+ Le chant du vario +

Forum de parapente

22 Février 2019 - 12:13:57 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre mot de passe ?
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
  Site   forum   Aide Groupes Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous        GPS2GE Balises  
CSC
Pages: [1]   Bas de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Sécurité passive des sellettes ([était] : Skypper 2)  (Lu 258 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Archaleon
zéroteur (se)
****
En ligne En ligne

Aile: BGD Riot + SwiftRs/ Kolibri
pratique principale: cross
vols: 550h en 680 vols
Messages: 66



« le: 23 Décembre 2018 - 15:00:40 »


 quoi  comprend pas ces tests .... on peut m'expliquer !!

cela donnerait une bonne protection ??

Ca donne une protection pour une chutte sur le cul vraiment pas mal pour un cocon.

Pour info la norme accepte en pic max 50G, et je sais plus combien de milliseconde au dessus de 38G (un choc prolongé a 38G doit commencer a piquer sévère)

La plupart des cocons homologués oscillent entre 30 et 49G.
Donc là on est vers les 32/34G c'est pas mal du tout.

Toutefois certaines sellettes assises offrent une bien meilleur protection, comme la GIN Verso qui avec son énorme airbag, doit être à un super excellent 17G de mémoire.
C'est vraiment pas aérodynamique et donc pas utilisé sur les cocons.

Il faut aussi se rendre compte des limites de l'homologation : elle ne teste que les chutes sur le cul. Pas les chutes sur le dos, et malheureusement cela ne motive pas forcément les constructeurs à bosser sur leurs protections dorsales, qui pourtant pourraient sauver bien des vertèbres !

En parlant d'aéro, on voit bien : Neo développe une nouvelle protection en Koroyd, qui offre un meilleur ratio "amorti/épaisseur" que les mousses. Du coup. Soit ils gardent 15cm d'épaisseurs pour faire une protection qui pourrait descendre a ....25G disons ?
Soit ils diminuent l'épaisseur à 9 cm et offrent une protection plus fine ==> plus aérodynamique, mais pour un amorti de "seulement" 38G (en soit c'est dans la moyenne).

Je vous laisse deviner le choix fait ==> la perf !
Du coup protection achetée par Gin pour faire la nouvelle sellette de compète Gin Genie 4 (ca se comprends pour ce type de cocon)

Uhm j'en ai écrit plus que prévu  Yeux qui roulent
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Community Manager chez BGD
Cyrille74
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile:
pratique principale: vol / site
vols: vols
Messages: 73


« Répondre #1 le: 10 Février 2019 - 11:00:44 »


Il faut aussi se rendre compte des limites de l'homologation : elle ne teste que les chutes sur le cul. Pas les chutes sur le dos, et malheureusement cela ne motive pas forcément les constructeurs à bosser sur leurs protections dorsales, qui pourtant pourraient sauver bien des vertèbres !


C'est vrai mais à prendre en considération aussi que ce qui est le plus dangereux neurologiquement c'est justement les fractures vertébrales en compression suite à une chute sur le cul.
Pour une chute à plat dos le plus important c'est la protection anti-poincement et le casque!
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
Archaleon
zéroteur (se)
****
En ligne En ligne

Aile: BGD Riot + SwiftRs/ Kolibri
pratique principale: cross
vols: 550h en 680 vols
Messages: 66



« Répondre #2 le: 10 Février 2019 - 12:34:10 »


Il faut aussi se rendre compte des limites de l'homologation : elle ne teste que les chutes sur le cul. Pas les chutes sur le dos, et malheureusement cela ne motive pas forcément les constructeurs à bosser sur leurs protections dorsales, qui pourtant pourraient sauver bien des vertèbres !


C'est vrai mais à prendre en considération aussi que ce qui est le plus dangereux neurologiquement c'est justement les fractures vertébrales en compression suite à une chute sur le cul.
Pour une chute à plat dos le plus important c'est la protection anti-poincement et le casque!

Tu as plus d'infos la dessus ?
En tous cas j'ai 2 potes qui se sont pétés des vertbres sur des chutes sur le dos (décro a l'atterro et secours retour à la pente)
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Community Manager chez BGD
Bobbonjour
Rampant
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Ion 2 light
pratique principale: vol / site
vols: 300 vols
Messages: 3


« Répondre #3 le: 10 Février 2019 - 13:12:30 »

Pourquoi un airbag d'urgence ne serait-il pas possible, comme dans les sacs anti-avalanche. En cas de secours ça serait un plus, pas en déco attéro malheureusement..
Après à choix de le mettre ou pas.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
fraclo
débutant(e)
**
Hors ligne Hors ligne

Aile: Pleins.......
pratique principale: cross
vols: Pas assez !! vols
Messages: 14


« Répondre #4 le: 10 Février 2019 - 13:23:02 »


Il faut aussi se rendre compte des limites de l'homologation : elle ne teste que les chutes sur le cul. Pas les chutes sur le dos, et malheureusement cela ne motive pas forcément les constructeurs à bosser sur leurs protections dorsales, qui pourtant pourraient sauver bien des vertèbres !


