voulez ... Yeux qui roulent

Vol libre, OK, mais soyons responsables envers nous, les passagers ou les australopithèques qui sont au sol.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Lassalle
crossman (woman)
******
En ligne En ligne

Aile: Ultralite-1 (Ozone)
pratique principale: vol rando
vols: 1151 vols
Messages: 265



« Répondre #36 le: 03 Août 2020 - 18:08:26 »

Voir les autres réalités déjà évoquées : pas de baisse de la sinistralité = augmentation des primes jusqu'à... ?
Olympiade suivante : qui veut bien assurer les gentils parapentistes ?  Silence assourdissant ....
Et bien moi je lis au travers de toutes ces histoires que le problème du bi est épineux.
Et comme chacun défend sa paroisse, la mienne se fiche complètement de la pratique du bi. Par contre, ça m'embêterait de devoir continuer à voler sans assurance  canap
Mais rassure toi, je suis largement minoritaire...
quoique  rapido

Concernant l'assurance du risque biplace, voici ce que je crois savoir :

1/ La fédération souhaite continuer à proposer une couverture RC qui couvre le risque biplace (qu'ils soit professionnel ou associatif).
Elle pense en effet que le biplace est une activité qui fait partie intégrante de l'activité vol libre et elle n'envisage pas de choisir un assureur pour la RC qui n’accepterait pas de couvrir le risque biplace (je pense qu'elle n'en aurait d’ailleurs pas le droit).
Peut-on imaginer que la fédération ne propose plus de RC biplace à ses licenciés qui veulent faire du biplace, qu'ils soient professionnels ou associatifs ?
Il s'agit bien d'une façon particulière de pratiquer le vol libre (comme la compétition, l'acro, l’enseignement...).

2/ Elle constate qu'au vu du mauvais ratio sinistres/primes de l'activité biplace (les accidents ayant des conséquences graves pour le passager peuvent en effet coûter très cher à l'assureur), il arrive que lors des appels d'offres à assureurs un certain nombre d'entre eux veulent bien répondre à l'appel d’offres fédéral, à condition de ne pas prendre en compte le risque biplace, mais la fédération refuse par principe ces propositions et donc ces assureurs.
Ceux qui acceptent de couvrir le risque biplace sont de fait de moins en moins nombreux et donc de plus en plus exigeants.

3/ Si la sinistralité en biplace ne baisse pas de façon significative, la fédération risque d'avoir à choisir dans l'avenir des assureurs qui accepteront de couvrir le risque biplace pour des coûts de primes d'assurance RC très élevés.
On va voir ce que va donner le prochain appel d'offres (qui va être lancé à l'automne), mais au vu de l'accidentologie biplace de ces dernières années (2020 y compris) il n'est pas certain que les coûts des RC biplace restent à peu près constants.
On verra bien...

4/ Je rappelle que la FFVL négocie avec un assureur le montant de la RC globale couvrant la fédération (les différents types de licenciés selon le sport pratiqué, mais aussi les présidents des clubs, les salariés de la fédération, les conseillers techniques nationaux, le (ou la) présidfent(e), etc.).
Une fois ce montant global négocié, c'est ensuite le Comité directeur fédéral, sur proposition de la commission des Assurances, qui définit une grille de répartition de la RC entre les diverses activités (pour le biplace en particulier).
Et c'est là que peut jouer ou non une certaine mutualisation des risques entre les licenciés.
L'assureur ne propose pas un coût spécifique de la RC pour le risque biplace ; il propose un montant global pour assurer en RC l’ensemble de la fédération et après c'est elle qui choisit ce qu'elle fait payer aux uns et aux autres.

Marc

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Lassalle
crossman (woman)
******
En ligne En ligne

Aile: Ultralite-1 (Ozone)
pratique principale: vol rando
vols: 1151 vols
Messages: 265



« Répondre #37 le: 03 Août 2020 - 18:18:53 »

Et s'ils ne comprennent toujours pas, ils passent à la DGAC. Moi le bi je m'en tape.
La DGAC n'a rien à voir avec le biplace parapente.
C'est bien ce que je dis.
Au stade où on en est je pense que ça le devrait.


La DGAC n'a actuellement aucun rôle concernant la réglementation du vol libre en France (que ce soit le biplace ou le vol solo), à l'exception de la gestion de l’espace aérien qui est le seul volet dont elle s'occupe qui nous concerne.

D'après ce que je comprends (cf. message cité au-dessus), certains souhaiteraient donc (?) que la DGAC réglemente la pratique du vol libre en France, en particulier du biplace.  hein ?
Je pense personnellement que le vol libre aurait absolument tout à perdre dans un tel scénario...  rouleau ? patisserie

Marc
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
You 7
Invité
« Répondre #38 le: 03 Août 2020 - 18:24:06 »

Si nombreux pratiquants ne sortent pas de leur refus de responsabilisation, ou prise de conscience, c'est ce qui risque de se passer, en effet.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
plumocum
les_modos
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Zeolite gt
pratique principale: cross
vols: nombreux vols
Messages: 136



« Répondre #39 le: 03 Août 2020 - 18:34:03 »

Et s'ils ne comprennent toujours pas, ils passent à la DGAC. Moi le bi je m'en tape.
La DGAC n'a rien à voir avec le biplace parapente.
C'est bien ce que je dis.
Au stade où on en est je pense que ça le devrait.


La DGAC n'a actuellement aucun rôle concernant la réglementation du vol libre en France (que ce soit le biplace ou le vol solo), à l'exception de la gestion de l’espace aérien qui est le seul volet dont elle s'occupe qui nous concerne.

D'après ce que je comprends (cf. message cité au-dessus), certains souhaiteraient donc (?) que la DGAC réglemente la pratique du vol libre en France, en particulier du biplace.  hein ?
Je pense personnellement que le vol libre aurait absolument tout à perdre dans un tel scénario...  rouleau ? patisserie

Marc
Et pourquoi pas ?
La ffplum le fait et ça ne les empêche pas d'exister.
Moi je ne fais que dire ce que je pense. La pratique du bi (même si j'ai de très bons potes qui en vivent) revient de façon rédhibitoire dans les discussions concernant les difficultés à négocier des assurances mais aussi concernant les comportements. C'est la première fois que je vois apparaître des arrêtés municipaux où de toute évidence c'est cette pratique le noyau du problème. Et ça en dehors des incivilités que j'ai déjà vu même en dehors de Planfait.
Les responsables peuvent toujours faire la sourde oreille. En dehors de ne pas entendre la grogne de quelques pratiquants, si les autorités commencent à mettre leur nez la-dedans c'est que quelque chose leur siffle aux leurs (d'oreilles).
« Dernière édition: 03 Août 2020 - 18:39:06 par plumocum » Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Nager dans le sens du courant fait rire les crocodiles (Afrique)
Comme de toute façon je finirai ma vie dans un trou, autant qu'il y ait du poil autour. (Frédéric Dard)
choucas
professionnels
enrouleur(se) de thermique
*
Hors ligne Hors ligne

pratique principale: vol / site
Messages: 112



« Répondre #40 le: 03 Août 2020 - 18:34:38 »

D'après ce que je comprends (cf. message cité au-dessus), certains souhaiteraient donc (?) que la DGAC réglemente la pratique du vol libre en France, en particulier du biplace.  hein ?
Je pense personnellement que le vol libre aurait absolument tout à perdre dans un tel scénario...  rouleau ? patisserie

Marc

Salut

Non Marc personne ne souhaite durcir les règles par plaisir... ou par e pertinence ou même par vengeance... enfin ça... Mais non !

Non ce que je ressens et exprimé même, c'est que l'accidentologie est et reste plus importante qu'il y a une dizaine d'année. Qu'on a eu des années très noires, dont celle-ci semble faire partie.

Des accidents qui sont parfois peu acceptables comme. Une rupture de matériel sur du matériel relativement récent.