C'est vrai mais à prendre en considération aussi que ce qui est le plus dangereux neurologiquement c'est justement les fractures vertébrales en compression suite à une chute sur le cul.
Pour une chute à plat dos le plus important c'est la protection anti-poincement et le casque!

Tu as plus d'infos la dessus ?
En tous cas j'ai 2 potes qui se sont pétés des vertbres sur des chutes sur le dos (décro a l'atterro et secours retour à la pente)

Idem pour moi, légère fracture pincement/tassement suite à une chute à plat dos. Et parfaitement expliqué par le neuro..... Malgré ça,  globalement je suis en phase avec Cyril, la protection anti poinçonement est primordiale dans une chute à plat dos. Et trop peu de sellettes la propose. J'ai un peu du mal à comprendre pourquoi.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
f@b
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile: sigma
pratique principale: vol / site
vols: 800 vols
Messages: 61



« Répondre #5 le: 10 Février 2019 - 13:26:25 »

Pourquoi un airbag d'urgence ne serait-il pas possible, comme dans les sacs anti-avalanche. En cas de secours ça serait un plus, pas en déco attéro malheureusement..
Après à choix de le mettre ou pas.
cartouche dure potentiellement dangereuse ? alourdissement pas à la mode ? faible efficacité car dépendante de la prise de décision du pilote (déjà que pour le secours, ça marche très mal) ? entretien ?
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
ALPYR
professionnels
crossman (woman)
*
Hors ligne Hors ligne

Aile: Queen2 S.
pratique principale: vol / site
vols: +/-3000 vols
Messages: 192



WWW
« Répondre #6 le: 10 Février 2019 - 13:46:53 »

Pourquoi un airbag d'urgence ne serait-il pas possible, comme dans les sacs anti-avalanche.
Parce que le marché n'en a jamais voulu : APCO Sécuramax (de mémoire...) en 1992 ; l’airbag est activé lorsque l'on tire une poignée spécifique ou lorsque l'on jette le secours...
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Importateur Triple Seven, X-DreamFly, PHI
http://777gliders.com/fr
http://phi-air.com/fr/
http://www.x-dreamfly.ch/
Produits garantis sans AFT* (*avis de forum téléguidés)
Cyrille74
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile:
pratique principale: vol / site
vols: vols
Messages: 73


« Répondre #7 le: 10 Février 2019 - 19:22:07 »


Tu as plus d'infos la dessus ?
En tous cas j'ai 2 potes qui se sont pétés des vertbres sur des chutes sur le dos (décro a l'atterro et secours retour à la pente)

Bah si tu chutes assis (choc indirect) les forces se concentrent sur le corps vertébral qui doit supporter une compression/flexion avec le poids du haut du corps qui veut continuer sa course vers le sol.
Bien sûr si tu chutes à plat dos (choc direct) tu peux aussi t'en faire une mais l'impact est plus répartit, il n'y a pas le poids du corps pour faire levier, et la fracture potentiellement moins moche (peut-être plus sur les processus vertébraux?).

Au passage j'imagine qu'une chute sur une protection trop épaisse dans le dos pourrait amener à des fractures cervicales par flexion (coup du lapin).

A prendre avec une pincée de sel, je ne suis pas médecin, juste des lectures/discussions sur le sujet. De mémoire il y avait un chir ortho sur le forum, si il nous lit il pourra peut-être nous en dire plus.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
xolivie
plouffeur(se)
***
En ligne En ligne

Aile: Dudek Nemo xx
pratique principale: apprends à voler
vols: trop peu de vols
Messages: 26