On observe aussi un manque de respect par rapports aux riverains des lieu  de pr1tqiue. Des i civilités aux abords de certains sites fréquentés

Bref on ne peut pas dire que Vol Libre rile avec "la liberté des uns s'arrête ou commence celle des autres"
Donc si nous ne pouvons pas nous changer, d'autres non parapentistes, risquent de le faire.

A+
L
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Participant interimaire.
wowo
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Sigma/Magnum
pratique principale: cross
vols: Plus que certains, moins que d'autres mais quand même déjà pas mal de vols
Messages: 77



« Répondre #41 le: 03 Août 2020 - 18:36:15 »

Et s'ils ne comprennent toujours pas, ils passent à la DGAC. Moi le bi je m'en tape.
La DGAC n'a rien à voir avec le biplace parapente.
C'est bien ce que je dis.
Au stade où on en est je pense que ça le devrait.


La DGAC n'a actuellement aucun rôle concernant la réglementation du vol libre en France (que ce soit le biplace ou le vol solo), à l'exception de la gestion de l’espace aérien qui est le seul volet dont elle s'occupe qui nous concerne.

D'après ce que je comprends (cf. message cité au-dessus), certains souhaiteraient donc (?) que la DGAC réglemente la pratique du vol libre en France, en particulier du biplace.  hein ?
Je pense personnellement que le vol libre aurait absolument tout à perdre dans un tel scénario...  rouleau ? patisserie

Marc

Exactement, car comment penser que si le Législateur envisage de confier la gestion reglementaire d'une partie, la pratique biplace, de l'activité vol-libre à un organismes d'État telle la DGAC pour tenter d'améliorer l'accidentologie du secteur, qu'Il (le Législateur) pourrait le faire que pour cette partie et continuer à laisser les autres liberistes continuer à jouer pour certains aux "joyeux fous volants".

Ce serait tout simplement la fin définitive du modèle français du vol-libre. Même le DHV ou encore la FFP (pour rester français) fera pâle figure à côté pour ce qui est de réglementer et codifier jusque dans le plus petit détails notre activite et nos diverses pratiques.

[...]
[...]
Bref on ne peut pas dire que Vol Libre rile avec "la liberté des uns s'arrête ou commence celle des autres"
Donc si nous ne pouvons pas nous changer, d'autres non parapentistes, risquent de le faire.
[...]

Exactement bis, soit on arrivera à redresser la barre en lavant notre linge sale "en famille", soit on finira par subir une mise sous tutelle autrement plus contraignantes que celle que le Ministère des Sports exerce sur la FFVL pour le moment.

L'exemple de la FFPLUM me semble très parlant à ce propos, on commencera par immatriculer nos jouets volants et imposer un brevet "obligatoire" pour être autorisé à jouer avec.

C'est vraiment ton choix sur la question ?

Même le DHV ou encore la FFP (pour rester français) fera pâle figure à côté pour ce qui est de réglementer et codifier jusque dans le plus petit détails notre activite et nos diverses pratiques.

Développes STP. Moi pas comprendre.

Obligations de brevets pour pratiquer, d'intervention proffessionelles pour les pliages secours, de terrains de jeux "très" limité à l'instar des DZ, interdiction de certaines pratiques, etc. L'imagination de fonctionnaires technocrates probablement  non-pratiquants de surcroît peut s'avérer sans limite pour avoir son nom au bas d'une directives gouvernementale.
« Dernière édition: 03 Août 2020 - 18:49:20 par wowo » Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Le plus beau vol ? Sûr, celui à venir !
You 7
Invité
« Répondre #42 le: 03 Août 2020 - 18:41:03 »

Même le DHV ou encore la FFP (pour rester français) fera pâle figure à côté pour ce qui est de réglementer et codifier jusque dans le plus petit détails notre activite et nos diverses pratiques.

Développes STP. Moi pas comprendre.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
choucas
professionnels
enrouleur(se) de thermique
*
Hors ligne Hors ligne

pratique principale: vol / site
Messages: 112



« Répondre #43 le: 03 Août 2020 - 18:45:08 »

Ce serait tout simplement la fin définitive du modèle français du vol-libre. Même le DHV ou encore la FFP (pour rester français) fera pâle figure à côté pour ce qui est de réglementer et codifier jusque dans le plus petit détails notre activite et nos diverses pratiques.

Salut

Moi j'ai commencé  a voler en 1989. Et je trouve que le vol libre a la Française de cette époque n'a pas grand chose a voir avec celui d'aujourd'hui. Particulièrement en termes de respect d'autrui, sans lequel la liberté est illusoire.

Reste a savoir ce qu'on veut défendre et surtout pour combien de temps ?
A+
L
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Participant interimaire.
Lassalle
crossman (woman)
******
En ligne En ligne

Aile: Ultralite-1 (Ozone)
pratique principale: vol rando
vols: 1151 vols
Messages: 265



« Répondre #44 le: 03 Août 2020 - 18:52:34 »

Ce serait tout simplement la fin définitive du modèle français du vol-libre. Même le DHV ou encore la FFP (pour rester français) fera pâle figure à côté pour ce qui est de réglementer et codifier jusque dans le plus petit détails notre activite et nos diverses pratiques.
Moi j'ai commencé  a voler en 1989. Et je trouve que le vol libre à la française de cette époque n'a pas grand chose a voir avec celui d'aujourd'hui. Particulièrement en termes de respect d'autrui, sans lequel la liberté est illusoire.
Reste a savoir ce qu'on veut défendre et surtout pour combien de temps ?
L

Salut !  salut !

J'ai commencé en août 1987, mais nous étions beaucoup moins nombreux que maintenant.
De plus il était très difficile de tenir en l'air avec les voiles de l’époque et nous ne faisions que des ploufs, ce qui règle les problèmes éventuels de concentration de pilotes.

De toute façon j'ai surtout fait :
- soit des vols en moyenne ou en haute montagne où il n'y a jamais grand monde  pouce  Rigole
- soit des vols à Sainte-Victoire où il y a souvent pas mal de pilotes, mais où il est en général facile de s'éparpiller en l'air (la montagne est vaste et il y a beaucoup de place).

J'ai très peu volé sur des sites très fréquentés (un peu à Montmin, à Planfait, à Laragne, à Aspres et à Moustiers, et jamais à Saint-Hilaire par exemple).

Marc
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
wowo
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Sigma/Magnum
pratique principale: cross
vols: Plus que certains, moins que d'autres mais quand même déjà pas mal de vols
Messages: 77



« Répondre #45 le: 03 Août 2020 - 19:04:14 »

Ce serait tout simplement la fin définitive du modèle français du vol-libre. Même le DHV ou encore la FFP (pour rester français) fera pâle figure à côté pour ce qui est de réglementer et codifier jusque dans le plus petit détails notre activite et nos diverses pratiques.

Salut

Moi j'ai commencé  a voler en 1989. Et je trouve que le vol libre a la Française de cette époque n'a pas grand chose a voir avec celui d'aujourd'hui. Particulièrement en termes de respect d'autrui, sans lequel la liberté est illusoire.

Reste a savoir ce qu'on veut défendre et surtout pour combien de temps ?
A+
L

Aussi comment on espère et pense le défendre.

Perso j'ai toujours espoir que les choses peuvent s'améliorer au travers du dialogue et de la prise de conscience collective de l'intérêt général pour la communauté liberiste. On est tous concernés, on est tous responsables, on se doit d'être tous acteurs dans l'évolution inévitable de notre activité pour eviter de finir que consommateurs d'une activité totalement régi par un binôme legislateur/intérêts économiques.


Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Le plus beau vol ? Sûr, celui à venir !
Cyrille74
débutant(e)
**
Hors ligne Hors ligne

Aile:
pratique principale: vol / site
vols: vols
Messages: 18


« Répondre #46 le: 03 Août 2020 - 19:06:21 »

Je ne souhaite absolument pas que la DGAC s'occupe du parapente même biplace.