« Répondre #8 le: 10 Février 2019 - 22:34:36 »

une chute assis ou une force d'impact assis avec une flexion brusque du tronc entrainera potentiellement une fracture du mur antérieur (corps vertébraux) ce qui est très douloureux, nécessite une cementoplastie quand la perte de hauteur du corps vertébral est trop importante (à la louche perte supérieure à 30% du corps vertébral) ou une immobilisation par corset quand ce n'est pas le cas, mais entraînera rarement des lésions neurologiques au niveau de la moelle épinière.
Une chute à plat dos pourra entrainer une fracture des processus lamellaires et là le risque neurologique est majeur car le fourreau médullaire est juste derrière.
Je ne sais pas ce que valent les plaques anti poinçonnement dans certaines sellettes mais ce système de protections dorsales est par exemple très utilisé en ski (obligatoire dans les compétitions dès le plus jeune âge) et semblent remplir leur rôle.
Je précise que je ne suis pas chirurgien, mais kiné.
bons vols
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Chaque décollage est facultatif, mais l'atterrissage qui lui fait suite est toujours obligatoire...
wowo
enrouleur(se) de thermique
*****
Hors ligne Hors ligne

Aile: Sigma/Magnum
pratique principale: cross
vols: Plus que certains, moins que d'autres mais quand même déjà pas mal de vols
Messages: 115



« Répondre #9 le: 10 Février 2019 - 23:03:12 »

Ce qui me paraît très intéressan et qui m'amuse aussi dans cette digression sur la sécurité passive de nos sellette en général alors qu'ici on est sur le fil spécifique de la Skipper 2 ; est cette "peur" qu'une sellette puisse ne pas vous protéger d'un grave dégât vertébral.

Ce qui est intéressant est vous puissez éventuellement vous rassurez sur votre sécurité en la confiant aux qualités d'amortissement telles que considérées par le protocole d'homologation (qui ne vaut sans doute pas mieux que les résultats aux tests d'homologation de nos voiles rapport aux contraintes d'un vrai impact dans la vraie vie de la vraie pratique parapente) et quid des secours dans le dos ou sous-cutal ou encore le matos dans la poche dorsal ou sous-cutal, etc. Et aussi des arrivée en rotation ou dans toutes autres positions et/ou mouvement que la norme d'homologation n'intègre pas.

Je me rappelle des paroles d'un éminent représentant d'un fabricant de sellettes (et pas que...) lors d'un rasmo il y a 2 ou 3 ans : Aucune norme ne garantit la sécurité, elle ne témoigne que du respect d'un cahier de charge.

Et ce qui m'amuse c'est de voir qu'un sujet sécurité peut tourner en boucle sans que quelqu'un se sente obligé de rappeler que si vraiment on ne veut pas courir de gros risques à son dos, il n'y a qu'une solution fiable ; ne plus chercher à voler en parapente. Enfin c'est le genre de réponses que je reçois quand je ne sais pas m'empêcher d'appeler à la prudence et à une pratique raisonnable.

Pour les sellettes et leur sécurité passive, on est dans un cas typique de paradoxe insoluble. D'un côté on aspire à des sellette les plus légères possibles dans leurs cadre de pratique, aussi confortable que possible et pas qu'en vol mais aussi en utilisation au sol, le plus compactable possible, solides pour durer et si possible pas chère et en même temps, on en attend une protection passive maximale.

C'est dommage mais c'est pas encore au point...

Faire de mieux pour eviter les situations ou l'on risque de se fracasser par un choix raisonnable de nos conditions de pratiques et de notre façon de pratiquer et aussi du matériel que l'on utilise pour cela me semble encore pour le moment plus fiable que de compter sur quelques sellettes qu'y soient.

 trinquer

 
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Le plus beau vol ? Sûr, celui à venir !
Cyrille74
zéroteur (se)
****
Hors ligne Hors ligne

Aile:
pratique principale: vol / site
vols: vols
Messages: 73


« Répondre #10 le: 10 Février 2019 - 23:14:04 »

une chute assis ou une force d'impact assis avec une flexion brusque du tronc entrainera potentiellement une fracture du mur antérieur (corps vertébraux) ce qui est très douloureux, nécessite une cementoplastie quand la perte de hauteur du corps vertébral est trop importante (à la louche perte supérieure à 30% du corps vertébral) ou une immobilisation par corset quand ce n'est pas le cas, mais entraînera rarement des lésions neurologiques au niveau de la moelle épinière.
Une chute à plat dos pourra entrainer une fracture des processus lamellaires et là le risque neurologique est majeur car le fourreau médullaire est juste derrière.
Je ne sais pas ce que valent les plaques anti poinçonnement dans certaines sellettes mais ce système de protections dorsales est par exemple très utilisé en ski (obligatoire dans les compétitions dès le plus jeune âge) et semblent remplir leur rôle.
Je précise que je ne suis pas chirurgien, mais kiné.
bons vols

Merci pour cette précision, c'est donc l'inverse, j'avais pourtant notion que les fracture par tassement étaient les plus susceptibles d'endommager la moelle épinière.