Ce que j'essayais d'exprimer c'est que les "bonnes pratiques sécuritaires" n'ont rendues l'aviation sûre à mon avis plus par peur du gendarme qu'autre chose. Les pilotes d'avion évoluent dans une infrastructure qui les flique en permanence.
Si vous voulez un brevet obligatoire, des révisions obligatoires, des stages obligatoires,  une immatriculation, un transpondeur, un dépôt du plan de vol et une clairance du marshall du déco pour pouvoir voler, avec rapport aux autorités si vous ratez votre deco deux fois de suite, là on arrivera peut-être à un bon niveau de sécu.

Est ce souhaitable? NON A part Wowo je pense que ça ne fait bander personne.

Le problème du biplace à mes yeux c'est surtout que c'est juridiquement considéré comme du transport aérien alors que ça aurait dû restr considéré comme du sport, avec une acceptation du risque par le passager.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Lassalle
crossman (woman)
******
En ligne En ligne

Aile: Ultralite-1 (Ozone)
pratique principale: vol rando
vols: 1151 vols
Messages: 265



« Répondre #47 le: 03 Août 2020 - 19:08:23 »


Je ne souhaite absolument pas que la DGAC s'occupe du parapente même biplace.
...
Est-ce souhaitable? NON à part wowo je pense que ça ne fait bander personne.


Je ne pensais pas à toi, mais à plumocum qui disait : pourquoi pas la DGAC pour le biplace ?

Et s'ils ne comprennent toujours pas, ils passent à la DGAC. Moi le bi je m'en tape.
La DGAC n'a rien à voir avec le biplace parapente.
C'est bien ce que je dis.
Au stade où on en est je pense que ça le devrait.


Et wowo ne veut surtout pas de ça non plus et je suis bien d'accord avec lui (voir son message au-dessus) !  pouce

Marc
« Dernière édition: 03 Août 2020 - 19:14:59 par Lassalle » Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
MichM
crossman (woman)
******
Hors ligne Hors ligne

Aile: en attente
pratique principale: autre (?)
vols: ... vols
Messages: 242



« Répondre #48 le: 03 Août 2020 - 19:15:59 »

Le problème du biplace à mes yeux c'est surtout que c'est juridiquement considéré comme du transport aérien alors que ça aurait dû restr considéré comme du sport, avec une acceptation du risque par le passager.

Le parapente, solo ou biplace, est considéré en France comme un sport (Ministère de tutelle = sports) contrairement par exemple aux pays où c'est considéré comme un moyen de transport aérien (exemple le DHV est délégataire du Ministère fédéral des transports).

Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
wowo
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Sigma/Magnum
pratique principale: cross
vols: Plus que certains, moins que d'autres mais quand même déjà pas mal de vols
Messages: 77



« Répondre #49 le: 03 Août 2020 - 19:17:18 »

[...]
Si vous voulez un brevet obligatoire, des révisions obligatoires, des stages obligatoires,  une immatriculation, un transpondeur, un dépôt du plan de vol et une clairance du marshall du déco pour pouvoir voler, avec rapport aux autorités si vous ratez votre deco deux fois de suite, là on arrivera peut-être à un bon niveau de sécu.

Est ce souhaitable? NON A part Wowo je pense que ça ne fait bander personne.

[...]

C'est assez incroyable que tu puisses me supposer cela alors même que je suis convaincu et défend l'idée qu'une auto-gestion par la communauté liberiste doit être possible et efficace. Tant est, que cela bénéficie d'une adhésion très large des pratiquants depuis le parfait débutant jusqu'aux plys émérites de nos champions via tous les pilotes.

Alors juste mauvaise lecture de mes posts ou mauvaise foi avérée ?  hein ?
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Le plus beau vol ? Sûr, celui à venir !
Pages: 1 [2] 3 4 ... 7   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

parapente gratuit
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.064 secondes avec 23 requêtes.
anything