Concernant les protections, de toutes les manières il ne faut pas s'attendre a des miracles vu la petite distance de décélération qu'elles offrent. Ça même la technologie la plus efficace ne pourra rien y changer.


*  (71.29 Ko, 612x1024 - vu 38 fois.)
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée
xolivie
plouffeur(se)
***
En ligne En ligne

Aile: Dudek Nemo xx
pratique principale: apprends à voler
vols: trop peu de vols
Messages: 26



« Répondre #11 le: 11 Février 2019 - 00:40:33 »

Par fracture tassement je parlais des fractures les plus fréquentes en cas de pression brutale dans l'axe sur un rachis en flexion :
2°) Fractures tassements cunéiformes
Il s'agit de la lésion la plus fréquente au niveau dorso-lombaire dont le mécanisme lésionnel est la flexioncompression.
Ce mécanisme produit une pression exagérée sur le tiers antérieur du corps vertébral produisant un enfoncement
de celui ci. Le mur postérieur est respecté ce qui produit une cyphose secondaire (le traitement va dépendre du
degré de cette cyphose).
Les radiographies standards (face, profil et 3/4) suffisent généralement au diagnostic et permettent de mesurer le
degré de la cyphose.
Le scanner, en cas de doute, permet d'éliminer l'atteinte du mur postérieur.
Le degré de la cyphose et le terrain vont conditionner l'attitude thérapeutique.
Le traitement orthopédique à base de contention externe moulée en résine thermo-labile ; body jacket au niveau
dorsal ou corset au niveau dorso-lombaire et lombaire, est préconisé en cas de contre-indication à la chirurgie
(personnes âgées, ostéoporose) et quand la cyphose est peu importante (inférieure à 15°).
Dans les autres cas le traitement chirurgical permet par voie postérieure d'aborder les arcs postérieurs, de réduire
la cyphose et de la fixer par une ostéosynthèse par plaques vissées dans les pédicules (vissage trans-pédiculaire
selon la téchnique de Roy Camille).
Ce traitement chirurgical permet une mobilisation rapide sans contention externe.


Ton schéma parle des fractures comminutives qui peuvent effectivement conduire à des atteintes neurologiques mais qui relèvent d'impacts extrêmement violents et (du moins à ma connaissance) heureusement plus rares.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Chaque décollage est facultatif, mais l'atterrissage qui lui fait suite est toujours obligatoire...
Cowa
plouffeur(se)
***
Hors ligne Hors ligne

Aile: Phi Sails 9c, Advance Sigma 1, Bibeta 1, ITV Jedi 2, AD Pure, Ozone Ultralite 3, ITV Awak 2 Tandem, Ozone Viper 3, Paramania GTX, AD Volt 2 SL, Niviuk Klimber P 20, Niviuk Bi-Skin, Advance Pi2, AD Volt 3 SLSC
pratique principale: vol rando
vols: Souvent rando vols
Messages: 28



« Répondre #12 le: 11 Février 2019 - 18:36:38 »

Etant je pense un des 2 cas cité par Archaléon, je vous explique le résultat de mon accident.
En 90, suite à un choc sur les fesses à l'attéro, fracture-tassement de D12, bien sur sans protection à cette époque.
En aout dernier, décro à l'attéro en voulant trop en faire, tombé plat dos, fractures D2 à 5 simples, fracture tassement de D7. Le rang supérieur de ma Stay-up a encaissé et copieusement déformé avec protection certaine du bas du dos.
Les autres rangées n'ont pas touché.
Donc le choc sous les fesses ou à plat dos ont donné le même résultat de tassement du corps antérieur d'une vertèbre dorsale. Pourquoi ?
En reste actuellement une cyphose difficile à combattre, et une perte définitive de plusieurs cms de ma taille.

Je volerai avec une protection dorsale  de moto-ski désormais, car je suis persuadé que si la protection de la sellette montait plus haut, je n'aurai sans doute pas eu grand chose.
Signaler au modérateur   parapente Enregistrée

Là où il y a la volonté, il y a un chemin... Jamais le même en l'air !
Il vaux mieux regretter un vol que l'on n'a pas fait, qu'un vol que l'on a fait !!!
Pages: [1]   Haut de page
  Envoyer ce fil  |  Imprimer  
 
Aller à:  

parapente gratuit
Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2006, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.028 secondes avec 22 requêtes.